Afriyelba
A la Une Cinéma Musique

« TOND KA TOIN N’YIM FO YELL YE » : L’hommage de Sana Bob et de Don Sharp à Idrissa Ouédraogo


« « Yaaba », dis-moi où est « Tilaï » ? Est-ce un « Cri du cœur » ou est-ce « La colère des dieux » ? Pour « Karim » et « Sala » Idrissa, les mentors ne meurent pas, les météores ne meurent pas. Vivant parmi les morts, tu vis par-dessus la mort, tu écris, tu décris, tu guides… Et, pour ta mise en scène FESPACO t’a mis en scelle ». C’est là, le bout de la chanson composée par les artistes Sana Bob et Don Sharp de Batoro pour rendre hommage au célèbre cinéaste, Idrissa Ouédraogo, arraché à l’affection des Burkinabè mais aussi du monde du cinéma, le 18 février 2018. Et, c’est le 14 février dernier, soit un an après son décès que le single a été présenté aux Hommes de médias.

Ce jour-là, l’atmosphère au siège du FESPACO, lieu où a été présenté le single était  emprunte de tristesse. La consternation qui se lisait sur les visages de la famille du cinéaste, ses amis et collègues dénotait du vide qu’Idrissa Ouédraogo avait laissé après son départ. Il est parti alors que sa famille avait encore besoin de lui. Il est parti alors que ses compères avaient encore besoin de lui. Il est parti alors qu’il avait encore de grands projets dans sa besace.

Le cinéaste Idrissa Ouédraogo

C’est donc à juste titre que dans l’hommage qui lui est rendu, l’artiste Don Sharp appelle « Yaaba » pour lui demander où est « Tilaï » ? Mais, même en personnifiant les titres de ses deux œuvres pour le désigner, en vain, l’artiste cherche le réalisateur. Idrissa n’est plus. Résigné, Don Sharp va encore paraphraser le metteur en scène et se demander est-ce « La colère des dieux » ? Loin s’en faut. Idrissa vit par-dessus la mort. Car, pour l’artiste, « les mentors ne meurent pas ! ». Tant qu’il le pouvait, Idrissa Ouédraogo a accompli de grandes œuvres et a fait flotter le drapeau du Burkina dans le monde entier. Pour cela, nous ne l’oublions pas et nous ne devons pas l’oublier.

 « Yaaba » appelle….

« Tilaï » dans l’hommage qui est rendu au cinéaste

Le featuring  entre le slameur, Don Sharp et le faiseur de reggae, Sana Bob, appelle à ce que nous le gardions dans nos cœurs et que nous le portions haut tout comme, sans égard, il a porté haut le flambeau de la culture burkinabè et du cinéma africain. Idrissa Ouédraogo, à entendre les membres de sa famille, était aussi un homme généreux. « Sa principale force était qu’il avait le sens de l’écoute », témoigne Barou Oumar Ouédraogo, comédien et frère du défunt. Et, s’il écoutait c’était pour prendre en compte les différentes critiques mais aussi pour s’ouvrir et aider les autres. A ce propos, l’initiateur du projet d’hommage, Sana Bob, témoigne aussi qu’Idrissa Ouédraogo a été celui qui a eu la bonté de le soutenir financièrement pour qu’il démarre sa carrière d’artiste. « Quand nous nous voyions, si je ne vais pas vers lui, c’est lui qui vient vers moi pour prendre de mes nouvelles », se souvient encore Sana Bob.

Les artistes ont posé pour la postérité avec les parents, amis et collègues du défunt

A l’entendre donc, cela va dans l’ordre des choses que lui et son collègue puissent lui rendre hommage dans une chanson. Le CD est disponible et est gratuit. Quant au clip vidéo, il sera réalisé, ce dimanche 17 février 2019, au Ciné Burkina.

Adama SIGUE


Articles similaires

Il faut sauver l’Ecole de danse internationale Irène Tassembédo au Burkina Faso

Afriyelba

Brand New: Reniss. Mbeng et le feu sort (vidéo officiel)

Afriyelba

Josey et Copa Bary en couple?

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR