20 September 2020

Soutien aux acteurs culturels au Burkina : les critères d’éligibilité dévoilés depuis la ville de Sya

Partager
  • 38
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    38
    Partages

Le ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme (MCAT) a animé un point de presse à Bobo-Dioulasso le 30 Mai 2020 au cours duquel il a été question de rendre publique les résultats des travaux du comité de réflexion sur la répartition du soutien du Président du Faso aux acteurs culturels dans le cadre de la maladie à Coronavirus. Avec les hommes et femmes de médias de la ville de Sya, le ministre de la Culture a aussi défini, entre autres, les critères et les conditions d’éligibilité, les documents et les pièces à fournir pour pouvoir bénéficier de cette aide.

 

Depuis l’apparition de la pandémie de la Covid-19 en mars dernier au Burkina Faso, plusieurs secteurs d’activités se retrouvent confronter à de nombreuses difficultés tant sur le plan financier que fonctionnel. Et le monde culturel, déjà confronté à de multiples encombres, n’est pas en reste et doivent maintenant faire face aux effets désastreux de cette pandémie. C’est ainsi que le Président du Faso a décidé d’apporter un soutien aux différents secteurs affectés y compris le monde de la culture qui bénéficie un appui financier d’Un virgule vingt-cinq milliards de francs CFA (1 ,025 milliards). Pour parvenir à une répartition adéquate de cette aide, le ministre de la Culture des arts et du tourisme, Abdoul Karim Sango avait installé, le 06 avril dernier un comité de réflexion pour la conception d’un plan d’appui à l’ensemble des acteurs de la culture dans toutes leurs diversités. Ce comité, composé des cadres du ministère de la Culture des arts et du tourisme ainsi que des faitières des acteurs culturels, devait, selon le ministre de la culture, déterminer les modalités pratiques de l’accompagnement de l’Etat dans la conjoncture de la pandémie et de faire des propositions pour la relance du secteur. Ledit comité a travaillé pendant près d’une dizaine de jours et a produit un rapport provisoire qui sera par la suite amendé. A ce jour, selon Abdoul Karim Sango, le rapport a été validé par le chef du Gouvernement qui, lui aussi, partage la philosophie et les modalités d’accompagnement dont les critères sont définis dans le rapport. Il a rassuré qu’à ce jour ledit rapport est sur la table du ministre en charge des finances pour être mis en œuvre dans les délais les plus brefs possibles.

Le ministre de la culture (au milieu) a salué l’effort des artistes dans la sensibilisation de la population contre la Covid-19.

Quels sont les éléments qui ont permis de fixer les montants à répartir par filière ?

Selon le ministre Sango, l’accompagnement ici se traduit comme une sorte de subvention indirecte à la production et à la création. Il s’agit du poids de la filière dans l’économie globale du secteur de la culture (sa contribution au PIB de la culture), de l’importance accordée à la filière dans la stratégie nationale de la culture et du tourisme dans le PNDES ; de l’effectif des membres dans chaque filière. Quand est-il des types de préjudices qui sont concernés ? Toujours selon le ministre de la culture, il s’agit des spectacles, des festivals et tournées, des productions, des prestations sous contrats réguliers annulés ; des subventions et sponsoring pour des projets engagés suspendus ; des productions phonographiques et audio visuelles impossibles (tournage de films, séries). Le ministre a indiqué que l’accompagnement ici concerne les dépenses engagées pour la communication, le transport, l’hébergement, les locations diverses et les avances sur cachet à hauteur de 60% par rubrique. Quels sont les critères et conditions d’éligibilité ? Les critères et conditions d’éligibilité toujours selon lui, concernent les types d’activités ou de projets, les personnes et les structures éligibles. Pour les types d’activités, il s’agit du cinéma et de l’art visuel (la production de films, l’exploitation, la diffusion, la distribution et la promotion de films) ; du Livre c’est-à-dire la formation, la distribution, la publication de livres et la promotion (dédicaces). Il y a aussi les Arts plastiques et appliquées c’est-à-dire la création des collections et de lignes vestimentaires, la création d’unités de production textile, les salons de coiffure, la commercialisation (showroom), la création de galeries, la promotion (défilés de mode), l’organisation d’expositions et de foires ; le Patrimoine culturel : il y a l’organisation de festivals, les expositions, les inventaires, les collectes, la sauvegarde ; les Arts de la scène comportent la création, la production , la promotion et l’organisation de spectacles et enfin la Musique enregistrée, c’est-à-dire la création, la production et la diffusion.

Le ministre a profité de l’occasion pour présenter un exemplaire de la  Carte professionnelle artiste à la presse.

Pour ce qui est des Personnes ou structures éligibles, selon Abdoul Karim Sango, il peut s’agir à la fois des personnes physiques ou morales. Les personnes morales peuvent être des associations culturelles, des espaces/centres culturels, des entreprises culturelles légalement reconnues.

Quels sont les documents et pièces à fournir ? Selon le premier responsable en charge de la culture, pour les personnes physiques, il faut être détentrice d’une carte de membre du BBDA à jour, ou justifier de son appartenance à une des filières de la culture, disposé d’un registre de commerce et de crédit mobilier , disposé d’un numéro IFU (entreprise), avoir la licence d’entrepreneur de spectacles, disposer d’un contrat de bail ou d’un accord de siège, fournir le document de projet faisant la situation du préjudice, du manque à gagner ou des charges fixes de fonctionnement pour les entreprises et avoir un récépissé en vigueur pour les associations.

Les hommes et femmes de médias s’étaient bien mobilisés pour relayer l’information.

Après toutes ces précisions, le ministre a tenu à rassurer toutes ces personnes qui se posent maintes interrogations qu’ils se sont engagés à faire en sorte que ce dossier soit évacué au plus vite et qu’ils s’attèlent aussi à trouver des solutions pour la relance de leurs activités. A la question de la levée du couvre-feu qui empiète véritablement sur les activités du monde culturel, le ministre a indiqué qu’il comprend leurs angoisses mais que dans les jours à venir, tout ceci restera derrière eux. Abdoul Karim Sango n’a pas manqué de souligner la forte contribution des artistes dans la sensibilisation de la population dans la lutte contre la Covid-19. Cependant il les exhorte à faire montre de compréhension, comme ils ont su le faire jusqu’à présent, pour dit-il, qu’ensemble ils puissent esquisser des stratégies qui leur permettront de traverser irréversiblement cette zone de turbulence.

Murielle Ouédraogo

 

 

 

 


Partager
  • 38
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    38
    Partages
No Comments

Leave A Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR