Recent Posts
a
17 August 2019

JAZZ A OUAGA : le groupe GESTU « Partage son rêve d’un monde sans frontière »

Partager
  • 16
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    16
    Partages

La 27ème édition du JAZZ à OUAGA bat son plein dans la capitale Burkinabè depuis le 26 avril 2019. Placé sous le thème Jazz et musique : facteurs du vivre ensemble, le festival annuel de ce genre musical s’étend jusqu’au 4 mai, date à laquelle il refermera ses portes. Ici, nous vous faisons revivre la soirée du 02 mai, tenue à l’Institut Français de Ouagadougou.

Il était 20h 55 minutes quand la première note d’une guitare bass s’est faite entendre, ce 2 mai 2019. Elle venait du groupe GESTU du Sénégal présent à Ouaga dans le cadre du festival Jazz à Ouaga. GESTU qui signifie « Recherché » en Wolof, langue du Sénégal, est un groupe qui s’inspire de différents styles musicaux et culturels de l’Afrique. Composé de musiciens venant du Bénin, du Sénégal et de l’Allemagne, le groupe a fait vivre une soirée fantastique aux mélomanes de ce genre musical. GESTU à travers sa prestation, essentiellement basée sur l’album Alekle de 8 titres, a eu le ‘’désire de partager son rêve d’un monde sans frontière’’ avec les mélomanes.

Du titre Alekle à Demons et Pearls en passant par Who Exactily et Africa Buzz, Ambroise Zinsou et son groupe ont tenu le public en haleine. De passage, le groupe a rendu un vibrant hommage à Fela par la reprise d’un de ses morceaux à travers le titre Tribute To Fela. Selon eux, Fela est l’un des pionniers de la musique du Jazz. Pendant près d’une heure 30 minutes, le groupe « Recherché » a fusionné les rythmes traditionnels de leurs pays respectifs avec du Jazz et des sonorités africaines sans oublier le zest de groove et de mélodies.

Le groupe des trois nationalités s’est vu succéder donc sur scène par OUAGADEZ, un groupe à double nationalité qui est la résultante d’une rencontre entre deux frères Touareg originaire du Niger et deux musiciens du Burkina Faso. OUAGADEZ fait un mélange de blues touareg d’Agadez et de rythmes traditionnels modernisés de la région du plateau Mossi de Ouagadougou. Après être bien servi au rythme du Jazz par les deux groupes, le public s’est déporté sur le « village » du Festival dans la cour du FESPACO pour vivre en mode gratuit la suite de la soirée. En attendant que les rideaux ne tombent demain 4 mai, Jazz à Ouaga continu ce 3 mai toujours à l’Institut Français à partir de 20h 30 mn avec Eugene KOUNKER du Burkina et John ARCADIUS du Bénin.

Abatidan Casimir NASSARA


Partager
  • 16
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    16
    Partages
No Comments

Leave A Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR