Recent Posts
a
18 November 2018

SIAO 2018 : Après la fermeture, place au SIAO des taxis-motos

Après la clôture officielle de la quinzième édition de la biennale de l’artisanat au Burkina Faso, nous avons fait un tour sur le site des expositions, dans la matinée du 5 novembre 2018, pour prendre la température de l’ambiance qui y règne. Dans le bruit des taxi-moto, des voitures et des charrettes qui ramenaient les marchandises des uns et des autres dans leurs lieux habituels de commerce, nous avons pu interroger quelques exposants sur la fin de cette édition du salon international de l’artisanat de Ouagadougou. Les personnes qui se frottent les mains sont sans aucun doute les chauffeurs des taxis-motos qui sont sollicités pour le ramassage des articles.

La marée humaine qui convergeait chaque jour vers la cour du SIAO  a considérablement faibli ce matin à notre arrivée sur les lieux. La plupart des exposants ramassaient leurs produits. Ceux qui se frottaient les matins ce lundi matin étaient visiblement les chauffeurs de Taxi-moto. Ils étaient sollicités à tous les niveaux pour transporter des bagages. Nombreuses, les chauffeurs de ces motos 4 roues ont pris d’assaut le site du SIAO à la recherche de clients. Un autre business donc après la fermeture de la biennale de l’artisanat de Ouagadougou. Dans ce brouhaha généralisé ou chacun essaye de défaire son stand dans les différents pavillons et à l’intérieur de la cour et où les chauffeurs des taxis motos font la course pour se faire des clients, les forces de défense et de sécurité veillaient toujours au grain. Les détenteurs de badges avaient accès au site par une porte différente de ceux qui n’en possédaient pas, même si les fouilles avaient diminué d’un cran.

Les forces de défense et de sécurité encouragés

A l’intérieur d’un des pavillons ventilés nous avons rencontré Ibrahim Bilgo gérant d’un stand de vente d’objets d’arts (Tabourets, Statues) sculptés sur des bois provenant de la Côte d’ivoire et du Niger. Il a affirmé qu’à partir d’aujourd’hui il repart à l’atelier pour poursuivre ses activités. Ibrahim Bilgo trouve que le SIAO 2018 n’a pas été trop fameux en terme de rentabilité, mais il a pu néanmoins engranger le minimum de bénéfice. Plus loin Issaka Kabore, vendeur de tee-shirt et pagne du SIAO s’est prêté à nos questions. Il nous a confié qu’il restera sur le site de la foire aujourd’hui et  demain avant de rejoindre son atelier le mercredi 7 novembre. Issaka s’est dit ravi des ventes qu’il a pu réaliser. Il a tiré son chapeau aux FDS qui ont fait leur travail sans faille. Issaka Kabore souhaite qu’à la 16e édition les visiteurs puissent avoir des tampons sur la main qui montrent qu’ils ont payé à l’entrée pour qu’en cas de perte de ticket ils ne soient pas retenus à l’entrée des pavillons. Chose qui limite la clientèle des exposants. Fatimata Karabinta, vendeuse de produits cosmétiques et d’encens a d’abord remercié le bon Dieu pour son assistance qui a permis au SIAO de s’ouvrir et de se refermer dans la paix. Après la clôture dame Karabinta répare chez elle. Elle ne compte pas participer à un quelconque SIAO off.

Sougrinoma Ismaël GANSORE

Share With:
No Comments

Leave A Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR