Afriyelba
A la Une Interview

Luc Bambara burkinabè vivant au Canada: « J’ai beaucoup de projets pour les artistes burkinabè mais… »


Artiste-chanteur et ancien footballeur du Burkina Faso, Lésouta Luc Bambara est aujourd’hui professeur de danse à l’école Antoine curé  Montréal au Canada où il s’est installé depuis 2010. Dans ce pays où il entraine aussi des jeunes au football , il a fait de la promotion de la culture burkinabè son cheval de bataille. C’est dans la poursuite de cet objectif qu’il a invité Joseph Mascotte Tapsoba à venir étaler les talents des artistes burkinabè au Canada à travers son émission Cocktail. En plus de ce projet de cocktail qui est en passe de se réaliser ce 25 juin, Luc Bambara confie avoir plusieurs projets pour les artistes burkinabè mais  » il faut qu’ils pensent à des chansons en live car ici le playback ne marche pas ». Des conseils qu’il a donné dans une interview que nous avons réalisé via internet.

Afriyelba: Vous êtes l’initiateur de Cocktail à Montréal, comment vous est venue l’idée?

Avant de répondre à votre question, permettez moi de saluer tous mes frères et sœurs qui sont au Burkina Faso. Je voudrais aussi saluer et remercier mes compatriotes qui vivent ici au Canada pour leur implication dans la réussite de l’évènement que nous sommes en train de préparer. Pour revenir à ton interrogation, il faut dire que Cocktail c’est une émission que nous suivons et apprécions ici au Canada. J’ai longtemps entretenu l’idée de voir l’émission se réaliser ici non seulement pour nous Burkinabè mais aussi pour les Canadiens qui veulent découvrir la culture de notre pays. Lorsque je suis allé récemment au Burkina,  j’ai fait part de mon projet de Cocktail à Montréal  à mon grand frère Bérenger Ouedraogo. Ce dernier ayant trouvé l’idée très intéressante   m’a introduit chez Mascotte qui, à son tour a trouvé l’initiative  de tourner Cocktail à Montréal, géniale. C’est ainsi que nous avons commencé les démarches pour concrétiser le rêve.

Quel objectif poursuivez-vous à travers cette émission au Canada?

Ce qui  m’a poussé à organiser l’émission au Canada, c’est la valorisation de la la culture et en particulier des artistes du Burkina au Canada. Ces artistes sont des modèles pour plusieurs Canadiens. C’est pour moi une manière de contribuer à la promotion de la culture burkinabè. Qui connait bien le Canada sait qu’il y a plein d’opportunités dans le domaine de la musique dont peuvent profiter les artistes qui viendront pour l’émission.

Comment vous préparez-vous pour accueillir Mascotte et ses invités?

Nous nous préparons comme il se doit pour accueillir cette grande star et ses artistes! Le comité d’organisation se rencontre une fois par semaine pour planifier et organiser l’événement. Pour bien préparer la logistique, des bénévoles ont été recrutés pour le jour de l’émission. Nous sommes donc en train de mettre les petits plats dans les grands pour une réussite totale de Cocktail à Montréal.

bambara

Luc Bambara est un ancien footballeur du Burkina

Rencontrez-vous des difficultés particulières?

Non, pas pour le moment. Il n’y a pas beaucoup de difficultés, les membres du comité d’organisation s’entendent bien, et chacun s’occupe bien de la tâche qu’on lui a confié. Ils sont tous motivés pour le succès de l’évènement parce qu’ils aiment leur pays, ils aiment leurs artistes et ils aiment l’émission Cocktail. Nous sommes gonflés à Blocs et nous n’attendons que l’arrivée des délégations pour faire le show

Avez-vous déjà la salle? Le matériel? Et les accompagnants des artistes qui feront le show?

Oui, la salle est réservée et elle permettra d’accueillir tout le monde! Le matériel est fourni avec la salle. Un doyen de la musique qui a quitté le Burkina depuis longtemps, Aboulaye Koné, sera le directeur artistique. Ses musiciens accompagneront les artistes. Nous avons tout prévu. Le show sera balaise.

En plus du Burkina, d’autres artistes viendront d’autres pays comme Martin N’Terry. Pourquoi ce choix?

J’ai organisé un événement avec Martin N’Terry et Bérenger Ouedraogo à Montréal en 2012. Ça été une belle expérience. La musique de Bérenger a aussi bercé mon enfance. Je les ai donc contactés pour qu’ils se joignent au mouvement parce qu’après tout ce sont des artistes Burkinabè. Et le fait même qu’ils sont de la diaspora va apporter un plus à l’émission. Je profite remercier Bérenger Ouédraogo qui m’a donné beaucoup de conseils pour l’organisation de cet évènement

Es-tu épaulé dans ce projet par d’autres Burkinabés vivant au Canada?

Oui, tout d’abord par l’Association des Burkinabés du Grand Montréal. Et ensuite par le comité d’organisation que je salue de passage pour son dévouement. Ce sont tous des gens que je respecte beaucoup et qui ont des compétences pour me guider et m’appuyer dans ce projet. Le comité d’organisation est composé de : Ibrahim Kaboré qui offre de la formation en entrepreneuriat, Aziz Daboné qui est comptable agréé et président de l’ABGM, Loumé Diallo qui est journaliste pour Burkina24, qui s’implique beaucoup dans différents événements ici, Bebeto  Lonsili qui est très impliqué dans le milieu du show-business et qui est le responsable du projet Hommage aux femmes, Mamadou Sawadogo qui est infirmier et membre de l’Association des Burkinabés de Longueuil, Mahamadi qui est comptable agréé et Guira Kotimi qui est la représentante de Vues d’Afrique au Burkina. Cocktail à Montréal est un rêve qui est en passe de se réaliser pour moi!

Parlez-nous un peu de l’Association des Burkinabés du Grand Montréal.

Je tiens à remercier de tout cœur l’Association parce que ce sont eux qui ont pris plusieurs choses en charge pour m’aider à réaliser mon rêve. Ils pré-financent certaines dépenses pour qu’on puisse avancer dans l’organisation de l’événement. L’Association aide les Burkinabés qui ont des projets, elle les soutient. Chapeau au comité d’organisation et à l’ABGM!

Que faites-vous précisément au Canada?

Je suis artiste, danseur, ancien footballeur du Burkina, éducateur et j’entraîne aussi les jeunes ici au football.

Ils sont nombreux ces jeunes Burkinabé qui veulent venir vivre au Canada comme vous. Quels conseils avez-vous à leur donner?

A mes jeunes frères, je voudrais dire que le Canada est un beau pays, mais il faut être organisé, bien préparé avant de venir ici. La vie n’est pas si facile comme on le pense et on le dit.  Il y a le choc culturel, l’intégration, la température… entre autres! Je les invite donc à venir, mais à bien se renseigner et se préparer avant. Je voudrais aussi ajouter que j’ai plein de beaux projets pour les artistes burkinabés ici au Canada. Mais j’aimerais leur donner un petit conseil : pensez à des chansons en live, travaillez votre répertoire en fonction de ça, car ici, le playback n’est pas très en demande.  Pour terminer, je voudrais remercier et féliciter le site Afriyelba qui fait du bon boulot au quotidien dans le but non seulement d’informer le public mais aussi de faire la promotion de la culture burkinabè. Grâce à ce site nous suivons les informations culturelles du Burkina Faso. Je tire mon chapeau aux responsables et les encourage à aller de l’avant.

Propos recueillis via internet par Yannick SANKARA


Articles similaires

Vote des burkinabè de l’extérieur: La CENI explique le mode opératoire à Bruxelles

Afriyelba

Burkina United Day in Accra : Une première édition réussie malgré les difficultés.

Afriyelba

Ombr Blanch: POLARISATEUR- Le 1/3 rendu public

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR