25 October 2020

CONVENTION DE L’UNESCO 2005 : le 3ème rapport périodique quadriennal du Burkina Faso en voie d’élaboration

Partager
  • 38
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    38
    Partages

Dans le cadre de l’élaboration du 3ème rapport périodique quadriennal sur la Convention de 2005 de l’UNESCO, le Burkina Faso a tenu ce 9 janvier à la mairie centrale de Ouagadougou, sa réunion de consultation nationale multipartite.  Cette rencontre, placée sous la présidence de Abdoul Karim Sango, ministre de la Culture, des arts et du tourisme, a connu la présence de plusieurs acteurs du monde de la culture et des participants  d’autres ministères.

En octobre 2005 le Burkina Faso a adopté une Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Cette convention reconnait le  droit des Etats de prendre des mesures pour protéger et promouvoir la diversité des expressions culturelles et impose des obligations aux parties au niveau national  et international. C’est pourquoi le Burkina, après avoir ratifié la Convention en 2005, a déjà soumis deux rapports (02) périodiques quadriennaux, l’un en  2013 et l’autre en 2017.  La rencontre de ce 9 janvier avec les parties prenantes va permettre donc de rédiger le troisième rapport qui devrait être soumis au plus tard le 30 avril 2020.

Le ministre de la culture, des arts et du tourisme, (milieu) a présidé la rencontre de la consultation nationale multipartite

La production de rapports quadriennaux « témoigne du respect des engagements pris par les Etats-parties sur la mise en œuvre de la Convention de 2005 de l’UNESCO », selon le ministre de la Culture. A en croire Abdoul Karim Sango, cette Convention de l’UNESCO établit le droit des pays d’adopter des politiques et des mesures pour soutenir l’émergence d’industries culturelles et créatives dynamiques et fortes.  Selon lui, elle donne la possibilité aux Etats « d’assurer aux artistes, aux professionnels de la culture et aux créateurs ainsi qu’à tous les citoyens, la capacité de créer, de produire, de diffuser et de profiter d’une vaste gamme de biens, de services et d’activités culturelles ». Le ministre a, par ailleurs, reconnu que l’adoption de cette Convention est le fruit d’une lutte acharnée menée par de nombreux Etats et des organisations de la société civile pour  donner à la culture toutes ses lettres de noblesse dans la chaine du développement durable.

  Les travaux de la présente Consultation nationale multipartite consisteront donc à collecter des informations, des données statistiques et à identifier des bonnes pratiques sur les politiques et mesures qui pourront contribuer de manière « pertinente et significative », à la mise en œuvre de cette convention de 2005 au plan national. Mais avant, un atelier de renforcement des capacités des membres de l’équipe nationale chargée de la rédaction du troisième rapport du Pays des Hommes intègres, s’est tenu du 04 au 07 décembre 2019 à Bobo Dioulasso, au Centre régional pour les arts vivants  en Afrique, Centre de catégorie 2 de l’UNESCO dédié à la Convention de 2005.

Plusieurs représentants ministériels et d’éminents hommes de culture ont pris part a cette réunion consultative

Abdoul Karim Sango dit donc ne pas douter de la qualité de cette équipe qui « comporte des représentants de près d’une dizaine de départements ministériels » pour conduire les travaux. La rédaction de ce troisième rapport intervient dans un contexte international marqué par la mise en œuvre du Programme 2030 du développement durable. Le maire de la commune, Armand Roland Pierre Beouiodé a tenu à rappeler que sa commune a été désignée « Ville créative de l’UNESCO » dans le domaine de l’artisanat et des arts populaires. Toute chose qui permet, selon lui, d’être un partenaire clé de l’UNESSCO pour la mise en œuvre des dix-sept Objectifs de développement durable (ODD). Il a donc rassuré de la disponibilité de sa commune à tout mettre en œuvre pour accompagner le ministère de la culture, des arts et du tourisme dans le processus de l’élaboration du 3ème rapport des quadriennal.

A l’issue de la cérémonie d’ouverture de la rencontre, les officiels et les participants ont posé en famille

Abatidan Casimir Nassara


Partager
  • 38
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    38
    Partages
Comments
  • Pour toute fin utile la convention a été ratifiée par le Burkina Faso en 2006 et non 2005 comme mentionné dans le texte. Également c’est de produire des rapport pour assurer le financement mais c’est plus judicieux de faire l’etat des lieux et rectifier sa ise en œuvre dans les pays. Cordialement!

    Jan 10, 2020
  • Pour toute fin utile la convention a été ratifiée par le Burkina Faso en 2006 et non 2005 comme mentionné dans le texte. Également c’est de produire des rapport pour assurer le financement mais c’est plus judicieux de faire l’etat des lieux et rectifier sa ise en œuvre dans les pays. Cordialement!

    Jan 10, 2020

Leave A Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR