Recent Posts
a
23 October 2019

Aicha Dabré, promotrice du marathon international Lafi de Sya: « Nous avons réussi….. »

Partager
  • 16
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    16
    Partages

Juste après la cérémonie de remise des prix de la première édition du marathon international Lafi de Sya  couru le 22 septembre dernier, Aicha Dabré, la promotrice s’est entretenue avec notre équipe sur place.De la réussite de la présente édition à l’organisation des éditions prochaines en passant les objectifs visés par ce marathon, elle a tout dévoilé à notre micro. Lisez

Plus de 400 athlètes se sont inscrits à cette première édition du marathon international Lafi de Sya

Afriyelba: Vous venez de réussir l’organisation de la première édition du marathon international Lafi de Bobo. Vous pouvez maintenant pousser un ouf de soulagement?

Aicha Dabré: Actuellement je suis très soulagé parce que ce n’était pas évident. Je ne savais même pas que j’allais pouvoir réaliser le marathon n’en parlons pas la réussir. Et vu que j’ai pu atteindre mes objectifs pour une première édition je peux dire à haute voix que ce fut un coup de maître. Lorsque pour votre première édition vous enregistré     vous avez  de quoi  être satisfait.

C’était sans difficultés alors ? Toutes les difficultés ont été relevées ?

Oui c’était sans difficulté parce qu’on n’a pas eu de blessés graves, il n’y a pas eu d’incident majeurs. Tout s’est très bien passé.  Les coureurs sont revenus sains et saufs.

Vous avez eu le patronage de deux ministres de  deux pays à savoir le Burkina et la Côte d’Ivoire, comment cela a été possible ?

Il faut dire que le traité d’amitié entre les deux pays a arrangé les choses.  Parce ce que c’est pendant le TAC que nous avons pu avoir le ministre ivoirien pour lui expliquer le projet. Et Dieu merci il nous a donné son accord

Et il a envoyé un représentant le jour de l’évènement?

Oui il a envoyé son conseiller technique MONSIEUR Doumbia Adama et son directeur régional de Korogho, vu son emploi du temps chargé. Mais il a promis qu’à la prochaine édition il fera le déplacement avec des coureurs pour nous soutenir

Il n y avait que des athlètes nationaux?

 Oui, pour une première édition ce n’était pas évident d’avoir les athlètes internationaux. Mais je pense qu’avec la réussite de cette édition, l’année prochaine on pourra compter avec eux.

Le 1er à franchir la ligne d’arrivée a reçu 500 000 F CFA.  Pensez vous augmenter la cagnotte l’année prochaine?

Les officiels pendant le top départ du marathon.

 Oui c’est un prix que nous comptons augmenter, parce que nous étions allés sur la base de 1 million. Et pour permettre à un grand nombre de participants d’avoir des lots, nous sommes allé jusqu’à primer les 50 premiers, 35 chez les hommes et 15 chez les femmes. Donc pour un premier marathon nous avons voulu ratisser large pour pouvoir donner l’occasion à tous les participants  d’avoir au moins quelque chose, des prix d’encouragement, des prix de récompense.

Tout ceci vous a couté combien ?

 Rien que les prix nous sommes à 2 500 000 francs. Et si j’ajoute l’organisation et tout, nous sommes à 8 millions.

Un budget que vous avez pu boucler grâce à vos sponsors et partenaires?

 Exactement. Nous avons bénéficié du soutien  de Lafi qui est notre sponsor officiel, de la LONAB, des Mécènes aussi dont je vais taire les noms. On a eu aussi l’accompagnement du ministère des sports de la côte d’Ivoire et de celui du Burkina, on a eu l’accompagnement du ministère de l’économie et des postes. Nous avons pu boucler le budget sans difficultés.

Pensez-vous mieux faire l’année prochaine, vu que vous avez parfaitement tout réussi cette année?

C’est un peu inquiétant mais bon, j’ai l’encouragement et le soutien de mon sponsor officiel qui dit que vu la réussite de l’activité et l’adhésion des autorités, il compte signer un partenariat et augmenter son enveloppe financière pour soutenir la deuxième édition. On attendra de voir ce que ça va donner.

 Pourquoi le nom marathon international Lafi ? Pourquoi Lafi ? Parce que c’est le sponsor officiel ?

Non non c’est une coïncidence. Nous avons appelé le marathon Lafi en pensant à la bonne santé. En mooré Lafi veut dire paix, bonne santé c’est à cela nous avons pensé. Mais en même temps le nom cadrait avec le sponsor officiel l’eau Lafi, qui a trouvé bon de nous accompagner. Nous remercions les responsables de Lafi pour ce soutien.

 Vous pouvez revenir sur les objectifs de ce marathon ?

La promotrice Aicha Dabré posant avec les deux gagnants (hommes et dames de la compétition)

 Les objectifs du marathon étaient d’offrir un marathon à la ville de Sya. Comme vous l’aurez remarqué toutes les villes ont leur marathon. Aussi nous avons voulu à  travers ce marathon lancer  un groupe de presse et de communication  à Bobo Dioulasso à savoir Afrique média stratégie et développement qui a un média en ligne Akilitime.com, un magazine, un mensuel qui parait tous les 1ER du mois. Bientôt nous allons nous essayer à la Webtv et à la Web Radio.

 Donc le rendez-vous est pris pour l’année prochaine ?

M : inchallah l’année prochaine  nous allons essayer de garder la même date, c’est-à-dire le 21 septembre. Je note que la présente édition était prévue pour le 21 septembre. Mais vu que le 21 septembre est tombé sur le forum national de la jeunesse à Bobo nous avons décalé notre date au 22.

 Maintenant que la marathon est fini quels sont vos prochains projets?

Pour l’année 2019, nous avons deux autres activités à savoir le forum de l’innovation, de l’emploi et du développement durable que nous comptons organiser avec l’IATS, l’Institut Anselne Titiana de Bobo Dioulasso. Nous voulons aussi accompagner une dame pour l’organisation de Miss Faso Eben, qui compte faire la promotion du  teint naturel au Burkina.

Votre dernier mot ?

Mon dernier mot sera un mot de remerciement. Des remerciements que j’adresse d’abord à, Afriyelba qui a  fait le déplacement depuis Ouagadougou pour rendre visible l’évènement sur le digital. J’adresse ensuite mes remerciements aux mécènes et aux autres sponsors comme la Lonab, la maison de la culture, aux autorités administratives, au gouvernement, aux autorité coutumières et religieuses de la ville de Bobo Dioulasso. Je remercie enfin le comité technique et toute mon équipe qui m’ont soutenus pour la réussite  de cette première édition du marathon Lafi international de la ville de Sya.

Propos recueillis par Yannick SANKARA


Partager
  • 16
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    16
    Partages
No Comments

Leave A Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR