Menu

HUMOUR : Le CAV renforce les capacités de 35 humoristes

Le Cercle des Arts Vivants (CAV) a organisé du 05 au 10 février 2018,  un atelier de renforcement de capacités au profit de 35 humoristes dont 5 filles venus de 7 régions du Burkina Faso. La fin de la formation a été marquée par une cérémonie de restitution et de remise d’attestations aux participants ce 10 février à l’atelier théâtre Burkinabé. Ladite cérémonie a été parrainée par Abdoulaye Diallo coordonnateur de Semfilms.

« La seule chose que je voudrais demander aux participants c’est de faire fructifier ce que vous avez apprises, afin que de plus en plus lorsqu’on parle d’humoriste on ne comprenne pas rigolo ou bien idiot, mais qu’on comprenne un artiste ». Ce message a été le coup de cœur du formateur à cet atelier,  en la personne du professeur Prosper Kompaoré, directeur général de l’atelier théâtre Burkinabé. Les participants sont venus de Koupéla, Ouagadougou, Koudougou, Ouahigouya, Dédougou, Bobo-Dioulasso et Banfora.

Des attestations ont été remises aux participants

La formation qu’ils ont reçu 5 jours durant visait essentiellement le renforcement des capacités des artistes humoristes Burkinabé. Un renforcement de capacités qui a tourné principalement autour de la différenciation des différentes formes d’humour que sont entre autres la parodie, la caricature, l’exagération, l’humour noire, le one man show, le stand-up etc. Ouédraogo Gaston alias Choco B un des stagiaires a confié qu’avec cet atelier, il a appris à écrire des textes humoristiques à partir des figures des styles. Choco B a ajouté qu’à l’issue de ces cinq jours d’apprentissage il est à mesure de mettre une ligne de démarcation entre  la parodie, la caricature, le texte tragique et le texte dramatique. De quoi arracher le sourire à Gérard Ouédraogo alias Gérard son excellence qui a laissé entendre que beaucoup de jeunes humoristes soulevaient les salles pendant les grands prix nationaux de l’humour mais se voyaient disqualifiés parce qu’ils faisaient du théâtre comique au lieu de l’humour.

Gérard Ouédraogo s’est dit satisfait du fait que les différents participants savent à présent dans quel registre ils évoluent

Les 35 humoristes ont suivis également des communications avec le Bureau burkinabé du droit d’auteur (BBDA) sur le thème «  L’humoriste et le droit d’auteur », et la caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) sur le thème « sécurité sociale des artistes, cas de l’humoriste ». Le conseil supérieur de la communication (CSC) est passé également outiller ces désormais professionnels du rire sur la responsabilité de l’artiste humoriste dans la communication publique. Comme l’a si bien dit le président du CAV, son excellence Gérard, l’artiste humoriste est libre de ses pensées mais il y a des limites en toute chose.

2 Le professeur Prosper Kompaoré remettant une attestation à un participant

Le commandant Papus Zongo a aussi apporté sa touche avec ces artistes sur le développement de leur carrière. Le premier responsable de la structure organisatrice de ces séances de coaching a souhaité que d’ici cinq ans les humoristes Burkinabé puissent voyager dans le monder pour exprimer leur talent.  Le parrain de l’activité, Abdoulaye Diallo a tiré son chapeau au fond de développement culturel et touristique (FDCT) qui a financé le projet à hauteur de 80%. Il faut relever que le coût provisoire de la formation a été de 4 millions de FCFA. En définitive le cercle des arts vivants a promis de retenir les 3 meilleurs de la formation pour les proposer à des manifestations de renom comme la nuit de stand-up comedy. L’initiative se veut annuelle et tournante pour favoriser la dissémination de la pratique  de l’humour dans les différentes contrées du Burkina Faso

Sougrinoma Ismaël GANSORE

3

No comments

Laisser un commentaire

Promo CANAL+

Promo CANAL+

Elitis Express

Elitis Express

Facebook

TELECEL

TELECEL

N’Ice Cream (25 40 17 66)

N’Ice Cream (25 40 17 66)