3 August 2020

JAZZ A OUAGA, LA 27 : Djam et Bassekou pour ouvrir le bal

Partager
  • 24
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    24
    Partages

Cela fait maintenant 27 ans que le festival Jazz à Ouaga se tient dans la capitale burkinabè sans discontinuer. C’est 27 ans d’abnégation, 27 ans d’engagement, 27 ans de passion et de magie dans l’univers du Jazz. L’édition 2019 a été lancée, le 26 avril 2019, au CENASA avec la prestation des artistes de renoms dont, Djam Quintet de l’Algérie et Bassekou Kouyaté du Mali.

« Cela fait 27 ans que le Jazz est au pouvoir. Il n’y a aucune crainte d’une insurrection quelconque qui puisse arrêter ce festival », s’est exprimé Abdoulaye Diallo, le 26 avril dernier, lors du lancement de l’édition 2019, du festival. Une édition de à l’entendre, témoigne de l’abnégation et de l’engagement pour le triomphe de la musique surtout le Jazz tout en permettant aux amoureux de ce genre d’être agréablement servis chaque année.

Abdoulaye Diallo, promoteur du festival

La tenue de l’évènement malgré le contexte sécuritaire, toujours selon le promoteur, est une manière de témoigner de la normalité de la situation au pays des « Hommes intègres ». « Nous sommes un facteur de la normalité », a-t-il dit. Ce d’autant plus que le thème de cette édition est «  Jazz et musique : facteurs du vivre ensemble ! ». Lassiné Simporé, SG du ministère en charge de la culture qui a lancé officiellement pour témoigner cela à paraphrasé M Pacéré Titienga Frédérick en disant que : « Quand la termitière vie elle ajoute de a terre à la terre ». Ainsi, la longévité du festival montre qu’il a, au fil des années, cumulé les expériences pour être aguerri aujourd’hui. Pour leur abnégation, il salué les organisateurs et les a remercié de toujours travailler à faire plaisir aux amoureux du Jazz.

Le SG du ministère en charge de la sécurité a aussi traduit toute sa reconnaissance au public sorti massivement pour le lancement du festival et les artistes qui ont cru et qui continue de toujours croire au festival en faisant le déplacement de la capitale burkinabè chaque fois qu’ils sont sollicités.

Djam Quinte, de l’Algérie, content de retrouver le Burkina et Jazz à Ouaga

Il ne croyait si bien dire. En effet, Djam Quintet qui a ouvert le bal de cette 27e édition est à sa deuxième participation au festival. La première est intervenue en 2008. Et depuis, selon l’artiste c’est une histoire d’amour qui est née entre lui et le festival mais également le Burkina Faso si bien qu’il a rendu hommage au pays dans son album. Après lui, c’est Bassekou Kouyaté du mali qui a pris d’assaut la scène du CENASA pour sa performance.

Le programme du festival

Mais ce n’est pas tout. Le festival Jazz à Ouaga c’est 9 jours de musique intense, de concerts live géants. 200 musiciens et 40 groupes sont attendus pour donner des performances sur les scènes du festival entre le CENASA, l’Institut français et le siège du FESPACO où se tient le village Jazz à Ouaga.

Zanga CAMARA


Partager
  • 24
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    24
    Partages
No Comments

Leave A Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR