Afriyelba
A la Une Société

ROLE DES FEMMES DANS LE DEVELOPPEMENT : Les pays membres de l’OCI en débattent à Ouagadougou


C’est ce 1er décembre 2018 que s’est tenue l’ouverture officielle de la 7e conférence ministérielle des pays membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) sur le rôle des femmes dans le développement. Placée sous le thème : « Autonomisation de la femme dans les Etats membres de l’OCI : enjeux, défis et perspectives », cette session a réuni une trentaine de délégations venues des Etats membres de l’OCI et qui auront pour tâche de réfléchir et de proposer une feuille de route pour l’épanouissement de la femme.

La cérémonie d’ouverture de la conférence ministérielle sur le rôle de la femme dans le développement, tenu ce 1er décembre a d’abord été marquée par l’élection de la ministre burkinabè en charge de la femme, Laurence Ilboudo/Marshall comme présidente. Elle succède ainsi à la ministre Turque en charge de la famille, du travail et services sociaux, Zèhra Zumrut Sel Çut, présidente de la 6e session ministérielle des pays membres de l’OCI. Cette session qui se penche sur  la problématique de l’épanouissement de la femme se tient tous les deux ans et cette année, c’est le Burkina Faso qui a eu l’honneur de l’organiser, les 30 novembre et 1er décembre 2018. Y ont pris part, une trentaine de délégations venues de tous les pays membre de l’organisation. Deux jours durant, des experts sur les questions liées à la femme et des ministres se sont penchés sur la thématique : « Autonomisation de la femme dans les Etats membres de l’OCI : enjeux, défis et perspectives ».

Ph/DR; La ministre burkinabè en charge de la femme, à g, a été élue présidente de la 7e session interministérielle de l’OCI

En choisissant ce thème, a fait savoir, Laurence Ilboudo/Marshall, le Burkina veut marquer sa contribution aux efforts de l’OCI en matière de l’autonomisation et du renforcement du rôle de la femme dans le développement des Etats membres. A l’entendre, depuis la 6e session tenue en Turquie, en 2016, des avancées remarquables ont été enregistrées dans la mise en œuvre du plan d’action de l’OCI pour le compte de la femme. « A partir des sillons tracés, je prends l’engagement, avec l’accompagnement des plus hautes autorités de mon pays de réussir la mission qui m’a été confiée », a-t-elle promis. Aussi, Laurence Ilboudo/Marshall a sollicité la solidarité de l’ensemble des Etats membre de l’organisation afin de travailler pour atteindre au mieux les objectifs de l’organisation.

Présent à la cérémonie d’ouverture, le Premier ministre burkinabè, Paul Kaba Thiéba, a fait savoir que certes, des acquis ont été engrangés dans la dynamique de l’autonomisation des femmes mais de nombreux défis restent encore à relever. La présente conférence, pour lui, est une opportunité pour les Etats membres de l’organisation et les partenaires d’identifier les principaux obstacles et les défis auxquels sont confrontées les femmes afin de les relever pour faire de la femme un acteur clé du développement. « Car, le niveau de participation de la femme (Ndlr : au développement) est aujourd’hui un indicateur de bonne gouvernance », a-t-il relevé. Cela dit, a-t-il ajouté, il appartient à tous les acteurs de traduire en actes concrets leur engagement et leur détermination à accompagner la dynamique internationale d’autonomisation de la femme.

Ph.DR; Une trentaine de délégations des pays membres de l’OCI et des PTF ont pris part à cette rencontre de Ouagadougu

La 7e conférence a refermé ses portes dans la soirée du 1er décembre avec la participation du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. A entendre le secrétaire général de l’OCI, Dr Ahmed Al-Othaimen, le Burkina Faso a réussi l’organisation de ce grand rendez-vous. Il n’a pas maqué aussi de saluer les efforts consentis par le pays des « Hommes intègres » pour l’autonomisation de la femme. Roch Marc Christian Kaboré a, quant à lui, salué l’engagement des femmes pour les questions liées à l’équité du genre et à l’autonomisation des femmes dans les pays membres de l’OCI. « La disponibilité et l’engagement personnel de chacun de vous ont permis de formuler des recommandations pertinentes dont nous pouvons être légitimement fiers, et qui, sans nul doute, permettront d’œuvrer à une autonomisation réelle de la femme dans nos Etats, en vue de consolider le développement à la base », a-t-il indiqué.

Adama SIGUE


Articles similaires

N’Golo Kanté, meilleur joueur de l’année en Premier League

Afriyelba

Salon international Business on Technologie: C’est parti pour la 2e édition

Afriyelba

Boxing DAY MARACANA: Socof remporte le graal face à Shalom

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR