Recent Posts
a
18 November 2018

RECREATRALES 2018 : Les familles de Gounghin regrettent déjà la fin

Il y a quatre jours de cela que la dixième édition des Récréatrales a fermé officiellement ses portes sur la rue 9.32 du quartier Gounghin de la ville de Ouagadougou. Après cette clôture nous sommes allés à la rencontre des familles qui ont accueilli les représentations théâtrales tout au long du festival. C’était dans l’après-midi du mardi 6 novembre 2018. Dans cet article les ménages donnent leur point de vue sur le festival et reviennent sur leur cohabitation avec les artistes.

4 jours après la clôture des Récréatrales l’heure est au nettoyage de la rue

A notre arrivée sur la rue qui a abrité les festivités du dixième Récréatrales les techniciens de surface la débarrassait des différentes installations qui l’ont animé tout au long des 10 jours du festival. La première famille qui nous a reçu dans notre élan de tournée post festival, était la famille Ouango. Là, nous avons rencontré dame Awa Yougbare. Elle nous a confié qu’elle a passé un agréable festival aux côtés d’une troupe théâtrale venue de la Guinée Conakry qui a présenté un spectacle intitulé « Danse avec le diable ».  Elle a ajouté que sa famille a cohabité parfaitement avec les artistes. Elle dira par la suite que certains ont même coulé des larmes à la fin de l’évènement au regard de la distance que cela créera. Elle a affirmé également que Aristide Tarnagda et ses collaborateurs veulent amener les gens à se connaitre à se comprendre et à s’unir autour d’une même cause raison pour laquelle ils ont décidé de faire les spectacles dans les familles. « A l’issue des Récréatrales je sais désormais comment me protéger en cas d’explosion dans un lieu donné. Cela grâce à « Danse chez les diables » a-t-elle dit.

Bernadette Nikiema / Rouamba encourage les organisateurs à persévérer

Après la famille Ouango nous nous sommes rendus chez les Nikiema. Là encore, c’est une voix féminine qui a répondu à nos questions. Il s’agit de madame Bernadette Nikiema / Rouamba. Elle a laissé entendre que dans sa famille les choses se sont déroulées dans la quiétude jusqu’à la fin. « Chaque fois que les artistes reviennent à la maison nous discutons et plaisantons dans la joie. Quand ils débutent leurs créations nous faisons tout pour ne pas être dans leur champ. Nous les suivons un peu à l’égard pour ne pas les déranger. Nous n’avons pas eu de problème particulier avec qui que ce soit » a déclaré Bernadette Nikiema. Selon dame Nikiema les Récréatrales constituent un canal de découverte de l’art dramatique et un facteur d’éveil des enfants.

La dernière famille qui nous a accueilli dans notre randonné d’un après-midi était la famille Koassa. C’est cette famille qui a servi de cadre de diffusion du spectacle « Moussa rit du monde » de l’humoriste Burkinabé Moussa petit sergent. Chez les Koassa Ibrahim Traore a été notre interlocuteur. Comme les précédents intervenants il a tiré son chapeau aux Récréatrales édition 2018 qui a réussi son pari en terme de succès. Ibrahim Traore a indiqué qu’il a partagé en toute harmonie son quotidien avec des Hommes venus de divers pays. Les familles qui se sont donc familiarisées avec les artistes regrettent déjà la fin des Récréatrales et voient 2020 comme une éternité. « Jusqu’en 2020 encore c’est trop loin. Si seulement on pouvait le faire chaque année » a souhaité Bernadette Nikiema.

Ibrahim Traore a prêté attention à nos questions chez les Koassa

Sougrinoma Ismaël GANSORE

Share With:
Comments
  • Salut, juste une petite erreur au niveau du titre du spectacle guinéen c’est »Danse avec le Diable » et non Danse chez les Diables. Merci de rectifier.

    Nov 7, 2018

Leave A Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR