19 October 2021

Fasofoot:Les raisons du clash entre Amadou Sampo et les dirigeants de l’EFO

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C’est l’actualité locale de ses dernières heures. L’étoile Filante de Ouagadougou (EFO) et son entraîneur Amadou Sampo c’est désormais la rupture.

En effet Amadou Sampo fait cas d’arriérés de salaire qui serait à l’origine de cette brouille. L’entraîneur dit compter quatre mois sans salaire et trois mois pour les joueurs. C’est en voulant réclamer cette somme que le clash est intervenu. Selon Alban Ouedraogo, président de la section football, le club a demandé la date de reprise des entraînements à l’entraîneur. Celui-ci a fait savoir que l’équipe reprendra le chemin des entraînements probablement le 14 janvier. Mais problème à l’approche de cette date, les dirigeants disent avoir constaté que les joueurs n’étaient pas au courant. Interpellé, Sampo a fait savoir, selon Alban Ouedraogo, qu’il a dit probablement et qu’il fallait un préalable avant la reprise. Deux mois de salaire avant d’envisager un retour sur le terrain. Les dirigeants disent avoir tenté de faire entendre raison au coach sans succès.

Devant cette situation, ils n’avaient pas d’autre choix que de se séparer et remettre l’équipe à son adjoint afin que les entraînements reprennent. Le président Alban dénonce une tentative de prise en otage du club. Amadou Sampo, quant à lui, estime avoir montré sa bonne volonté dans cette situation mais lui aussi a des besoins. Il a exigé dans un premier temps du matériel de travail,  ensuite la régularité des salaires. Le club selon son président dit avoir permis au coach d’évoluer sur deux tableaux. A savoir être en équipe nationale junior et être chez les bleu et blanc et cela malgré ses absences répétées.

Le président dit être à la recherche de moyens surtout que, depuis le début de la saison, le ministère des Sports reste muet sur la question des bourses. Pas de fumée blanche depuis quatre mois du côté de la tutelle. Nonobstant cela, pour Ouedraogo il faut sauver la reine des stades surtout que cette année, quatre équipes doivent aller voir en D2. Sampo lui dit avoir une réputation à défendre en tant qu’entraîneur national et se doit d’avoir un minimum de moyens financiers et matériel pour faire son boulot. La rupture semble consommer entre les deux parties et tout porte à croire que c’est le problème d’approche entre les deux parties qui est à la base. C’est donc l’entraîneur adjoint qui devrait conduire l’équipe pour la reprise des entraînements en vue de la seconde phase du Fasofoot.

Lassina Sawadogo


Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Leave A Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR