Afriyelba
A la Une Société

FIKOM 2017 : un appel lancé depuis Kienfangué aux partenaires pour soutenir l’activité


La 4ème édition de la Foire internationale agro-sylvo-pastorale de Komsilga (FIKOM) organisée par l’Association pour le développement du monde rural (ADMR) a refermé ses portes, le samedi 27 mai 2017 à Kienfangué. La cérémonie de clôture de cette activité a été marquée par une remise de prix aux lauréats en présence de plusieurs autorités dont le député Alassane Sakandé et le maire de Ouagadougou, Louis Armand Béouindé, président de l’AMBF.

Tout est bien qui finit bien. Tel est le constat qui se dégage à la clôture de la 4ème édition de la Foire internationale agro-sylvo-pastorale de Komsilga (FIKOM), le 27 mai. Cette foire tenue à Kienfangué, village situé à une quinzaine de kilomètres au centre-sud de la capitale burkinabè, a été marquée par des expositions-ventes de produits, des communications sur les mécanismes de financements et sur le thème principal intitulé : «promouvoir les activités de production et de transformation des filières agricoles, pastoraux et forestiers non-ligneux pour une amélioration durable des revenus des acteurs du monde rural». Elle a mobilisé, selon les organisateurs, plus de 5000 visiteurs et 100 exposants dont les meilleurs ont été récompensés dans les filières maraîchères, céréales et légumineuses, élevage, étuveuse, etc.

Ils sont venus nombreux, les participants pour assister à la cérémonie de clöture

Les lauréats dans ces différentes catégories ont reçu des prix en espèces et en natures composés d’attestations, de charrettes, de bascules, de pelles, de charrues. A ces outils s’ajoutent des arrosoirs, des pioches, des brouettes, des pelles, des râteaux, des sacs d’engrais,… En recevant ces prix des mains des autorités venues les encourager et les féliciter, les lauréats avaient du mal à cacher leur joie à l’instar du Secrétaire exécutif de l’Association pour le développement du monde rural (ADMR), Jean-Victor Ouédraogo. Celui-ci s’est dit convaincu que les 5 jours de réflexion et de partages d’expériences entre les participants de la FIKOM 2017 impacteront positivement sur les méthodes, les outils des producteurs et la vision du comité d’organisation dont il est le président.

Une vitrine de développement

La joie était partager entre le député Sakandé et le lauréat du premier prix en élevage

Quoi qu’il en soit, la FIKOM demeure, foi de Jean Victor, une vitrine de toutes les actions de développement du monde rural. Cette foire qui sera désormais biennale est conçue, a-t-il expliqué, pour accompagner les acteurs et magnifier l’excellence des produits et des services réalisés à leur profit. Elle a enregistré, au cours de l’édition qui s’achève, 40 nouveaux produits collectés dans les différents stands d’exposition. Toute chose qui constitue, une première dans l’histoire de la FIKOM qui ne cesse de gagner en notoriété au point de susciter de l’intérêt auprès de nouveaux partenaires comme l’Association des municipalités du Burkina Faso (AMBF). Pour le président de cette association, Armand Béouindé qui a effectué le déplacement sur le site d’exposition, si cette foire n’existait pas, il fallait l’inventer. «Grâce à cette foire, la commune de Komsilga a connu un rayonnement sur l’ensemble de la région du centre et de la province du Kadiogo. C’est une initiative qu’il faut saluer et encourager » a confié Armand Béouindé qui est, par ailleurs, le maire de la ville de Ouagadougou.

L’Institut du monde rural en perspective

Le souhait du patron de l’AMBF est partagé par le député Alassane Sakandé qui était également sur les lieux. Celui-ci a soutenu que la FIKOM revêt d’une importance capitale et mérite, par conséquent, le soutien de tous les acteurs du développement. Ce constat est opportun quand on sait que la FIKOM 2017 a révélé une faible appropriation des institutions d’appui au monde rural alors qu’elle « est bien et bien la leur » a rappelé Jean-Victor. Au moment où les politiques les plus visionnaires, les partenaires axés sur les résultats accordent une grande place à l’auto-développement, il est inconcevable, a-t-il déploré, qu’une initiative comme la FIKOM souffre à trouver des partenaires. C’est pourquoi, un appel solennel a été lancé à Kienfangué pour inviter les institutions nationales, les structures de coopération bilatérales et multilatérales, les projets et programmes de développement afin qu’ils intègrent l’appui à la FIKOM dans leur plan de travail et de budgétisation. Quant à la région du centre et la commune de Komsilga, elles sont invitées à nouer une relation de partenariat durable avec la FIKOM.

les officiels à la cérémonie de clôture ont posé en famille pour la postérité

En attendant de voir concrétiser ce partenariat gagnant-gagnant, le rendez-vous a été donné en février 2019 pour la 5ème édition de la FIKOM au cours de laquelle est prévue se tenir « la nuit du monde rural » pour récompenser les producteurs méritants, les chercheurs et les innovateurs du domaine agro-sylvo-pastoral ainsi que les Partenaires techniques et financiers. A ces innovations en vue; s’ajoutent l’octroi de bourse de formations aux porteurs de projets innovants et l’ouverture de l’Institut du monde rural qui se révélera comme un centre de formation de courte durée pour encadrer les porteurs de projets de développement rural.

Saïdou Zoromé


Articles similaires

MCAT: Yssouf Sawadogo a passé les charges à Adoul Karim Sango

Afriyelba

Ghana: la ministre de la Communication promet des smartphones à tous les citoyens d’ici 2020

Afriyelba

REGGAE CITY FESTIVAL 2018 : Sam’s K Le Jah annonce les couleurs

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR