Afriyelba
A la Une Société

Salon international de la Femme de Ouagadougou: C’est parti pour la 1ère édition


La 1ère édition du Salon internationale de la Femme de Ouagadougou (SIFO) a débuté, ce jeudi 4 mai 2017 au Salon international de l’Artisanat de Ouagadougou (SIAO). Cette édition présidée par le ministre en charge de l’économie, Rosine Coulibaly est co-parrainée par les ministres ivoiriens et burkinabè en charge de la Femme, Mariatou Koné et Laure Zongo/Hien.

les officiels visitant les stands

Discours, prestations de troupes théâtrale et d’artistes musiciens, coupure du ruban, visite des stands, inauguration de l’espace « une femme, un métier », tels sont les actes forts qui ont marqué l’ouverture de la 1ère édition du Salon internationale de la Femme de Ouagadougou (SIFO), le 4 mai dernier au pavillon arc-en ciel du SIAO. Cette édition qui se poursuivra jusqu’au 7 mai prochain verra la participation de plus de 5000 visiteurs et d’environ 200 exposants, 50 experts, des conférenciers et des consultants venus du Mali, de la Côte d’Ivoire, de la Belgique, de la France et du Burkina Faso. Ces participants venus d’horizons divers se pencheront pendant 72 heures sur le thème principal : « Femmes, actrices de développement ».

Les résultats qui seront issus de ces échanges contribueront à l’atteinte des objectifs du Salon dont l’ambition est d’encourager, selon sa promotrice, Yelli Céline Attié/Kam, les initiatives promotrices de développement. Il s’agit de valoriser, a-t-elle précisé, les ambitions et talents de la Femme dans les domaines d’activités socio-économiques. D’où le leitmotiv du Salon résumé dans le contenu du slogan : « une femme, un métier ». En clair, le SIFO permettra, de façon concrète, de promouvoir les droits de la Femme, d’offrir aux femmes un espace d’échanges d’expériences, d’éducation, d’informations et de formation dans divers domaines.

Des trophées en spatule seront décernés

En outre, le salon offrira, foi de sa promotrice, Mme Attié, des opportunités d’affaires tout en contribuant à promouvoir l’autonomisation des femmes. Ainsi, le SIFO contribuera du même coup, à améliorer les conditions de vie et d’existence des femmes d’Afrique en général et du Burkina Faso en particulier. Pour relever ce défi, plusieurs activités sont prévues dont une exposition de stands pour permettre aux femmes de vendre et de faire connaître davantage leurs activités au grand public. De même, il sera organisé une foire festive pour la découverte de l’art culinaire ainsi que des sensibilisations sur l’excision, des conseils sur la santé et la beauté féminine, un défilé de mode pour la promotion de l’art vestimentaire. A ces activités ci-dessus énumérées s’ajoute une campagne de dépistage gratuit du VIH-SIDA, du cancer du col de l’utérus et des palpations de seins. Le clou de toutes ces manifestations demeure la soirée gala qui sera organisée pour primer les associations féminines et les groupements ou femmes évoluant individuellement dans leurs activités. La remise de trophées dénommés « Spatule » constituera également un acte fort du SIFO 2017. A ce propos, Yelli Céline Attié a rappelé que la spatule qui est un ustensile de cuisine sacré pour la femme africaine symbolise la bravoure, la lutte quotidienne menée par « l’autre moitié du ciel ».

Magnifier la brave Femme

C’est pourquoi, le SIFO a choisi la spatule pour magnifier, a-t-elle expliqué, les braves sœurs, épouses et mères promotrices de développement dans leur environnement socio-politique et culturel. Au total, une vingtaine de prix accompagnés de trophées « spatule » seront décernés à des lauréats au cours de la 1ère édition du SIFO. Cette démarche participe de la promotion du mérite qui milite, selon les mots de Mme Attié, pour une culture de compétitivité et de recherche de l’excellence dans le quotidien des femmes. Le SIFO se veut ainsi, a-t-il ajouté, un cadre de partenariat gagnant-gagnant. De quoi donner des motifs de satisfaction au ministre de l’Economie, des finances et du développement, Rosine Coulibaly représentée par la Secrétaire d’Etat, chargée de l’Aménagement du territoire, Paul Zouré. La ministre Coulibaly a traduit, à travers sa représentante, sa satisfaction de présider le SIFO qui est en passe de consacrer pour la première fois Ouagadougou comme la capitale de la promotion de la Femme.

Quoi de plus normal car l’heure est venue, a-t-elle relevé, de donner à la femme la place qu’elle mérite et de lui faire jouer pleinement son rôle dans la société. Cette conviction est partagée par les marraines à savoir la ministre ivoirienne de la Femme, de la protection de l’enfant et de la solidarité, Mariatou Koné et son homologue burkinabè de la Femme, de la solidarité nationale et de la famille Laure Zongo/Hien. Dans leur message commun, celles-ci ont relevé que le SIFO se révèle comme un soleil nouveau qui se lève au Burkina Faso comme se lève chaque matin toute femme africaine pour s’occuper des taches quotidiennes. Les ministres Zongo et Koné représentées à l’ouverture ont indiqué que le SIFO constitue un cadre idéal où les femmes devraient leur ardeur de solidarité afin que le combat entamé pour la consolidation de leurs conditions de vie soit une réalité.

Saïdou Zoromé


Articles similaires

Le Sénégal inaugure un Musée des civilisations noires à Dakar

Afriyelba

1RE EDITION DU SICOD : Une initiative de l’IJACOD pour une communication « saine » sur le Burkina

Afriyelba

Musique : Alassane Ouattara, invité d’honneur de la célébration des 20 ans de carrière de « Magic System »

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR