Afriyelba
A la Une Société

JAPIT 2018 : Ouagadougou a magnifié en différé les inventeurs


Le ministre de la culture des arts et du tourisme, Abdoul Karim Sango a lancé dans la matinée du 20 septembre 2018, à Ouagadougou, les activités officielles de la célébration en différé de la journée Africaine de la technologie et de la propriété intellectuelle ( JAPIT). Cette journée, instituée par le sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Organisation de l’Unité africaine (OUA) à sa 35è session ordinaire du 14 juillet 1999 à Alger, encourage les Africains à s’investir dans la recherche-développement et la protection de leurs créations par la reconnaissance de leurs droits de propriété intellectuelle. La cérémonie s’est déroulée sous le regard bienveillant du directeur général de l’organisation Africaine de la propriété intellectuelle (OAPI) Denis Bohoussou.

Le 13 septembre de chaque année l’Afrique célèbre ses inventeurs à travers une panoplie d’activités comme des conférences débats, des foires et expositions, des journées portes ouvertes etc. Cette année le Burkina Faso pour sa part a décidé d’honorer en différé ce rendez-vous continental. Raison pour laquelle la cérémonie de lancement de la 19 édition de la journée Africaine de la technologie et de la propriété intellectuelle (JAPIT) a eu lieu aujourd’hui ce 20 septembre au centre nationale de la propriété industrielle (CNPI). Pendant trois jours (20 au 22)  des experts venus du Burkina et de l’international se pencheront sur le thème de  cette année qui est « L’innovation, moteur du développement industriel ».

Les invités à la cérémonie de lancement

Les trois jours de célébration seront meublés aussi par des visites d’entreprises, une journée porte ouverte, une foire et exposition, et des dégustations de mains locaux au siège du CNPI. Dans son allocution le ministre de la culture des arts et du tourisme a laissé entendre que le choix du thème de cette année s’explique par le lien fort qui existe entre l’invention et le développement industriel. « En effet le niveau de développement industriel d’une nation est lié à sa capacité d’innovation et de créativité se traduisant par la mise au point et l’utilisation des inventions qui donnent naissance à des procédés industriels et à des produits améliorés ou nouveaux qui, à leur tour, nécessitent la création et le développement d’entreprises de fabrication et de commercialisation », dira-t-il. Le ministre s’est dit conscient des nombreux défis que font face les inventeurs et innovateurs de l’espace OAPI notamment la finalisation des projets d’innovation, la protection juridique, la commercialisation et la production en série de ces innovations.

Une vue des expositions à la mini foire

Pour cela, il a rassuré que le gouvernement ne ménagera aucun effort pour encourager et accompagner toute initiative dont le but est la mise au point des inventions pouvant contribuer au développement économique et industriel du Burkina Faso. Le directeur général du centre national de la propriété industrielle ; Mahamadi Tassembedo, s’est pour sa part, appesanti sur l’innovation majeure de cette 19e célébration qui est l’institution d’une mini foire dédiée aux produits et services ayant fait l’objet de protection à l’organisation Africaine de la propriété intellectuelle. Une mini foire qui veut mettre en exergue toute l’interaction évidente entre la création intellectuelle et tout ce qui concourt au développement industriel d’une nation et partant à l’épanouissement des populations.

Le MCAT s’est dit conscient des défis des inventeurs et innovateurs Africains

Le directeur général de l’OAPI, Denis Bohoussou, venu à Ouagadougou sur invitation du ministre du commerce de l’industrie et de l’artisanat du Burkina Faso a dès l’entame de son propos, félicité ses collègues du CNPI pour avoir pensé à organiser en différé la 19e JAPIT. Il a ajouté qu’à cette heure de la mondialisation il est établi que la propriété intellectuelle est le débat essentiel qui détermine la place des pays dans le commerce mondial. Par la suite il affirmera que dans un tel contexte il est important pour les Etats Africains de se doter de capacités de transformation de leurs matières premières en vue de capter la plus grande partie de la plus value. Par ailleurs, il faut noter que les populations peuvent trouver à cette mini foire installée au siège du CNPI, des boissons faites à bases de produits locaux, les aliments pour bétails transformés par l’entreprise Kato, des greniers modernes de conservations des oignons et pommes de terre ( Tilgr Baore), des machines à tisser pour le Faso Danfani, bref une grande partie des produits issus du génie Burkinabè.

Sougrinoma Ismaël GANSORE


Articles similaires

CAN 2019: Les supporters algériens fêtent la victoire des Fennecs partout en France

Afriyelba

Nécrologie : La mère d’Amadou Toumani Touré n’est plus

Afriyelba

MYS’TIC BLOG AWARDS 2018 : Les inscriptions ont débuté

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR