Afriyelba
A la Une Cinéma Culture Musique Société

 »Lagm n’zindi », un création théâtrale thérapeutique pour accompagner les personnes touchées par les traumatismes du terrorisme.


Des artistes exerçant dans 5 disciplines différentes réunis sur initiative de l’Institut de recherche théâtrale du Burkina (IRTB) ont collaboré avec un groupe de psychologues pour mettre en place  »Arts et trauma », une création théâtrale thérapeutique. Cette création singulière par son contenu dénommée Lagm n’zindi est un spectacle thérapeutique pluridisciplinaire et multilingue qui vise à accompagner les populations victimes des traumatismes liés au terrorisme au Burkina Faso. Conte, musique, théâtre et peinture sont le cocktail de cette création innovente dont la représentation implique le public. Après Fada N’gourma, Ouahigouya et Réo, le spectacle a été proposé au public ouagalais ce mardi 4 juillet à Grâce théâtre. 

Grâce théâtre a accueilli hier 4 juillet la première projection à Ouagadougou du projet  »Arts et Trauma ».

La culture a un rôle crucial à jouer dans le retour de la paix au Burkina Faso et dans la réparation des traumatismes causés par les violences de tout genre subies par les populations. Après avoir eu recours au service d’un psychologue, le directeur de l’IRTB Paul Zoungrana a trouvé un lien entre les arts de la scène, les arts plastiques, le cinéma et la psychologie. C’est ainsi qu’est né le projet  »Arts et trauma ». Il a pour objectif de réunir des artistes professionnels des domaines du théâtre, du conte, de la musique et de la peinture et de développer des messages d’apaisement à travers des expressions artistiques. Elle vise également à former des professionnels du théâtre et des arts plastiques au langage, en pédagogie et en psychologie en matière de violences et de traumatismes de guerre et à réaliser un film documentaire de capitalisation. «Ce spectacle est une collaboration entre les artistes et les professionnels de la santé mentale pour réfléchir ensemble à un dispositif artistique pour aller vers les personnes déplacées internes (PDI) afin d’apaiser les souffrances internes qu’ils vivent» a expliqué Paul Zoungrana. Ce projet est sensible au contexte d’insécurité et s’inspire de la situation des PDI. Il entend contribuer à l’avancement des industries créatives et culturelles du Burkina et permettre à des milliers de populations qui n’avaient pas accès à la culture et au monde du spectacle de connaître et mieux comprendre le théâtre et les arts de la scène.

 

La création a pris deux mois et pour atteindre les objectifs fixés, les 10 artistes après avoir bénéficier d’une formation de 4 psychologue du 14 au 24 février 2023 ont fait des ateliers artistique afin d’apaiser les PDI. Les secteurs 1 et 2 de Fada N’gourma, le camp PDI de Ira à Ouahigouya et le village de Dassa à Réo sont les premières localités à accueillir la création théâtrale thérapeutique. 2500 personnes ont été touchés dans ces localités. Les PDI ont pu avec beaucoup d’émotion raconter leurs histoires troublantes liées au terrorisme. « C’est des moments très émouvants de jouer pour les PDI dans ces zones car les douleurs sont encore vives. Ils viennent sur scène pour parler avec les psychologues» a confié le directeur de l’IRTB. La parole a été donné au public ouagalais également.

La parole a été donné au public.

Après l’étape de Ouagadougou, les initiateurs du projet espèrent trouver des partenaires pour faire voyager le projet partout où il y’a des PDI. Il est également prévu la production d’un film documentaire sur le processus de création du spectacle et une captation du spectacle lui même dans le but de le projeter dans les zones difficiles d’accès grâce au cinéma numérique ambulants et la fédération burkinabè des ciné clubs. Notons que la création comporte 4 langues nationales et le langages de signe avec la possibilité de l’adapter à toutes les langues du Burkina.

Le projet  »Arts et Trauma »a été confinancé par le Fonds de développement culturel et touristique (FDCT) et l’Union européenne à travers le d’appui aux industries créatives et à la gouvernance culturelle (PAIC-GC 2). Les représentations se poursuivent chaque soir à Grâce théâtre sis à la Cité An III jusqu’au 6 juillet.

Par Wend Kouni 


Articles similaires

Kim Kardashian a passé les fêtes de fin d’année aux urgences

Afriyelba

Fally Ipupa, Une fortune au service de sa passion pour les montres

Afriyelba

Jezy Kankelen, artiste bobolais vous présente « Yantiman ».

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR