Afriyelba
A la Une Société

40 ANS DE L’ATB : Le lion et l’éléphant étaient sur scène le 16 juin 2018


 

Débuté le 15 juin dernier les festivités des 40 ans de l’atelier théâtre Burkinabé (ATBA) se poursuivent sereinement. Le 16 juin 2018, le public Ouagalais a pu suivre au sein de l’ATB, un premier spectacle d’art oratoire baptisé le pouvoir de la parole de l’ivoirien Berte Zanga et un monologue du sénégalais Papa Meissa Gueye sur les enfants de la rue. Les deux spectacles se sont déroulés en présence de Prospère Kompaore, directeur général de l’ATB.

De nos jours les hommes assistent impuissants à la perte des valeurs qui caractérisent l’espèce humaine. Le bon ton a laissé place à l’intolérance et à la violence. Une seule alternative est maintenant possible : la paix du cœur. L’un des moyens les plus surs pour y parvenir c’est la parole. Et par le pouvoir de la parole, tout est lumière. Voici résumé en quelques mots, le spectacle que Berte Zanga,  coordinateur de l’initiative des Artistes Africains pour la paix/Cote d’ivoire a offert aux Ouagalais,  dans la soirée du 16 juin.

Représentation très bien appréciée du public

Bien moulé dans son accoutrement inspiré du coq, l’artiste a su utiliser les mots doux de la langue française pour conter avec dextérité les bienfaits de la parole, en compagnie de son jeune frère Berte N’Ganon qui était à la Kora. Le pouvoir de la parole est un mélange de poésie de danse de théâtre de chant, bref c’est de la parole utilisée avec adresse pour demander aux hommes de cultiver la parole partout où ils sont, à en croire le parolier de la bagoue, Berte Zanga.

Les invités de Prospère Compaoré ont suivi avec beaucoup d’intérêt les scènes qui ont été joués

En outre il convient de retenir que le deuxième spectacle de la soirée a été construit autour d’un texte du Burkinabé Aristide Tarnagda, intitulé « et si je les tuais tous, madame ». Il a été joué par le directeur de la compagnie de la rue, Papa Meissa Gueye venu du pays de la teranga. C’est un monologue qui évoque à la fois les conflits entre parents et enfants, l’irresponsabilité de certains parents, la vie dans la rue et ses corollaires. Au terme de sa prestation le sénégalais a été très ovationné par l’ensemble de la salle. Le professeur Prospère Kompaore qui a suivi avec intérêt les deux spectacles n’est pas passé par quatre chemins pour féliciter ces deux artistes qui ont apporté un grain de saveur à la célébration des 40 ans du temple du théâtre au Burkina Faso. Il nous a confié par la suite que, pendant dix jours et ce depuis le 15 juin les Ouagavillois auront droit à une gamme très variée de spectacles de théâtre.

Sougrinoma Ismaël GANSORE


Articles similaires

Quand un homme du showbiz ivoirien attaque Floby, ça donne ça

Afriyelba

Canada: A la découverte de l’artiste burkinabè Bebeto Lonsili.

Afriyelba

LE NOM DE L’ALBUM DE FLOBY, ENFIN DEVOILE

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR