Afriyelba
Société

LES 8EMES MERVEILLES », 6E EDITION: Sujet des prix principaux


Pour l’édition 2018 du concours « Les 8e Merveilles, le sujet suivant a été retenu pour les prix principaux.

RESUME DU ROMAN ‘‘L’AVENTURE AMBIGUE’’ DE CHEICK HAMIDOU KANE

 

        Samba Diallo entre au « foyer ardent » (l’école coranique) à sept ans. Un an auparavant, son père était de retour d’un voyage qui l’avait conduit dans plusieurs villes Diallobé, dans le cadre de ses fonctions administratives. A cette occasion, Maître Thierno avait remarqué Samba Diallo et avait voulu le former. Ce garçon recevra une éducation très rude de la part dudit maître réputé pour le sérieux avec lequel il éduque religieusement les enfants qu’on lui confie. Ce maître s’occupe aussi des travaux champêtres, mais la plus grande partie de son temps est consacrée à la prière et à la formation des jeunes enfants. Samba Diallo est un garçon qui étonne tout son entourage par sa maturité spirituelle précoce. En effet, les litanies qu’il récite pendant la quête de sa pitance quotidienne édifient ses camarades, non seulement à travers l’habileté de la parole, la facilité de langage mais également à travers la complexité des thèmes de ces litanies.

         Contrairement aux autres enfants, Samba Diallo n’a pas peur du cimetière ; il y va à la recherche de la vieille Rella. Maître Thierno lui-même ne reste pas indifférent face au comportement extraordinaire de ce type d’enfant qu’il n’a jamais rencontré depuis quarante (40) ans qu’il exerce son métier. Samba Diallo sera ainsi choyé par son maître qui s’attachera à lui. Mais cet attachement va susciter une jalousie de la part de ses compagnons, ce qui provoqua un jour une bagarre entre Samba Diallo et son camarade Demba. Plus tard, Samba Diallo sera inscrit à l’école des Blancs et ce, malgré l’opposition de Maître Thierno qui ne veut pas entendre parler de scolarisation à l’occidentale des enfants. Mais la Grande Royale convoque une assemblée générale sur la place publique du village pour convaincre ses interlocuteurs de la nécessité d’envoyer les enfants à l’école pour, dit-elle, « leur apprendre l’art de vaincre sans avoir raison ».

       Toutefois, reconnaissant qu’il y a un risque de perdition des valeurs africaines chez les enfants en allant à l’école occidentale, la Grande Royale préconise qu’il ne faudra envoyer à l’école que les enfants capables d’y aller tout en gardant leur identité. Comme au « foyer adent », Samba Diallo fera preuve d’une intelligence remarquable à l’école des Blancs. Il poursuivra ses études en philosophie en France, où il perdra sa foi musulmane car influencé par la croyance occidentale découverte dans ses études et happé par les exigences de la vie parisienne marquée par la solitude et l’importance de la vie matérielle au détriment de celle spirituelle. Il y fait la connaissance de Lucienne, de Martial et de Pierre Louis. Pendant ce temps, au village, Demba est investi à la place de Maître Thierno et Samba Diallo est informé par son cousin. Ne se retrouvant plus en France, Samba Diallo va rentrer en Afrique et ce, sur ordre de son père. Il devient méconnaissable, car n’ayant plus les mêmes habitudes qu’autrefois. Le fou le confond avec le maître, lui demande d’aller prier à la mosquée avec lui mais Samba Diallo refuse. Et le fou le tue en le poignardant.

TRAVAIL A FAIRE : en vous référant à notre recueil des expressions idiomatiques françaises, proposez celles qui conviennent au résumé ci-dessus du roman de Cheick Hamidou KANE. Chaque expression idiomatique proposée doit être expliquée et justifiée par rapport au contenu du résumé.

Date limite de dépôt : 15 avril 2018 à 17h

Contact : 71-48-37-07/70-55-34-16

                Le Coordonnateur du CLITA

 

 

 

 

                                                                             Adama KABORE

 

Encadré Règlement du concours 

 

Thème : L’influence des Lettres sur l’identité culturelle

 

« Etre une huitième merveille du monde », voici bien une expression idiomatique française que nous employons régulièrement lorsque nous voulons qualifier quelque chose de remarquable ou d’étonnant. C’est aussi le cas quand nous voulons qualifier une personne physique, et par extension, morale, qui nous a émerveillés. Lorsqu’il nous est apparu nécessaire de donner un nom à notre concours littéraire qui fait la part belle aux expressions idiomatiques françaises, cette expression s’est imposée à nous. Car voir nos élèves maîtriser lesdites expressions, leur sens, leur contexte d’emploi, leur genèse, a forcément quelque chose de merveilleux. Aussi avons-nous décidé de qualifier les lauréats de notre concours littéraire d’être « Les 8emes Merveilles ». Par la suite le concours fut étendu à d’autres thèmes littéraires conformément au but poursuivi par notre Club Littéraire de L’Aurore (CLITA) légalement reconnu le 31 octobre 2013.

TITRE I : DES OBJECTIFS DES 8EMES MERVEILLES

Article 1 : Les 8emes Merveilles vise à :

  • promouvoir les expressions idiomatiques françaises ;
  • promouvoir le livre ;
  • vulgariser les œuvres des Hommes de Lettres ;
  • stimuler la fibre littéraire des élèves.

Article 2 : Les 8emes Merveilles comprend les volets suivants :

  • Concours des prix principaux ;
  • Concours des prix spéciaux.

 

TITRE II : DU CONCOURS DES PRIX PRINCIPAUX

Article 3 : Seuls les élèves burkinabè ou étrangers vivant dans la commune de Ouagadougou et de Saaba, et fréquentant les classes de 2nde, 1ère et Terminale, peuvent prendre part au concours.

Article 4 : La production à soumettre au jury est essentiellement constituée d’expressions idiomatiques françaises expliquées et justifiées relativement au résumé de l’œuvre retenue pour la phase écrite. Un recueil des expressions a été conçu pour faciliter cette tâche aux candidats qui doivent s’en procurer en contactant le 70 55 34 16.

Article 5 : La production des candidats comportera autant d’expressions convenables au sujet selon le candidat. Leur nombre peut même atteindre dix (10), vingt (20) ou trente (30).

Article 6 : Il n’est pas fait obligation aux candidats de saisir leur production. En conséquence les candidats désirant le faire sont autorisés.

Article 7 : Toute production reconnue plagiaire sera ipso facto disqualifiée.

Article 8 : Les candidats doivent joindre à leur production un feuillet libre mentionnant leur nom & prénom, date de naissance, la classe et l’établissement fréquentés, le numéro de téléphone avec la mention « PRIX PRINCIPAUX DES 8EMES MERVEILLES ».

Article 9 : Les productions collectives ne sont pas admises et toute déclaration non fondée sur la paternité de la production sera disqualifiée.

Article 10 : Les productions ne sont pas retournées à leur auteur.

Article 11 : Les sujets du concours, le recueil des expressions idiomatiques françaises et le règlement sont disponibles à L’Aurore et sur le site internet www.afriyelba.net

Article 12 : Les productions des candidats (pour les prix principaux et spéciaux) peuvent être déposées auprès des correspondants du CLITA dans les établissements secondaires, à la Radio Gambidi à Dassasgho et au Complexe Scolaire L’Aurore à la Patte d’Oie à 200 mètres de l’ex-IAM ou envoyées à l’adresse email [email protected] au plus tard le 15 avril 2018 à 17h.

TITRE III : DU CONCOURS DU PRIX SPECIAL FEMININ

Article 13 : Le prix spécial féminin ne concerne que les filles. Il s’agit des filles des classes de 2nde, 1ère et Terminale. La mention « PRIX SPECIAL FEMININ » est exigée sur la copie des candidates concourant pour ce prix.

Article 14 : Le sujet du prix spécial féminin est un hommage rendu à l’écrivaine afro-américaine Maya Angelou. Du texte relatif à sa biographie, il est demandé aux candidates de fournir le même travail que celui demandé pour les prix principaux.

TITRE IV : DU CONCOURS DU PRIX SPECIAL COMMUNE DE SAABA

Article 15 : Le prix spécial de la Commune de Saaba récompense le meilleur des élèves de la commune rurale de Saaba concourant pour le prix principal.

Article 16: Les candidats résidant dans la commune de Saaba doivent mentionner sur leur copie qu’ils résident dans ladite commune.

Article 17 : La participation aux différents prix spéciaux implique l’acceptation des conditions ci-dessus mentionnées.

TITRE V : DES PRIX PRINCIPAUX DES 8EMES MERVEILLES

Article 18 : La proclamation des résultats interviendra au cours de la clôture du concours littéraire qui aura lieu le jeudi 10 mai 2018 à 16h à L’Aurore. Seule l’identité des deux (2) premiers lauréats sera révélée avant la finale aux fins d’encadrement pour le duel oratoire de la clôture.

Article 19 : La valeur des prix principaux se décline comme suit :

  • 1er prix : 50 000 F CFA + un dictionnaire de 20 000 F + des œuvres
  • 2è prix : 40 000 F CFA + un dictionnaire + des œuvres
  • 3è prix : 30 000 F CFA + des œuvres littéraires + des gadgets

 

 

TITRE VI : DU PRIX SPECIAL FEMININ

Article 20 : La lauréate du prix spécial féminin recevra 25 000 F CFA + des œuvres littéraires + des pagnes WOODIN.

TITRE VII : DU PRIX SPECIAL DE LA COMMUNE DE SAABA

Article 21 : Le ou la lauréat(e) de ce prix spécial recevra 25 000 F CFA + des œuvres littéraires.

TITRE VIII : DU JURY ET AUTRES DISPOSITIONS

Article 22 : Le jury du concours « Les 8EMES Merveilles » est composé de professeurs de Français des collèges et lycées de Ouagadougou.

Article 23 : Le jury en toute souveraineté se réserve le droit de disqualifier les œuvres qui ne répondent pas aux critères établis.

Article 24 : La décision du jury est sans appel.

Article 25 : Le Club Littéraire de L’Aurore (CLITA) est le maître d’œuvre du concours et de l’événementiel « Les 8EMES Merveilles ».  

 

 

Renseignements : 71-48-37-07/70-55-34-16

 

 

Le Coordonnateur

 

ADAMA  KABORE

 


Articles similaires

UN BEBE BAPTISE FLOBY EN COTE D’IVOIRE

Afriyelba

Burkina Faso: Le club des marketeurs, vendeurs et managers s’initie au golf

Afriyelba

B!LL! Now Now: focus sur les quatre groupes de la formation

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR