Afriyelba
A la Une Société

Journées culturelles des burkinabè au Mali: Les artistes traditionnels ouvrent le bal


C’est parti pour la 2è édition des journées culturelles des burkinabè au Mali du côté des berges du fleuve Djoliba au palais de la culture. Le promoteur Fousséni Traoré a associé pour la première fois toutes les associations des ressortissants burkinabè résidant au Mali à cet évènement. Du 20 au 22 mai, expositions, dégustation des mets, prestations d’artistes traditionnels et modernes seront au menu de ces journées présidées par le Ministre de la culture des arts et du tourisme Tahirou Barry.

«Nous sommes à notre deuxième édition car nous avons fait la première édition en 2009. Nous avions prévu de le faire chaque deux ans ou chaque année mais après 2009, l’année qui suivait coïncidait avec le cinquantenaire du Mali. Nous avions à cette époque voulu le mettre en 2011, mais la crise est arrivée. Aujourd’hui l’évènement renaît » a précisé le promoteur Fousséni Traoré. Pour cette renaissance, le côté spectacle a été principalement au rendez-vous.

Le dispositif de la scène et autres matériels dérivés ont tenu toutes leurs promesses. Nous sommes vraiment dans l’antichambre de Seydoni Production, car le promoteur fait parti des fondateurs de cette structure. Une scène impeccable, une régie lumière digne des grands festivals et surtout une sonorisation parfaite.

Côté animation, c’est la musique d’inspiration traditionnelle qui a été à l’honneur lors de cette première journée. Les troupes Burkinabè à savoir ; Kiswensida, Djiguitougou et Amadou Dicko se sont admirablement bien exprimées avec en levée des rideaux l’artiste malien Dabara et son groupe. Des prestations qui n’ont pas laissé indifférents les femmes lors de leurs différents passages. L’ambassadeur du Burkina au Mali Kodjo Lougé, celui de l’Union européenne, les secrétaires généraux du gouvernement malien et bien sur le président des ressortissants burkinabè au Mali ont effectué le déplacement aux côtés de notre ministre de la culture des arts et du tourisme Tahirou Barry.

j3
Les officiels de la cérémonie d’ouverture. On reconnait le ministre Tahirou Barry, 1er à partir de la droite

Ce dernier s’est réjoui de  l’initiative et a salué le promoteur Fousséni Traoré ainsi que les différentes associations ; «Comme le baobab, la véritable force de notre culture réside dans ces racines. Le ministère de la culture des arts et du tourisme burkinabè s’est résolument engagé dans la promotion de la culture burkinabè à l’étranger. Cela fait parti des axes stratégiques de notre politique et c’est dans ce cadre que nous sommes présents à Bamako. Tout ce qui doit contribuer à magnifier la culture burkinabè à l’étranger, tout ce qui doit contribuer à permettre la découverte, l’expression des talents burkinabè à l’étranger, le ministère de la culture burkinabè sera toujours présent» a-t-il déclaré lors de son intervention.

Quant au promoteur Fousséni Traoré, il s’est surtout réjoui que l’activité ait repris après une longue période de silence ; «Nous sommes à notre deuxième édition car nous avons lancé la première en 2009. Nous avions prévu de le faire chaque deux ans ou chaque année mais après 2009, l’année qui suivait coïncidait avec le cinquantenaire du Mali. Nous avions à cette époque voulu le mettre en 2011, la crise est arrivée. Il a fallu attendre la fin de la crise pour le relancer cette année. C’est une édition, je dirais qui renaît de ces cendres, car la première édition avait été entièrement réalisée par Seydoni Mali. La      seconde, nous avons associé les communautés et séance tenante, tu viens d’assister à des discussions dû à l’inexpérience de ces jeunes en matière d’organisation. Il y a quelques failles mais avec le temps, ils vont se perfectionner. En somme, nous avons voulu associer tous les jeunes burkinabè vivant au Mali, pour cette édition car beaucoup sont nés ici et ont grandi ici sans toute fois connaître leur pays d’origine. Nous souhaitons préparer la relève. C’est la première fois que les trois associations des burkinabè résidant au Mali se retrouve pour une activité du genre et nous souhaitons que les autorités burkinabè nous accompagnent».

J2
Dégustation de mets burkinabè

A la suite des interventions des autorités du Mali et autres, la délégation s’est rendue pour une visite des stands où les mets exclusivement du Burkina (pour ce premier jour) étaient exposés. Les uns et les autres ont pu déguster entre autres, le Ngonré, ou encore le tô, les grillades, le Tchapalo et surtout la bière brassée au Faso, la BRAKINA qui était principalement prisée. C’est sous une fine pluie que les festivaliers ont pris congé des bords du fleuve Djoliba en promettant venir massivement nombreux ce soir pour participer au clou des journées culturelles avec les prestations très attendues de nos artistes maison Dicko Fils (Kundé d’Or et PCA 2016) et Floby (Kundé du public 2016).

Jabbar !

 


Articles similaires

OUAGA FESTIVAL: Les organisateurs ont failli fait perdre une date à Floby

Afriyelba

Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou: Imilo Lechanceux accorde une journée de liberté aux détenus

Afriyelba

FESPACO 2017: VOICI LE PROGRAMME DE PROJECTIONS DES FILMS

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR