Afriyelba
A la Une

Alphonse Tougouma, DG du fonds de développement culturel et touristique: « Voici comment vous pouvez bénéficier du fonds »


Il est  à la tête du Fonds de développement culturel et touristique depuis septembre 2016. Depuis son installation, Alphonse Tougouma, puisque c’est de lui qu’il s’agit et ses collaborateurs se sont mis au travail pour la bonne marche de l’institutions. Dans l’après midi de ce 6 juin, nous sommes allés lui tendre notre micro afin qu’il nous donne plus de détailles sur le fonds. Les conditions d’octroi, les bénéficiaires, les différents volets du fonds, les délais de remboursement du crédit sont entre autres les sujets abordés dans cet entretien. Lisez.

Afriyelba: Pouvez vous nous présenter le fonds de développement culturel et touristique?

Alphonse Tougouma: Je vous remercie pour votre intérêt. Le fonds est un mécanisme qui a été mis en place par le gouvernement burkinabè depuis août 2016 et qui vise à accompagner financièrement et techniquement les opérateurs culturels et touristiques. L’objectif visé est de faire des industries culturelles et touristiques des pools dynamiques de notre économie.

A l’heure où nous parlons, le fonds est-il fonctionnel?

Oui. Nous pouvons dire que le fonds est fonctionnel depuis son lancement la semaine dernière. Les organes sont mis en place, la direction générale est assez étoffée, le conseil d’administration a été mis en place en début 2017 et nous avons travailler à élaborer les outils. Nous avons donc commencé à travailler et le 30 mai dernier, nous avons lancé les premier appels à projets.

Quels sont les produits que dispose le fonds.

Comme je l’ai dit un peu plus haut, le fonds de développement culturel et touristique fait dans l’accompagnement technique et financier. Le premier volet concerne surtout le renforcement des capacités  des opérateurs culturels et touristiques. Quant au deuxième volet qui est l’accompagnement financier, il se divise en 4 axes que sont: la subvention, le crédit, la garantie et le portage. Le portage concerne les projets non satisfaits que nous mettrons dans notre banque de données et que nous allons éventuellement présenter à d’autres partenaires. Les garanties concernent les  prêts bancaires. Ici nous apportons notre caution et notre garantie vis à vis des opérateurs afin qu’ils puissent bénéficier de prêts auprès des banques. Pour ce qui est des crédits, nous pouvons aller jusqu’à 50 millions de F CFA. Au delà de cette somme nous inviteront les structures à aller vers les garanties.

Quel est le taux de ces crédits?

Le taux est de  5%. Mais les garanties pourront être discutées en fonction du taux de l’entreprise bénéficiaire.

Combien pouvez-vous octroyer au minimum?

1 million de F CFA. Nous pouvons octroyer des crédits allant de 1 à 50 millions de F CFA.

Remboursable pour combien d’années?

Le délai de remboursement au niveau des crédits est de 5 ans avec une

possibilité de rallonge de deux ans.

Parlons à présent des subventions, le 4e axe

Il faut dire que ce sont des subventions qui doivent aider à mieux produire et à mieux faire écouler le produits. C’est à dire que ces subventions doivent servir de fermants pour mieux dynamiser les entreprises culturelles et touristiques. Elles doivent concourir à une meilleure structuration du secteur de l’économie et de la culture.

Et jusqu’à combien de franc pouvez vous accorder comme subvention?

10 millions de F CFA. Nous allons commencer avec cette somme pour voir ce que ça va donner avant de tirer les leçons pour la suite.

Qui sont les bénéficiaires du Fonds de développement culturel et touristique?

Les bénéficiaires sont surtout les entreprises culturelles et touristiques, les associations et les coopératives. Les bénéficiaires doivent être des structures organisées.

Un individu n’a donc pas droit à ce fonds?

Un individu à lui seul ne pourra pas bénéficier du fonds de développement culturel et touristique. A moins qu’il ne soit propriétaire d’une entreprise à caractère individuel. Les entreprises doivent nous fournir tous les documents nécessaires à savoir le registre de commerce, le numéro IFU et elles doivent employer au moins une personne et disposer d’un siège. S’agissant des associations, elles doivent nous fournir leur récépissé, leurs statuts et aussi nous fournir des informations sur leur siège.

Outre ces conditions, il faut présenter un projet structurant et innovant?

Oui exactement. C’est le projet qui conduit le financièrement. Lorsqu’on présente un projet qui ne tient pas la route, c’est évident que ça va poser des petits problèmes. Ce que nous voulons, ce sont des projets qui nous font rêver, des projets structurant, des projets rentables.

Avez vous déjà eu à financer des projets?

Non pas pour le moment. Nous avons fait un appel à projets le 30 mai dernier pour permettre aux bénéficiaires de postuler. La date limite de l’appel est fixée au 30 juin. Après donc le 30 juin, nous allons faire le dépouillement pour choisir les projets qui rentrent dans nos objectifs. Il s’agit du tout premier appel à projets et plusieurs autres suivront.

Le DG du fonds a invité les partenaires à les accompagner

Combien disposez vous au niveau du fonds?

Pour ce premier appel à projets, nous avons 120 millions pour la subvention, 460 millions pour les crédits. Le fonds lui-même est un projet de 22 milliards de F CFA de financement pour 5 ans. C’est ainsi que nous l’avons élaboré et nous souhaitons que les partenaires techniques et financiers nous aideront à le nourrir.

Y’aura-t-il un mécanisme de suivi qui sera mis en place pour suivre les bénéficiaires afin que les fonds qui leur seront alloués ne soient pas utilisés à d’autres fins?

Oui en effet, vous faites bien de poser la question. Dès lors qu’un bénéficiaire dépose son dossier, commence immédiatement les aspects de suivi et évaluation. Les outils de suivi et évaluation sont déjà prêts et nous allons y veiller à ce que l’argent aillent directement là où il doit aller. Là dessus soyez en rassurés.

Pour terminer je voudrais rassurer les uns et les autres que nous avons l’obligation  de la bonne gouvernance au niveau du fonds. A ce niveau les gens peuvent être rassurés parce que la transparence sera de rigueur. Nous souhaitons qu’on puisse nous faire confiance. Je voudrais lancer un appel également vis-à vis des partenaires qui ont toujours soutenu la culture pour leur dire que nous les sollicitons une fois de plus à nous accompagner afin que nous puissions à travers ce fonds donner un meilleur visage de l’économie de la culture et du tourisme de notre pays. Nous faisons un appel à contribution pour approvisionner le fonds. A l’endroit de tous ceux qui nous ont soutenus jusque là, je voudrais leur dire que nous avons effectué un grand pas ensemble et que nous comptons sur eux pour la réussite des missions qui nous sont assignés.

Propos recueillis par Yannick SANKARA.

 


Articles similaires

Association AURAF-Transplant: Jahkasa souhaite organiser un concert avec Ticken à Bobo..

Afriyelba

Football : Alain Traoré dans le top 5 des joueurs évoluant sur le continent africain

Afriyelba

Cristiano Ronaldo : « Je ne signerais pas un nouveau contrat avec le Real Madrid »

Afriyelba

1 comment

bod Juin 8, 2017 at 8 h 20 min

On espère que ce fonds fera exception : s’inscrire dans la durée et surtout dans l’orthodoxie financière rigoureuse ! Les fonds naissent et disparaissent dans notre pays sans impacte réel sur le développement ! Faites alors rêver les acteurs culturels, comme SANKARA a fait rêver toute l’Afrique Mr Tougouma, et l’histoire vous en sera reconnaissant !

Reply

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR