Recent Posts
a
18 November 2018

AVA DIEZ, ARTISTE MUSICIENNE IVOIRIENNE: « Entre Imilo et moi, c’est une histoire de…. »

D’origine congolaise, l’artiste-musicienne Ava Diez vit actuellement en Côte d’Ivoire, un pays d’où est partie sa carrière musicale. Révélée au public il y a de cela 3 ans avec son single à succès « Enjaillement » elle fait partie des artistes en vogue en ce moment en Côte d’Ivoire. Ces deux singles « Palao » et Bord de Corp » sortis récemment cartonnent dans les coins chauds. De passage au Burkina Faso, elle nous a accordé une interview dans la quelle elle parle de sa carrière musicale, de sa vie privée et de sa relation avec Imilo Lechanceux, un de ses proches.
AFRIYELBA : Qu’est ce qui fait l’actualité de Ava Diez ?
AVA DIEZ : Je viens de sortir deux nouveaux singles à savoir « Palao » et « Bord na corp » en featuring avec Roga Roga. Le dernier titre cité est une chanson sensuelle qui parle de l’intimité du couple et « Palao » parle du mariage, de l’engagement qu’on à valoriser les personnes qui partagent leur vie. Il y a aussi le featuring avec Imilo Lechanceux, l’artiste burkinabè très en vogue au Burkina Faso sur la chanson « Amour mazo » dont nous venons de tourner le clip il y a quelques jours. C’est une chanson qui traite un peu des femmes excessivement jalouses au point d’étouffer et même de tuer l’amour. Lorsque vous verrez la vidéo, vous remarquerez que je suis excessivement jalouse, une attitude que j’ai prise pour un peu sensibiliser les femmes à être indulgentes et un peu jalouses. C’est juste dans la vidéo si non dans la réalité je ne suis pas du tout jalouse.
Quelle est la petite histoire qu’il y a entre Imilo et vous. Je pose la question parce que vous êtes proches l’un de l’autre, vous faites des chansons ensemble et vous vous citez les noms dans vos chansons respectives?
Imilo est juste un ami pour moi. C’est un monsieur que j’ai connu depuis mon premier titre « Enjaillement » dans lequel j’ai cité son nom. On est simplement amis ; donc que les gens n’aillent pas imaginer autre chose. C’est un jeune homme très sympa, humble, poli, respectueux et surtout persévérant. Lorsqu’il vient à Abidjan il m’appelle pour me dire « Ava je suis là » et on se retrouve dans la mesure du possible pour parler musique. Je le connais plus en tant qu’artiste burkinabè, je connais plus son répertoire que sa vie privée. J’apprécie franchement les efforts qu’il abat et je pense qu’il est le porte flambeau de la musique burkinabè. J’invite tous les Burkinabè à le soutenir, à le pousser parce qu’il est plein de potentialités
Vous êtes présent au Burkina dans quel cadre ?
Je suis venue au Burkina dans un cadre privée. C’est pourquoi on ne me voit pas sur les scènes. Mais j’ai un spectacle vendredi à Koudougou. J’ai déjà joué là-bas deux fois et je serai très ravi de rencontrer de nouveaux ce public. Je reviendrai au Burkina dans deux semaines
Ava Diez; est ce votre vrai nom ?
Non. Mon nom à l’état civil c’est Edvina. On m’appelle donc Edvina à la maison, Christ pour les amis avec lesquels j’ai étudié. Ava Diez c’est le nom que Dieu m’a donné pour ma carrière. Je dis cela parce que lorsque je cherchais un nom d’artiste je ne trouvais pas et Ava Diez est venu par inspiration. Je ne m’y attendais pas, ce n’était pas calculer et je fais confiance lorsque quelque chose me vient par inspiration
Expliquez nous un peu le début de votre carrière musicale
Je crois que cela fait trois ans et demie que j’ai commencé la musique. Je pense que c’est le destin qui a voulu que je sois artiste-musicienne. Si non lorsque je quittais mon pays le Congo, je n’allais pas en Côte d’Ivoire pour aller faire la musique. Je devais aller à Tunis pour continuer mes études. J’étais donc de passage en Côte d’Ivoire et le virus de la musique m’a piqué. J’ai commencé par fréquenter Es Mode qui est une grande école de mode. Pour tout vous dire je suis très culture. Je pense que la Côte d’Ivoire est la terre que Dieu avait prévue comme début de ma carrière. Donc c’est quand j’étais sur place que j’ai eu beaucoup des propositions et des encouragements à faire carrière dans la musique et j’ai fini par me lancer. J’ai commencé par une musique un peu techno avec le titre « Enjaillement ». La chanson a été ensuite achetée par la téléphonie mobile Moov Côte d’Ivoire pour une durée de deux ans. Après « Enjaillement » j’ai fait la reprise de la chanson « Janot » et j’ai enchaîné avec « Mets-toi en valeur »
Donc Vous n’êtes plus partie à Tunis ?
Non, je ne suis plus partie mais ça est en projet.
Quels sont des projets ?
En tant que chanteuse, j’ai surement des personnes qui suivent ce que je fais et qui aimeraient bien attendu savoir ce que je ferai à court, à moyen et à long terme. Vous savez, j’ai envie d’utiliser ma voix non seulement pour faire danser les gens mais aussi pour les sensibiliser. Pour ce faire dans l’album que je suis en train de préparer je vais essayer d’être au service de la population afin d’apporter des messages de sensibilisation sur les problèmes de notre société. Comme projet donc Je suis en train de travailler avec Koudou Anthase qui est à mon avis le meilleur arrangeur du moment pour pouvoir mettre à la disposition de mes fans un album qui sera, comme je l’ai dit, fait en partie de messages de sensibilisation. Je ferai par exemple des titres sur l’environnement que je trouve nécessaire que chacun de nous fasse un geste pour que nous puissions nous porter mieux. L’autre chanson phare qui va figurer dans l’album sera une chanson qui parle d’éducation. Le constat que l’on fait en Afrique est que dans certains pays, on n’envoie toujours pas les enfants à l’école et cela n’est pas juste ni normal. Tous les enfants ont droit à l’éducation, à aller à l’école car dans ce monde de 21e siècle si tu ne sais pas écrire ni lire, tu restes un handicapé.
L’album sortira à quel moment ?
Pour l’instant, nous n’avons pas encore décidé de la date de la sortie. Nous voulons vraiment bien faire les choses donc nous ne nous préoccupons pas d’abord de la date de sortie. Comme je l’ai dit on ne peut pas toujours danser, la musique ce n’est pas toujours que la danse, elle est aussi faite de sensibilisation. Nous sommes en Afrique et en Afrique il y a beaucoup de problèmes. Et nous devons sensibiliser, éduquer à travers nos chansons pour résoudre ces problèmes ?
Ava Diez est-elle mariée ?
Rire. Ah non non je ne suis pas encore mariée mais j’espère que ça ne saurait tarder. Je trouve que c’est quand même important en tant que femme de se marier. Mais il ne faut pas se mettre avec le premier venu, il n ya pas que l’argent qui compte dans la vie. Il faut se mettre avec la bonne personne, celle qui va te comprendre, qui va t’inspirer, qui va moins te tirer en arrière. Moi je regarde tout ça avant de m’engager.
N’avez-vous pas encore trouvé cette personne ?
Je ne sais pas. Peut être, peut être pas. Il faut dire qu’en ce moment, je suis plus boulot et je ne suis pas à la recherche d’un homme
Il y a plein de gens qui pensent que lorsqu’on est artiste c’est un peu difficile de se marier. Effectivement si on jette un coup d’œil dans le milieu du showbiz burkinabè et même ivoirien rare sont les artistes qui se sont mariés et qui vivent normalement. Êtes-vous d’avis avec ces personnes ?
Euh non, je ne suis pas d’avis avec eux. Je suis une artiste d’origine congolaise et la majorité des artistes congolais sont mariés. Chez nous au Congo c’est normal de faire la musique et d’être marié. Mais en Afrique de l’Ouest j’ai l’impression que les gens préfèrent voir les artistes seuls. C’est comme si le public apprécie mieux les artistes lorsqu’ils sont célibataires. Je pense que l’artiste est un humain comme tout le monde. Il a besoin de stabilité, d’être accompagné, de fonder un foyer, de faire des enfants et de mener une vie normale. Je ne sais pas pour les autres mais je pense que ce ne sera pas mon cas. Je suis tellement rangée et je pense que je serai comme Pierrette Adams qui est une femme mariée, qui a ses enfants et qui fait sa musique. Etre artiste célibataire ne m’intéresse pas du tout.
Pour terminer je voudrais remercier le site Afriyelba qui me donne l’occasion de m’exprimer. C’est un site que nous lisons en Côte d’Ivoire et nous ne savons pas qu’il était basé au Burkina. Bravo à l’équipe de Afriyelba qui abat un gros travail. Je voudrais ensuite inviter le public à visiter ma page facebook qui est Ava Diez pour pouvoir me suivre. Je fais ce travail pour eux et ce sera bien qu’ils puissent évoluer avec moi. Venez sur ma page facebook comme ça nous allons pouvoir échanger

Share With:
Comments
  • vraiment je t’aime

    Mai 7, 2017
  • Comment:bonne chance pour la musique

    Mai 10, 2017
  • Je vous aime

    Août 8, 2017
  • Courage!

    Sep 3, 2017

Leave A Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR