Recent Posts
a
19 June 2018

Emploi des jeunes : La Banque mondiale et l’ABB en parlent

Au grin de l’Association des Blogueurs du Burkina Faso (ABB) sis à Ouagadougou, s’est tenue une rencontre le 28 février dernier. Cette rencontre qui a réuni des jeunes entrepreneurs, des  porteurs de projets, des blogueurs, des responsables d’associations et des journalistes  avait pour thème « Problématique de l’emploi des jeunes au Burkina Faso ». Une problématique autour de laquelle les participants ont discuté à battu rompu avec les responsables de la Banque Mondiale au Burkina Faso.

Que pensez-vous de la question de l’emploi des jeunes au Burkina Faso ? Quels  autres emplois les jeunes peuvent-ils exercer autre que d’être fonctionnaire de l’Etat ? Les jeunes sont –ils prêts à vivre du travail de la terre ? Si Oui, à quelles conditions ? Voici les questions posées par le représentant résident de la Banque Mondiale au Burkina Faso Cheick Kanté aux participants de la rencontre initiée par l’Association des blogueurs du Burkina Faso. Mais bien avant de partager les idées sur les opportunités d’emploi sur les chaînes de valeur agricole point essentiel du débat, il a fait une brève présentation de l’institution qu’il représente au pays des hommes intègre. De la composition du groupe de la Banque mondiale à ses partenaires en passant par sa genèse et son fonctionnement, Cheick Kanté a tout expliqué aux invités de Bassératou Kindo, présidente de l’ABB.

Le représentant résidant de la Banque mondiale expliquant le fonctionnement de son institution aux participants

On retiendra de cette présentation que le portefeuille octroyé au Burkina pour le développement des secteurs porteurs de l’économie et la création d’emploi productifs est de 1,5 milliard de dollars. « Nous allons mettre surtout l’accent sur le secteur rural principalement l’agriculture et l’élevage » précise Cheick Kanté. Concernant le domaine agricole, les participants ont relevé 3 principales contraintes qui empêchent les jeunes de s’y investir. La première est l’accès même à la terre. Il est très difficile de nos jours d’avoir un lopin de terre au Burkina Faso surtout pour les femmes qui, selon le représentant de la Banque Mondiale constituent 80% du secteur agricole.  La 2e contrainte relevée est celle de la formation. Les participants ont évoqué un manque d’écoles de formation dans le domaine agricole, si fait que le nombre d’encadreurs est faible. La dernière contrainte est celle de l’accès difficile  de financement. A ces contraintes s’ajoutent celle du manque de marchés aussi bien nationaux qu’ internationaux pour l’écoulement des produits issus du secteur rural.

Bassératou Kindo, présidente de l’ABB a souhaité que les échanges se poursuivent dans les prochains jours avec la Banque Mondiale

Comme solutions, les participants ont proposé à ce que l’état règle le problème de l’accès au foncier. « Il faut que l’Etat fasse en sorte que chaque burkinabè aussi bien femme qu’homme puisse avoir un accès facile à la terre. Il faudrait qu’il créé des conditions propices au travail de la terre. Il doit faire en sorte que ceux qui ont des lopins et qui se sont investis ne soient pas préoccupés d’une expropriation par un individu ou un groupe d’individus » a indiqué le représentant résident de la Banque Mondiale. En outre, il appartiendra à l’Etat de construire des infrastructures au milieu rural, aménagé des espaces irrigués, faciliter l’accès au crédits, réorienter la formation des jeunes, trouvé des marchés pour un écoulement rapide des produits. Dans cette tâche, il se fera accompagner par la Banque Mondiale. « Dans le domaine du rural, il y a plein de niches d’opportunités d’emplois pour les jeunes. Il appartient non seulement à l’Etat de jouer son rôle mais aussi aux jeunes d’avoir le courage et la volonté de s’investir dans ce secteur qui est très porteur » a dit Cheick Kanté pour terminer. C’est sur une note de satisfaction que les participants se sont quittés tout en se donnant rendez-vous une prochaine fois pour poursuivre les discussions.

Yannick SANKARA

 
Share With:
Rate This Article
No Comments

Leave A Comment