Recent Posts
a
23 October 2019

JOURNEE INTERNATIONALE DE LA JEUNE FILLE : Des jeunes filles demandent d’arrêter de chosifier les jeunes filles dans les médias et au cinéma ».

Partager
  • 30
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    30
    Partages

La journée internationale de la jeune fille 2019 a été célébrée ce 10 octobre à Ouagadougou, au Palais de la culture et de la jeunesse Jean Pierre Guingané par  Plan International Burkina Faso en collaboration avec les Jeunes filles leaders engagées pour un avenir meilleur et épanoui. A cette occasion, les filles ont présenté une chorégraphie musicale par laquelle elles ont dénoncé les inégalités dont elles sont victimes.

Les jeunes filles à travers un skech de 35 minutes ont dénoncé les difficultés dont elles sont victimes et ont demandé d’arrêter de les chosifier dans les médias et au cinéma

A l’instar des artistes musiciens,  Malika la slameuse et  Imilo LeChanceux  qui sont venus soutenir, encourager et sensibiliser  les jeunes  filles dans la célébration de leur journée  par des prestations musicales, les filles  ont présenté une chorégraphie dans laquelle elles ont traité des problèmes qu’elles rencontrent.

Le groupe Bélemtissettes ont émerveillé le public 

Avant, ce sont les Bélemtissettes qui ont gagné l’admiration du public présent. En effet, ce groupe, composé de jeunes filles vêtues d’uniformes, a interprété des chansons à l’aide de fanfares sous les applaudissements du public. Et avant que Imilo LeChanceux ne vienne clore la cérémonie, c’est le groupe Jacky’s band qui a rendu calme le palais de la culture Jean Pierre Guingané par sa prestation chorégraphique mélangée à de la mélancolie et de l’espoir.

Imilo Lechanceux et ses danseurs ont fait la fête avec les jeunes filles

A travers cette chorégraphie, elles ont, entre autres, dénoncé les grossesses précoces qui affectent l’avenir de la jeune fille non seulement en milieu scolaire mais également dans les autres milieux, le manque d’infirmeries  et de toilettes scolaires adéquates  et adaptées aux besoins des filles. Sur leurs tableaux à message, l’on pouvait lire « spécialistes de la santé, autorités nationales aidez-nous !  Les menstrues ne doivent pas être une entrave à notre éducation » ou encore « arrêtez de chosifier les jeunes filles dans les médias et au cinéma ».

Malika la slameuse faisant le show avec les jeunes filles

Tous ces messages en faveur de la jeune fille et de la femme en général,  se sont terminés par un appel à toutes les jeunes filles à se lever « contre l’inégalité pour l’édification d’un monde juste et meilleur ». Ces messages qui interpellent le public en général  et le ministre de la Femme de la solidarité nationale et de la famille en particulier,  ne sont pas tombés dans l’oreille d’un sourd. Car la ministre, par la voix de sa Directrice générale du Genre, Edwige Ninon Sankara / Yaméogo, a témoigné de  la disponibilité du gouvernement à travailler avec l’ensemble des autres acteurs dont les  responsables politiques, les institutionnels et  administratifs, les leaders communautaires et associatifs, les ONG, les partenaires techniques, à renforcer les lois et règlements pour une  protection plus efficace et efficiente de la jeune fille.

Photo de famille à l’issue de la cérémonie pour la postérité

Abatidan Casimir Nassara


Partager
  • 30
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    30
    Partages
No Comments

Leave A Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR