Afriyelba
A la Une Artisanat Société

RESTITUTION DES BIENS CULTURELS AFRICAINS : Environ 1088 objets burkinabè recensés en France


Ce 29 novembre 2018, face à la presse, le secrétaire général du ministère en charge de a culture, Jean Paul Koudougou, était accompagné d’experts dudit ministère et des ambassadeurs de la France et de la Belgique au Burkina Faso. Au menu des échanges, la question de la restitution des biens africains en France notamment, ceux appartenant au Burkina Faso.

« Je veux que d’ici 5 ans, les conditions soient réunies pour des restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en Afrique », avait déclaré le président français, Emmanuel Macron, dans son discours prononcé, il y a un an, à Ouagadougou. Depuis, les différents pays africain s’affairent pour que cette annonce se matérialise dans les faits.   Du côté français, deux experts ont été commis pour étudier les conditions de réalisation de l’engagement pris par Emmanuel Macron. Au terme de leurs études, ces derniers ont produit un rapport rendu public, il y a peu et attestant, en effet, de la présence de milliers d’objets africains présents dans les institutions patrimoniales françaises.

Le SG du ministère en charge de la culture, Jean Paul Koudougou au milieu

 

Même s’il est difficile d’avoir un inventaire exhaustif de l’ensemble des biens culturels africains en France, selon le rapport, le Burkina Faso compte environ 1088 objets présents dans les institutions patrimoniales en France. Face à une telle situation, selon le SG du ministère en charge de la culture, la position du Burkina est vivement attendue. A l’entendre, une communication orale a été introduite en conseil des ministres afin que la question soit partagée entre les membres du gouvernement. « Les résultats des échanges du conseil des ministres viendront éclairer davantage la position du gouvernement sur le processus de retour des biens culturels pour lequel un groupe d’experts sera bientôt commis à la réflexion sur les modalités d’ordre pratique », a ajouté Jean Paul Koudougou.

Qu’à cela ne tienne, a-t-il fait noter, la question de rapatriement des biens culturels nationaux n’est pas nouvelle au Burkina Faso.  Une politique nationale de rapatriement existe déjà et en ce sens, selon le SG, 33 heures de documents sonores inédits collectés par des chercheurs français depuis les années 30 ont été rapatriée, en 2008. Quant aux conditions de conservation de ces objets, le SG du ministère s’est voulu encore rassurant. Le pays, a-t-il indiqué, dispose d’un arsenal d’instruments normatifs nationaux et internationaux. Pour ce qui concerne le volet organisationnel, le pays dispose également de musés publics et privés, des institutions d’enseignements et de recherche dotées de personnels très qualifiés et de laboratoires d’investigation, d’analyse et de publication sur le patrimoine. « Il s’agira donc de « préparer » ces équipements et institutions pur accueillir les éventuels biens qui viendraient à être restitués et élaborer une feuille de route pour leur promotion », foi du SG du ministère en charge de la culture.

Ils étaient nombreux les Hommes de médias qui ont pris part à cette rencontre

Mais en attendant il faut que ces œuvres puissent être rapatrié et pour cela, le rapport des experts a soutenu que cela nécessite la mise en place et l’adoption d’un certain nombre de dispositifs tant ai niveau de la France qu’au niveau des pays africains. Abondant dans le même sens et avec exemples à l’appui, l’ambassadeur de la France au Burkina Xavier Lapeyre en expliquant que c’est un processus complexe qui requiert l’engagement de tous.

Adama SIGUE


Articles similaires

Luc Bambara burkinabè vivant au Canada: « J’ai beaucoup de projets pour les artistes burkinabè mais… »

Afriyelba

PROCES DE MASSE CONTRE LE NEO-COLONIALISME : La campagne commence demain

Afriyelba

Le projet droit humain à l’alimentation de la MJCA a pris fin ce samedi 7 octobre à Rimkièta.

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR