Afriyelba
Musique

FUSH, ARTISTE-MUSICIEN: « Alpha a commencé à s’imposer…. »


De son vrai nom Oussené Kouefi, l’artiste-musicien FUSH a mis sur le marché de disque son premier album intitulé « Alpha ». Dans l’interview qu’il nous a accordée, il parle de l’album depuis sa sortie, dévoile sa stratégie de promotion et parle de sa vie privée.

 

Afriyelba : Il y a de cela quelques semaines ton album, premier du genre « Alpha » est officiellement sorti, comment se porte t-il sur le marché ?

Fush : Avant de répondre à votre question permettez-moi de remercier toute la presse nationale pour son soutien particulièrement au site Afriyelba qui se bat au quotidien pour la promotion de la culture au Burkina Faso. Pour ce qui est de mon album, grâce à Dieu et  aux hommes de média, il  se porte bien sur le marché. Depuis sa sortie les échos qui me reviennent  sont favorables. Je reçois tous les jours des appels de personnes de toutes les sensibilités qui me félicitent et m’encouragent. Je pense que l’album est en train de s’imposer lentement dans le milieu.

Quelle est la petite histoire de « Alpha » ? Pourquoi avoir nommé ainsi cet album ?

Il faut dire que « Alpha », au-delà de l’album est un concept par lequel je  rends grâce à Dieu pour tous ses bienfaits. Ne dit-on pas que  Dieu est l’Alpha et l’Omega ?. J’ai donc décidé d’intitulé mon premier album « Alpha » pour dire que c’est le commencement et pour dire à Dieu de me soutenir pour que je puisse atteindre mes objectifs.  « Alpha est un album de 12 titres dont une intro et quelques chansons en remix. Les thèmes abordés sont à 90% relatifs à l’amour. En plus j’ai fait une chanson religieuse pour rendre grâce à Dieu.

Tes inspirations concernant les chansons d’amour, sont-elles  issues d’histoires que tu as vécues ?

Non pas de tout. De façon générale, ce sont des chansons qui rendent hommage à la femme africaine et Burkinabè en particulier. Il faut dire qu’au début, avant de faire l’album, je ne me suis pas assis pour dire que je vais faire des chansons d’amour. C’est en fonction de mes inspirations que j’ai composé les textes et je les ai montrés à mon producteur qui les a trouvés intéressant.  Ce n’est vraiment pas des histoires d’amour que j’ai vécues qui ont été relatées dans mes chansons.

Tu as fait mention d’un producteur dans ta réponse précédente, de qui s’agit-il et comment vous êtes vous rencontrés ?

Mon producteur est une structure à savoir Graphic Architect qui est plus connu dans la réalisation des clips. Elle m’a d’ailleurs découvert lors du tournage d’un des clips du groupe ESTIM dans lequel je me trouvais. La structure a été emballée par mes talents et après ils m’ont appelé pour me proposer de me produire. C’est de la sorte que j’ai connu mon producteur.

IMG-20150816-WA0008

Et tu as signé un contrat avec la structure ?

Oui bien sûr. Je suis lié à Graphic Architec par un contrat. C’est une structure sérieuse dirigée par des jeunes très dynamiques et je pense que je resterai aussi longtemps que Dieu le veut avec eux.

Le jour de la sortie de l’album, vous vous êtes donné un délai de six mois pour que tu sois cité parmi les premiers artistes connus au Burkina. Comment allez-vous procéder pour réussir cet exploit ?

C’est en effet l’objectif que nous nous sommes fixés. D’aucuns diront que nous sommes prétentieux et que c’est démesuré de notre part mais je pense que dans la vie il faut oser. Notre stratégie pour l’atteinte de cet objectif  sera basée sur des projets, sur la communication sur les réseaux sociaux, dans les médias dans son ensemble. Nous userons de tous les moyens dont nous disposons  pour que l’artiste que je suis soit connu aussi bien au Burkina qu’à l’étranger.

FUSH est-il marié ?

Non je ne le suis pas. Je suis célibataire sans enfant. Mais je précise que j’ai une luciole qui m’inspire, qui m’accompagne dans la vie. Seulement que je n’ai pas encore franchi le pas de mariage.

Il me semble que tu as un frère jumeau ?

Oui il s’appelle HAssane Koueffi. Je peux dire même que c’est lui qui m’a donné la passion de la musique. Lorsque nous étions en classe de 5e, il a formé un groupe de rap avec ses camarades. Le groupe venait faire les répétitions à la maison. Au début, cela ne me plaisait pas et je sortais de la maison à chaque fois que le groupe est là pour répéter. Un jour j’ai pris la décision de rester suivre un peu leur répétition. Ce jour j’ai vraiment aimé et je me suis rendu compte que ce qu’il faisait ce n’était pas du bruit comme je le pensais mais de la musique, la bonne. Au fur et à mesure je prenais gout à la chose jusqu’à ce que je me suis mis à chanter avec eux. Et c’est ainsi que le virus de la musique m’a piqué.

Que devient ton frère jumeau ?

Hassane est devenu docteur en médecine et officie à l’hôpital Yalgado. Entre temps il était obligé de faire un choix entre la musique et les études et il a opté pour la médecine. Mais la passion en lui pour la musique est toujours vivace. Il me soutien entièrement, il fait ma promotion, il m’encourage, vraiment je suis heureux de la manière dont il  se comporte avec moi.

Pour terminer je voudrais une fois de plus adresser mes sincères remerciements à Afriyelba.net, ce site culturel né il y a de cela un an et qui fait beaucoup pour la culture burkinabè. Partant, je voudrais remercier toute la presse nationale pour le formidable boulot qu’il fait pour nous soutenir. Soyez en remerciés.


Articles similaires

BRAND NEWS: le nouveau clip « Oh light » de Dumba Kultur disponible

Afriyelba

DAPHNE: « Je prépare un feat avec un artiste burkinabè mais….. »

Afriyelba

Mr Léo: « Enfin je suis au pays de Thomas Sankara »

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR