Afriyelba
A la Une Société

WOMAAF 2018 : La fondatrice de AFRIKAYNA parle de mobilité internationale des artistes


Au deuxième jour de la troisième édition de la World Music And African Art Festival (WOMAAF), la présidente fondatrice de AFRIKAYNA, Mme Ghita Khaldi s’est entretenue avec les festivaliers sur le thème suivant : « La mobilité internationale des artistes et l’apport du Maroc ».  C’était, le 9 novembre 2018, dans la salle de spectacle du Cenasa avec, à la modération, Alex Boicel ambassadeur du MASA et de visa for Music aux USA.

La conférence qui a eu lieu, ce 9 novembre au Cenasa visait à faire un état des lieux sur les opérations que AFRIKAYNA mène à travers le fond de mobilité AFRICAARTLINES. Il s’agissait principalement d’expliquer l’importance de la circulation des artistes et des autres professionnels du secteur artistique sur le continent Africain. Selon, Ghita Khaldi c’est à travers cette mobilité que les Africains arriveront à créer  un marché commun pour pouvoir trouver des solutions adaptées aux réalités du continent. Pour elle, les artistes africains partagent les mêmes problèmes en ce qui concerne l’exportation de leur musique. Il s’agit, entre autres, a-t-elle énuméré, des difficultés de management, du manque de moyens et le manque de connaissance des entrepreneurs culturels entre eux. Cette dernière difficulté, à entendre la promotrice, conduit à confiner les artistes dans leur environnement.

Les participants à la rencontre ont posé pour la postérité

La fondatrice de AFRIKAYNA n’a donc pas manqué de parler du rôle important des marchés musicaux avec l’exemple de visa for Music, pour permettre aux artistes Africains de rencontrer des agents internationaux. Aussi, Par la suite elle s’est dite heureuse de savoir que les travaux de sa structure suscitent de l’intérêt au regard de l’importance accordée à sa communication. A l’issue de la conférence nous avons tendu notre micro à Issouf Balima entrepreneur culturel et manager d’artiste. Il a laissé entendre qu’au sortir de cette conférence sous forme de master class les pistes de solutions pour l’exportation des artistes Burkinabè sont désormais connues. Il appartient à chaque acteur dans sa démarche d’exportation de son projet culturel de voir comment saisir les opportunités, a-t-il poursuivi. Il a profité de l’occasion pour interpeller les autorités Burkinabè sur la mobilité de nos artistes parce que tous les fonds dédiés à ce volet sont à l’international.

Sougrinoma Ismaël GANSORE.


Articles similaires

Nigéria : accusée d’infidèle, Chioma s’éclate en boîte avec Davido

Afriyelba

ANNULATION DU TOUR DU FASO: Les précisions du ministre des sports et des loisirs

Afriyelba

Rumeurs: Flavour n’est pas mort

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR