Afriyelba
A la Une Musique

Lati Shine: Zoom sur un artiste avec une tête bien pleine


Depuis le 12 juillet 2018, les résultats du premier tour de l’examen du baccalauréat sont tombés un peu partout au Burkina Faso. Les candidats qui ont décroché leur passeport pour l’université dès la première phase ne cachent pas du tout leur joie de réussir après de nombreux mois d’inquiétudes et surtout de nuits blanches. C’est dans cette atmosphère de gaité que Afriyelba a rencontré, le samedi 14 juillet dernier au centre national des personnes handicapées, l’artiste musicienne Tiemtoré Latifatou dit Lati Shine qui a réussi à son examen du BAC série A4, avec une mention assez bien. Nous avons décidé de diriger notre plume vers cette jeune fille à la double casquette, artiste et élève, afin de comprendre le planning qui lui permet de jouer sur les deux fronts, de faire connaitre d’avantage l’artiste à travers ses œuvres et sa personne. Découvrons ensemble donc, une artiste qui a su allier avec brio danse, musique et études depuis la classe de CP2.

Lati-Shine a bien attrapé deux lièvres à la fois et elle s’en sort bien

Un adage populaire dit qu’on ne peut pas poursuivre deux lièvres à la fois. Cette assertion semble être remise en question par Latifatou Tiemtore dit Lati Shine qui a réussi jusque-là à poursuivre deux choses qui, pour le commun des mortels sont très souvent incompatibles : Etudes et musique. Lati Shine nous raconte que dès l’âge de 6 ans elle a intégré les majorettes de la ville de Ouagadougou, qui, à l’époque étaient entrainées par Pezito Golgi son manager. Cette aventure avec les majorettes l’a permis de participer à des compétitions telles que Bambino Show, Fitini Show  dans les années 2007, ou elle reprenait des tubes de célèbres chanteuses comme Bamba Ami Sarr, Claire Bahi, Maman Rovane etc.

« C’est à travers ces prestations que Pezito a décidé de me lancer dans la musique », nous confie Lati Shine. Par ailleurs il faut noter que les choses ont commencé à se concrétiser musicalement parlant pour cette artiste qui caresse à peine la vingtaine de printemps, à partir de 2012 avec la sortie de sa toute première chanson baptisée « SOS enfants de rue » en featuring avec weezy. Jusqu’aujourd’hui notre nouvelle bachelière compte sept tubes à son actif dont le dernier en date est « la Chakala » en featuring avec Imilo le Chanceux. Par la suite, permettez-nous de convoquer cette adresse de Pierre Corneille à l’endroit de Rodrigue dans la pièce de théâtre tragi-comique appelée le Cid qui dit ceci « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre d’années ». Juste pour dire que malgré son jeune âge Lati Shine arrive à s’imposer un emploi du temps hebdomadaire très strict sous la supervision de Pezito Golgi son manager et également encadreur à domicile depuis sa classe de CP2 jusqu’en terminale.

Latifatou dans un look de star

                                   Le secret de Lati Shine c’est le travail et la bonne organisation

Après quelques heures de discussion avec Lati shine l’on est amené à tirer la conclusion selon laquelle, cette jeune fille est grande en esprit. Dans la soirée du samedi 12 juillet nous l’avons rencontré dans la cour du centre national des personnes handicapées avec un style des stars de la world music comme Rihanna qui est d’ailleurs son artiste de référence à l’international. De la tête aux pieds Lati faisait sa star avec un tee-shirt à l’effigie de son nouveau single «  La Chakala », un pantalon jean en mode salopette et des hauts talons noirs. Parlant de son emploi du temps, elle a déclaré que dans la semaine elle étudie du lundi au mercredi sans relâche, le jeudi elle bosse jusqu’à 12h avant d’entamer sa répétition artistique à partir de 15h jusqu’à 18h et à 19h elle reprend les cahiers. Le vendredi elle se noie encore dans ses études, le samedi  et le dimanche elle partage sa journée entre études, répétition et repos.

 

Dans la suite de notre entretien la protégée de Pezito nous dira qu’elle rencontre d’énormes problèmes à l’école du fait qu’elle est souvent appelée à des prestations pendant les heures d’études. Toutefois l’artiste rassure que grâce aux discussions qu’elle a en permanence avec son manager et encadreur à la maison, il n’a jamais été question de laisser l’école pour assurer une scène. A l’école Lati se met au même niveau que ces camarades et ne fait surtout pas la grosse tête avec son statut d’artiste musicienne. Pour le moment elle dit ne pas avoir le temps pour les relations amoureuses avec les garçons et préfère se consacrer à ses études et à sa passion. Une fois le bac en poche avec une moyenne de 12, 30, le cœur de Lati Shine vacille entre le droit et les sciences économiques.

                                   Pezito parle de son rythme de travail avec Lati Shine

Pezito veut faire de son artiste une star mondiale

« Pour être un mentor d’une jeune fille comme Lati Shine il faut se mettre à l’idée qu’en dehors de la musique elle a un avenir à construire grâce à ses études », selon les termes de Pezito Golgi. Pour cela, il a laissé entendre qu’il a établi un emploi du temps en tenant compte du fait qu’elle doit réussir à l’école et dans sa carrière musicale. « Je suis rigoureux sur le planning que je mets en place. C’est moi j’ai établi son emploi du temps, Parfois elle n’a pas envie de suivre ce programme, mais je l’oblige à le suivre. Elle est très jeune, généralement les enfants aiment tout ce qui est facile, pourtant la facilité ne donne pas toujours de bons résultats. Je vous rappelle que je suis son encadreur depuis la classe de CP2 jusqu’aujourd’hui », mentionne au passage le manager de la conceptrice de la Chakala.

Par la suite il nous confie qu’il n’empêche pas sa protégée de se réjouir un peu avec ses ami(e)s, mais il est toujours là pour la rappeler qu’elle a un défi à relever, pour montrer aux yeux de tout le monde qu’il est possible d’allier études et musique avec une bonne organisation. Pezito a insisté  qu’il se bat des pieds et des mains pour que son artiste puisse se faire une place au soleil grâce à ses études afin de faire la musique par plaisir et non pas par nécessité de survie. «  Je veux que ma fille soit un jour reconnue mondialement » souhaite-t-il. Lati Shine a pu suivre le rythme de travail de Pezito du fait de la rigueur qui se cachait derrière, mais aussi à cause de la bonne entente qui a toujours existé entre les deux. «  Des fois il venait me trouver à la maison en train de regarder la télévision pendant les heures d’études, ça chauffait et après je reprends les études », nous dit Lati dans un air amusé.

                         Au début, une maman pour et un père retissent.

Notre Riri du Burkina Faso nous a soufflé à l’oreille que c’est sa mère qui l’a encouragé à danser. Quant au papa il était retissent au début, mais au fil du temps il n’a pas trouvé d’inconvénients à ce que sa fille fasse la musique puisque tout baignait dans l’huile à l’école. A en croire l’interprète de «  Noel est arrivé », ses parents ne comprenaient pas les règles de la musique mais à force de leur expliquer ils ont fini par comprendre. Ce qui les a amenés à confier la destinée de leur fille à Pezito qui jusque-là fait du bon boulot. Le père de Lati Shine se nomme Abdoulaye Tiemtore et est agent à la mairie centrale de Ouagadougou. La mère répond au Nom de Alizeta Bagayan  et est commerçante. Cette artiste/ élève ne cache pas le fait qu’elle a pour seule vraie consolatrice la danse, et tout lui réussit jusque-là grâce à la bénédiction de ses parents.

                                               Son actualité musicale et ses projets

Une image du clip de la « Chakala »

S’identifiant ici au Burkina Faso à Imilo le Chanceux, Lati Shine offre à ses fans ce lundi 16 juillet 2018 le clip de sa dernière composition appelée « La Chakala ».  Après cette vidéo elle entrera en studio dès le jeudi 19 juillet prochain pour enregistrer un single qui fera un tapage pendant ces vacances scolaires, selon les mots de Pezito. Le single s’appellera « Dja c’est faux ». Pendant que le clip fera son bonhomme de chemin sur les chaines de télévision, le nouveau single quant à lui « dérangera » les auditeurs des différentes stations radios. Pezito a profité de l’aubaine pour déclarer que c’est maintenant que la carrière de son artiste va prendre son envol. Avec le bac dans son palmarès scolaire elle pourra assurer des scènes dans des zones reculées de Ouagadougou et hors du Burkina Faso. Choses qui étaient impossibles avant son examen du fait des contraintes scolaires.

Sougrinoma Ismael GANSORE


Articles similaires

Voici 7 bonnes raisons d’être fiers et d’aimer votre teint naturel

Afriyelba

Ministère de la culture, des arts et du tourisme: les agents reprennent le boulot demain

Afriyelba

Fally Ipupa, Une fortune au service de sa passion pour les montres

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR