3 July 2020

15E EDITION DU SIAO : Le tandem Art et Technologie au cœur de la biennale

Partager
  • 21
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    21
    Partages

Faire en sorte que la technologie soit au service de l’art afin de booster le secteur de l’artisanat ; c’est toute la problématique de cette 15e édition du Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO). 10 jours durant, du 26 octobre au 4 novembre, artisans, exposants et tous les professionnels du secteur se pencheront sur la question. Le top départ, pour ne pas dire la cérémonie officielle d’ouverture du salon est intervenue ce 26 octobre sur le site du SIAO, à Ouagadougou en présence du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré et la Gouverneure générale du Canada, Julie Payette, en visite au pays des « Hommes intègres » depuis le 23 octobre dernier.

L’expression de l’art africain dans toute sa diversité et dans toute sa splendeur, c’est ce qu’a offert le Salon international de Ouagadougou (SIAO) depuis 1988, année de son lancement. Cette année, à la 15e édition, la biennale ne déroge pas à la règle. En tant que plus grand salon dédié à la promotion de l’artisanat africain, le SIAO entend se positionner encore comme le cadre par excellence où artisans et acheteurs se rencontrent pour échanger leurs expériences et faires des affaires. Un accent particulier sera mis sur l’appropriation par les artisans des outils de la Technologie et de la communication pour la création et la promotion de leurs œuvres. D’où le thème : « Artisanat africain, exigences du marché et développement technologique ».

Ph. l’Obs ; La ministre malgache en charge de l’artisanat, Johasy Eléonore,

A la cérémonie d’ouverture,  après avoir souhaité la bienvenue à l’ensemble des exposants, le maire de la commune de Ouagadougou, Armand Pierre Béouindé a indiqué que le thème choisi est un signal fort sur la nécessaire prise en compte des nouvelles technologies dans la production artisanale et dans la conquête des marchés. « Je reste convaincu que les réflexions qui seront menées dégageront des pistes pour lever les entraves et les autres contraintes liées à la difficultés d’accès de nos artisans aux marchés internationaux et à l’innovation technologique », a-t-il dit. Cette année, le pays invité d’honneur au salon est l’île de Madagascar. Pour le chef de la délégation malgache, Johasy Eléonore, ministre de la culture, de la promotion de l’artisanat et de la sauvegarde du patrimoine, le SIAO qui est le salon de référence de l’artisanat africain rend justice aux artisans, à leurs activités plus que séculaires qui maintiennent et font évoluer les traditions africaines.

Ph. l’Obs: Le président de l’Assemblée nationale burkinabè, Alassane Bala Sakandé, parrain de cette 15e édition

Le thème de la présente édition, pour sa part,  est interpellateur quant aux défis qui doivent être relevés afin de professionnaliser davantage le secteur. « Ce sont des défis communs à tous. Produire en quantité et produire en qualité tout en préservant le cachet artisanal. Ainsi nous devons partager et apprendre les uns des autres pour y arriver », a-t-elle dit. Quant à la tenue du salon proprement dit, elle dira ceci : « Je voudrais lancer deux messages. Tout d’abord aux acheteurs venus nombreux pour qu’ils fassent du marché de l’artisanat un marché équitable afin que nos artisans puissent en tirer profit. J’invite les décideurs de tout bord à prôner la promotion du genre dans le domaine et ainsi contribuer à l’autonomisation des artisanes qui sont souvent le pilier de leur famille ».

Ph; l’Obs: Harouna Kaboré, ministre burkinabè en charge de l’artisanat a exhorté les artisans à se regrouper

Alassane Bala Sakandé, président de l’Assemblée nationale burkinabè et parrain de la 15e édition du SIAO lui, a d’abord lancé un vibrant hommage à tous les acteurs du secteur de l’artisanat en Afrique. Ce secteur, at-il ajouté, est le deuxième pourvoyeur d’emplois après celui de l’agriculture et de l’élevage, contribuant pour environ 20% au produit intérieur brut des pays africains. « En plaçant la 15ème édition du SIAO sous le thème « Artisanat africain, exigences du marché et développement technologique », les organisateurs donnent ici un signal fort sur la nécessaire prise en compte des normes internationales et des nouvelles technologies dans la production artisanale et la conquête des marchés », a-t-il relevé également.

Les artisans sont venus de toutes les régions de l’Afrique pour montrer leur savoir-faire

Et d’ajouter que : « L’art africain se pliera à cette exigence ou ne sera pas dans les siècles à venir ». Harouna Kaboré, ministre en charge de l’artisanat a, quant à lui, indiqué que s’il faut féliciter les devanciers d’avoir pu relever le défi de moderniser l’artisanat, force est de reconnaître que le défi des acteurs actuels reste tout entier. « L’introduction de nouvelles technologies, l’établissement de normes de qualité pour les produits destinés à l’exportation et d’autres mesures permettant un contrôle de la qualité sont nécessaires pour une adaptation des produits aux exigences actuelles et de la clientèle », a fait noter Harouna Kaboré. Pour ce faire, il n’a pas maqué d’inviter les artisans au regroupement et à la formalisation afin de faciliter le devoir d’accompagnement de l’Etat et ses partenaires bilatéraux et multilatéraux.

Adama SIGUE


Partager
  • 21
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    21
    Partages
No Comments

Leave A Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR