Afriyelba
A la Une Société

Nomination de Abdoul Karim SANGO: Des acteurs culturels expriment leurs attentes


                                                                                         

Le président du Faso a procédé ce 31 janvier 2018 à un remaniement ministériel. Le juriste et enseignant de droit public à l’école nationale d’administration et de magistrature ( ENAM), Abdoul Karim Sango a remplacé Yssouf Sawadogo à la tête du ministère de la culture des arts et du tourisme. Un changement à la tête dudit ministère qui intervient trois mois et un jour après la prise de fonction du ministre déchu. Afin de recueillir à chaud les avis des acteurs du monde culturel Burkinabé Afriyelba est allé à leur rencontre le 01 février 2018. Du Centre national des arts du spectacle et de l’audiovisuel (CENASA) en passant par le musée de la musique Georges Ouédraogo « le Gandaogo National », et l’institut Français de Ouagadougou les hommes de culture ont livré leurs appréciations sur la nomination du nouveau commandant de bord de leur ministère de tutelle et formulé de nombreuses attentes. Lisez plutôt

Silga Richard Adam’s alias le grand Silga (Artiste musicien)

« Avec lui il y aura une véritable valorisation du patrimoine culturel »

« Connaissant bien le monsieur je sais qu’il est capable à mon humble avis d’aller au-delà de nos espérances. D’abord, c’est un grand frère de lutte, c’est quelqu’un qui était engagé il ya longtemps, qui s’est battu contre vent et marrées. Je pense que c’est un homme qui sait que la tâche qui l’attend  est tellement délicate, mais il a les épaules larges pour l’amortir et l’accomplir. Pour moi, c’est le bon cavalier sur le cheval, il a le potentiel nécessaire pour mener à bien sa mission. C’est quelqu’un qui a un franc parlé, chose que le secteur de la culture en a besoin. Abdoul Karim Sango est très patriotique, avec lui il yaura une véritable valorisation du patrimoine culturel, parce qu’aujourd’hui le patrimoine culturel se meurt, il est devenu comme une tenue d’apparat qui sort uniquement les jours de cérémonie. Nous attendons à ce qu’il revalorise le travail des acteurs culturels. Depuis l’insurrection populaire jusqu’à nos jours il n’ y a  pas un corps de métier qui a souffert comme la culture. Depuis ce temps les artistes ne peuvent plus commercialiser leurs œuvres parce que le pouvoir d’achat a baissé. Les gens n’arrivent plus à aller dans les spectacles et évitent les rassemblements à cause de l’insécurité grandissante. Enfin, je pense que ce ministre va valoriser le spectacle live, l’originalité ».

Yassia Ouédroago  sculpteur en face de l’hôtel indépendance

« Je demande au nouveau ministre de mettre le paquet sur le tourisme pour que……. »

J’ai accueilli la nouvelle du remaniement avec joie, parce que je pense que si ça change c’est bon. Je ne le connais pas, c’est ma première fois d’attendre parler de lui. Tous les ministres qui sont passés n’étaient pas du domaine de la culture. Je pense qu’il faut la bonne personne au bon poste. Si c’est un homme qui s’intéressait beaucoup à tout ce qui est culturel je pense qu’il pourra maitriser le ministère. Mais dans le cas contraire s’il n’est pas du domaine son personnel peut aussi l’aider à accomplir sa mission. J’attends qu’il songe à nous autres qui travaillons dans le domaine des objets d’arts. Nous ne sommes pas des personnes riches, s’il peut voir au niveau du gouvernement pour qu’on puisse avoir des subventions, et aussi des marchés. Si nos gouvernants veulent souvent faire de petits cadeaux à des étrangers qui viennent pour des conférences et autres, il serait judicieux que nous bénéficions de ces marchés. Cela nous fait de la publicité à l’extérieur et nous permet de renflouer nos caisses. Il faut qu’il travaille aussi à ce que de véritables professionnels des objets d’arts soient précisément dans nos aéroports pour faire la différence entre les objets de décoration que les touristes payent et les objets sacrés. Beaucoup de contrôleurs ne maitrisent pas les objets d’arts, ils confisquent souvent les objets décoratifs que des européens payent chez nous soit disant qu’ils sont des objets sacrés, parce qu’ils sont uniquement de couleur noir. Cette situation décourage beaucoup de nos acheteurs. Je demande au nouveau ministre de mettre le paquet sur le tourisme pour que nos objets d’arts puissent être vus à l’international.

Yssouf Banoa vendeur d’objets d’arts.

« Nous demandons aussi au ministre Sango de travailler a reconquérir la confiance des touristes »

J’ai bien accueilli la nomination de Abdoul Karim Sango à la tête du ministère de la culture. Il faut que le nouveau ministre travaille avec des gens qui connaissent vraiment les masques. Il ya beaucoup de personnes qui bloquent, à l’aéroport, le passage des objets décoratifs en bois soit disant qu’ils sont sacrés tout simplement parce que ces objets ont fait quelques années chez nous les vendeurs. Les blancs qui sont majoritairement nos clients payent nos produits. Mais ne peuvent pas rentrer au pays avec. Nous ne vendons pas les objets sacrés. Quand une personne se présente devant nous avec un masque ou tout autre chose sacrée nous l’indiquons le musée national. Les Blancs réclament les objets qui ont duré un peu dans le temps parce qu’ils estiment que ceci sont authentiques. Mais quand nous les vendons ces objets les contrôleurs les interceptent à l’aéroport. Nous demandons aussi au ministre Sango de travailler a reconquérir la confiance des touristes parce qu’après les attaques terroristes beaucoup ont fui le Burkina Faso.

Sawadogo hamidou dit Sisqo du yatenga (Operateur culturel)

« Je demande au professeur Laurent Bado de faire pardon et laisser du temps au nouveau ministre afin qu’il étale toute sa compétence ».

« La nouvelle de la nomination de Abdoul Karim Sango à la tête de notre ministère m’a surpris. Tout le monde savait que le président allait procéder à un remaniement ministériel mais je ne pensais pas que le ministère de la culture allait en faire partie. Mais comme c’est une affaire de parti politique, je pense que c’est bien, parce que le père fondateur du parti pour la renaissance national ( PAREN), Laurent Bado, sait qui il doit placer à la tête du ministère pour avoir de bons résultats. Comme le ministre sortant et celui entrant viennent du même parti,  nous espérons que tout ira bien. Je souhaite bon arrivée et bon vent à monsieur Sango, main dans la main nous pensons relever les défis de la culture Burkinabé. Mais il ne faut pas qu’à chaque fois les remaniements tournent autour du ministère de la culture. Il faut que les premiers responsables de notre pays donnent l’opportunité à ceux qu’on nomme de montrer leurs compétences. Le ministre sortant n’a fait que trois mois. En trois mois on ne peut pas montrer de quoi on est capable. Il ne faut pas que le ministère de la culture soit un ministère de bordel ou à tout moment il ya de nouvelles têtes. Je demande au ministre Sango d’être rigoureux dans son travail et de mettre les hommes qu’il faut à la place qu’il faut. Il doit avoir le courage d’enlever certaines personnes de leurs postes parce que l’administration est aussi une continuité. Je demande aussi au professeur Laurent Bado de faire pardon, pour l’amour de Dieu, et laisser du temps au nouveau ministre afin qu’il étale toute sa compétence ».

Elola Bouma dit Elo Boumastik (Artiste musicien)

« Je demande au ministre entrant de faire en sorte que les artistes puissent jouir de leurs droits »

« D’abord je ne suis pas content parce que le ministre sortant a juste fait trois mois à son poste. Il ne faudra pas aussi qu’on mette quelqu’un qui ne comprend pas  les artistes et qui ne connait pas ce qui se passe dans le ministère. Je dis au nouveau ministre qu’il sache qu’il doit travailler avec les artistes. Souvent les artistes se présentent dans les bureaux de ceux qu’on a délégué pour tenir les règnes du ministère et ils trouvent que ces artistes sont des dérangeurs. Il faut que les acteurs culturels puissent jouir des biens et des sponsors du ministère. Laurent Bado sait qui placer à la tête du ministère de la culture qui revient  à son parti. S’il a choisi monsieur Sango je trouve que c’est bon. Je demande au ministre entrant de faire en sorte que les artistes puissent jouir de leurs droits. Il doit lutter aussi à ce qu’il y ait plus de festivals. Le ministre doit travailler avec les anciens collaborateurs de Yssouf sawadogo qui connaissent très bien le ministère et qui travaillent de façon honnête ».

Oscibi Johann (Artiste musicien)

« Je pense que ce gouvernement n’accorde pas beaucoup d’importance à la culture »

« Nous nous attendons tous à un remaniement ministériel, mais en ce qui concerne le ministère de la culture on ne s’attendait pas à un changement, parce qu’il yavait un ministre qui venait d’arriver. Donc ça été vraiment une surprise pour nous acteurs culturels. Un ministère ça se respecte. Je pense que ce gouvernement n’accorde pas beaucoup d’importance à la culture. On ne peut pas jouer comme ça au cache-cache avec les acteurs. Mais en ce qui concerne l’arrivant c’est un camarade de lutte, c’est un frère, quelqu’un que nous respectons. Nous sommes très contents que Monsieur Sango soit venu à la culture. En matière de vision, d’anticipation, de culture générale, de connaissances je pense que le nouveau ministre doit être l’homme de la situation, mais nous l’attendons au pied du mur pour le juger. Il faut que le nouveau capitaine du ministère de la culture montre aux yeux du monde la profondeur de notre culture. Il doit travailler à ce que les uns et les autres sachent que le Burkina Faso regorge de potentialités touristiques. En outre il faut qu’il fasse de telle sorte que les gens sachent qu’on peut vivre de l’art ».

Dick Marcus (Artiste musicien)

 » Sango peut être l’homme de la situation à la culture »

« C’est avec une grande joie que j’ai accueilli la nomination de monsieur Sango. La durée des hommes à la tête du ministère ne me pose pas de problème, parce que l’administration est une continuité. Quelle qu’en soit la personne qui est affectée à la tâche, il faut que ce dernier puisse mettre dans la tête qu’il est là pour servir la nation. Le nouveau ministre peut être l’homme de la situation, parce que tout le monde est homme de la culture. Je pense que même quand on ne maitrise pas un domaine et qu’on a la volonté de réussir, on peut se faire entourer par des personnes qualifiées. J’attends qu’il puisse révolutionner la culture Burkinabé. Je lui demande d’œuvrer à ce que notre musique puisse s’exporter d’avantage ».

Propos recueillis par Ismaël Gansonre


Articles similaires

APRES PAPA WEMBA, MAGIC SYSTEM VICTIME D’UN AUTRE MALHEUR

Afriyelba

Ligue des Champions : Liverpool et Naples pour le PSG, du lourd aussi pour Monaco, Lyon avec Manchester City

Afriyelba

Ousseini Kaboré, Responsable de Moka: « Moka a été créé pour vous donc n’hésitez pas… »

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR