Afriyelba
A la Une Musique

CONCERT DES MONSTRES SACRES DE LA MUSIQUE BURKINABE : FLO ET DEZ METTENT FIN AUX RAGOTS


L’acte 2 du concert des monstres sacrés de la musique burkinabè organisé par Bitel Communication s’est déroulé hier 22 avril dans une Cour du SIAO pleine. Contrairement au spectacle du Stade municipal le 26 mars dernier, le concert est allé jusqu’au bout. Flo et Dez ont chacun donné le meilleur d’eux-mêmes avant d’entonner une chanson qu’ils ont composée ensemble au grand bonheur de leurs fans. A travers ce featuring les deux mastodontes de la musique burkinabè ont fermé la bouche aux mauvaises langues  qui voyaient d’un mauvais œil le spectacle.

Qu’est ce qu’on n’a pas dit de ce concert des monstres sacrés de la musique burkinabè. Elles étaient nombreuses ces personnes qui voyaient d’un mauvais œil ce face à face entre les deux grosses pointures de la musique burkinabè. « Ce n’est pas une bonne idée » ; « Pourquoi mettre ces deux ensemble alors qu’ils ne s’aiment pas ? » ; « A travers ce concert, Flo et Dez vont se « waker », chacun voulant remporter la victoire » disaient les uns et les autres lorsque Innocent Belemtougri DG de Bitel communication a lancé le concept.

Eh Bien à toutes ces personnes qui prédisaient un mauvais sort sur ce concert et sur la carrière de ces artistes ou qui voulaient profiter du spectacle pour faire autre chose ; voici votre réponse : « Kanna tongue yé ». C’est le titre de la chanson qui signifie « Vous ne pourrez jamais » que le Prince national et le King Zodanga ont entonné à la fin de la soirée d’hier 23 avril pour dire aux mauvaises langues et aux personnes de mauvaise foi qu’elles ne pourront jamais rien contre eux. « Elles veulent nous gâter, elles veulent nous monter l’un contre l’autre, elles veulent nous voir nous détester mais elles ne pourront jamais. Elles ne pourront jamais parce que le Mogho Naaba est avec nous, elles ne pourront jamais parce que le Prince Akim est avec nous. Elles ne pourront jamais parce Naaba Kiiba du Yatenga est avec nous » disaient les deux artistes sous les regards plaisants des fans. Une chanson qu’ils ont entonnée torche nue.

« C’est pas possible. Qui l’aurait cru ? Ces deux artistes ensemble dans une même chanson ? » ; s’étonne Julien Ouédraogo un des fans de Floby. Et à Karim Tiendrebéogo, fan de Dez de remercier le bon Dieu pour avoir permis que les deux terminent ainsi la soirée. Lui qui pensait qu’elle se terminera par une bagarre entre les deux. C’est, main dans la main, épaule sur épaule et une accolade de plus de 2 minutes sous les crépitements des appareils photos et les regards très réjouissants des spectateurs  que Floby et Dez Altino ont remercié leurs fans d’avoir fait massivement le déplacement avant de leur dire au revoir.

Mais bien avant, ils se sont lancé des piques lors de leur passage individuel. « Si tu me testes tu vas me détester. Je suis le Prince national. On ne joue pas avec moi. Je n’ai pas peur. C’est moi comme ça » lançait Dez Altino entre ces différentes chansons qu’il a fredonnées en compagnie de ses danseurs. Réponse de Floby : «  Il ne faut pas comparer des personnes incomparables. Est-ce qu’il y a l’homme pour moi ? C’est moi le maître ici, je suis le roi ». Après avoir entonné « Wilgui mam » un des titres de son 2e album avec  sa guitare et « Loké » en semi-live,  il annonce la fin du concert. « Le face à face est fini normalement ou bien ? J’ai déjà gagné. Mais pour vous, pour votre plaisir je vais continuer » a ironisé Floby avant de faire monter la température d’un cran avec « Gama Gama to go » ; « Dans un peu », « Ya ya boin », « Touma » sous l’œil vigilant de Papus Zongo son manager général. Voilà donc.

Tout est bien qui finit bien. Il n y a pas eu de clash entre les deux artistes, ni de bagarre mais plutôt l’union, l’esprit de solidarité, de partage, de fraternité non seulement entre Floby et Dez mais aussi  entre les fans des deux.      C’est cela le but qui était recherché par les organisateurs en initiant le concept.  Il y a aussi eu un sentiment de grande satisfaction des organisateurs avec à leur tête Innocent Belemtougri de Bitel communication qui ont réussi le pari de l’organisation de l’acte 2 du concert des monstres sacrés de la musique burkinabè. Etaient également satisfaits les sponsors qui ont réussi à faire la promotion de leurs produits. En somme c’est tout le Burkina qui a gagné dans ce spectacle. Rendez-vous est pris le 1er mai à Abidjan où les deux monstres de la musique burkinabè reproduiront le même spectacle pour leurs fans de la Côte d’Ivoire.

Yannick SANKARA

 


Articles similaires

Projet graine d’espoir: Le Théâtre Soleil veut assurer la relève artistique

Afriyelba

Musique: Les ultimes RDV 2018 de SOFIANO à ne pas manquer

Afriyelba

Diamond Platnumz qualifié de narcissique: sa petite amie le quitte et fait quelques déballages

Afriyelba

3 comments

Kougouri Boureima Avr 23, 2016 at 12 h 10 min

C’est vraiment une très bonne nouvel ! C’est l Burkina qui gagne!
Qui a réellement gagné l face à face?

Reply
kabs Avr 23, 2016 at 12 h 40 min

Floby. Le talent à l’état puuuuur

Reply
KOLAROV Avr 23, 2016 at 23 h 59 min

Evenement à encourager et à reproduire regulièrement. Felicitations aux monstres sacrés qui montrent aux esprits tordus que le temps de ces actes est revolu. Exemple à suivre imperativement par les autres pour le developpement de la musique burkinabé. Chapeau!!!!!!!!!

Reply

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR