Afriyelba
A la Une Société

Rentrée du droit d’auteur 2018: les populations de l’intérieur à l’honneur cette année. (Les travaux débutés)


La ville de Koudougou abrite depuis ce matin, la 3e édition de la Rentrée du droit d’auteur (RDA). Ouverte par Dramane Konaté, conseiller technique représentant le ministre de la culture des arts et du tourisme, la RDA se poursuivra jusqu’au 27 octobre prochain et sera marquée par deux activités majeures à savoir le séminaire international sur le thème « cultiver le droit d’auteur pour enrayer la pauvreté » et la nuit du droit d’auteur. Organisée chaque année depuis 2016, la présente édition pensera ainsi aux populations de l’intérieur du Burkina Faso pour qui, selon le DG du BBDA Wali Bara, la question du droit d’auteur ne s’inscrit pas encore dans les vécus prioritaires.

Le directeur général du BBDA a exhorté les participants à s’impliquer fortement dans les travaux pour pouvoir tirer des conclusions pertinentes

Cinq panels dont « Etat des lieux du droit d’auteur en Afrique »; « Mécanisme de gestion collective du droit d’auteur en Afrique »; « Rôle de l’Etat dans la promotion du droit d’auteur »; « Rôles des médias dans la promotion du droit d’auteur »; et « Contribution du droit d’auteur au développement durable des Etats africains » meubleront le côté réflexif  de la rentrée de droit d’auteur acte 3. Des panels qui seront animés par d’imminentes personnalités de la culture venues de la sous-région ouest africaine et au delà. Au cours de la cérémonie d’ouverture, le Directeur général du BBDA qui était accompagné au présidium par plusieurs représentants d’institutions nationales et internationales a expliqué que le thème s’inscrit dans l’objectif de « notre maison de gestion collective, de faire du droit d’auteur non seulement un levier de croissance économique aux fins d’une industrie culturelle créative émergente pour nos Etats africains, mais également une clef pour le rayonnement de la culture et par extension, pour l’épanouissement de nos artistes ».

Le représentant du ministre de la culture et des arts déclarant ouvert les travaux de la 3e édition de la RDA

A travers les conclusions de ce séminaire auquel la contribution des nombreux panélistes triés sur le volet pour leurs connaissances approfondies dans le domaine du droit d’auteur et partant de la création, le BBDA entend selon son directeur général, faire du droit d’auteur un outils de baisse de l’incidence de la pauvreté. Le représentant du ministre de la culture Dramane Konaté s’est inscrit dans la même dynamique en faisant savoir aux panélistes que de leurs riches expériences, le Burkina Faso tirera les enseignements nécessaires à l’enraiement de la pauvreté par la culture du droit d’auteur. Et pour l’atteinte de cet objectif, il a exhorté les participants à une plus grande participation par leur implication effective aux riches débats qui animeront ces deux jours de rencontre.

Les représentants de l’UEMOA, de la CEDEAO, de la CISAC et de l’OMPI ont, tour à tour, pris la parole pour saluer l’initiative de l’organisation de la rentrée du droit d’auteur qui participe à la formation, à la sensibilisation et au plaidoyer , la pertinence du thème qui permet de secouer la conscience nationale dans le développement économique,   et réitérer leur disponibilité à soutenir les efforts des autorités du Burkina Faso dans la promotion du droit d’auteur.

Deux jours durant, les participants au séminaire réfléchiront sur comment « cultiver le droit d’auteur pour enrayer la pauvreté »

En plus du séminaire, il est prévu la nuit du droit d’auteur une cérémonie de valorisation du droit d’auteur et de récompense des utilisateurs, des créateurs, des acteurs culturels ainsi que des partenaires du BBDA demain 26 octobre. C’est par une excursion touristique (royaume du Lalé Naaba, visite du Palais de Issouka et de la marre aux crocodiles sacrés de Sabou) que la rentrée de droit d’auteur 2018 refermera ses portes.

Yannick SANKARA


Articles similaires

Carnet d’un voyage d’acteurs culturels au Ghana: BUDA 2018

Afriyelba

EDDY KENZO FEAT SERGES BEYNAUD: LOPANGWUE

Afriyelba

WILLY SAGNOL: « l’avantage du joueur africain, c’est qu’il est pas cher »

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR