27 February 2020

Musique : Sœur Anne Marie Kaboré chante pour le retour de la paix au Burkina.

Partager
  • 464
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    464
    Partages

L’artiste musicienne Sœur P. Anne Marie Kaboré,  a présenté à la presse son 4e album ce dimanche 09 février au Centre National des Arts du Spectacle et de l’Audiovisuel (CENASA). C’est une œuvre de dix titres baptisée « Wênd Pêgre » qui signifie action de grâce. C’est un album avec des titres chantés exclusivement pour remercier Dieu, le louer et prier pour le Burkina Faso.

La famille et les amis de l’artiste sont sortis nombreux pour la soutenir.

Après ses trois premiers albums consacrés au Seigneur, la religieuse revient avec « Wênd Pêgre ». Dans cet album, elle confesse sa foi et dit une prière d’offrande de sa personne et de ses activités à Dieu à travers des titres comme « Wênd la fâagda » et « Tout pour moi ». Les titres « Burkina Faso » et « Fâag-y do » sont des prières pour le retour de la paix au Burkina. C’est aussi un appel au sursaut patriotique d’après l’artiste. « La paix de Dieu » et « Wênd pêgr nôoma » sont des prières souvent dites à l’église. Dans le premier, elle reprend la prière de Saint François d’Assise, tandis que l’autre est un cantique de louange à Dieu dit par Daniel dans la bible. Sœur Anne Marie Kaboré loue aussi la Vierge Marie dans son album en lui adressant une litanie d’éloges dans le titre « Pog nêr a Mariam ». « Ed na pêg a Mariam » est aussi un chant d’amour dédié à la Mère de Jésus. Le titre phare de l’opus qui est « Pêgr lombr wêemê » est un chant d’action de grâce de toutes les confessions religieuses du Burkina. Ce morceau est un appel à l’unité de toutes les religions. « Vous entendrez donc, dans la chanson, le son d’une cloche, l’appel du muezzin… Dans le clip, il y a un pasteur, un imam, un prêtre et un animiste » dixit l’auteure de ce joyau.

L’artiste en pleine prestation lors de la dédicace de son 4e album

Le nouveau-né de l’artiste est un savant mélange de plusieurs rythmes du terroir burkinabé tels que le « salou », le « kêgba » et le rythme gourounsi. On y trouve aussi d’autres sonorités comme la salsa, le reggae et le zouk. Avec environ 1000 exemplaires disponibles, l’album est déjà sur le marché dans les points de ventes habituels et dans les boutiques des églises. Il coûte 2500F en format CD et 4000F pour la clé USB. Lors de la dédicace, le premier CD a été vendu aux enchères au prix de 66000f.

Le journaliste Hervé David Honla (1er à partir de la gauche) présentant le nouvel album de l’artiste.

Eunice NIKIEMA


Partager
  • 464
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    464
    Partages
No Comments

Leave A Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR