Recent Posts
a
18 September 2019

ENTREPRENARIAT CULTUREL : Des acteurs formés à la création d’entreprises formelles

Partager
  • 23
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    23
    Partages

Du 13 au 14 aout dernier a eu lieu dans l’enceinte de la maison du peuple, une formation sur la mise en place d’un dispositif d’accompagnement à la création d’entreprises culturelles formelles. Initiée par Kongnagnandé Clovis Fidèle Ouédraogo, patron de l’entreprise Musik Univers spécialisée dans les biens et services culturels, cette formation a permis aux participants de comprendre le milieu de l’entreprise privé culturel.

Après Bobo Dioulasso et Koudougou, c’était le tour des acteurs culturels de la ville de Ouagadougou de recevoir une formation sur la formalisation de l’entreprise culturelle. Le processus de cette formation qui s’étale sur une durée de trois mois est un dispositif qui permet d’accompagner des entrepreneurs culturels, associatifs et non formels dans l’objectif de les formaliser en « entreprises formelles » tel que définie par la loi burkinabè. Cette initiative vise également à faire comprendre aux acteurs culturels que les guichets de financement initialement réservés pour le monde associatif est entrain de tarir, selon les propos du communicateur, Clovis Fidèle Ouédraogo. Pour cela, ces derniers  sont obligés de se réadapter et de se prémunir des conditions pour exister dans le domaine de la culture.  Par conséquent ces acteurs doivent  être formalisés en des entreprises normales.

Clovis le communicateur expliquant aux participants comment créer une entreprise formelle

Pendant les deux jours donc il y a eu des rapports et des partages d’expérience avec des succès stories. Il y a eu surtout  la précision des idées de projet. Puisque le communicateur a développé trois sous modules avec les participants, à savoir l’idée de projet, comment formaliser son entreprise et comment mieux gérer son entreprise. Pour le premier sous module le communicateur a fait ressorti tous les risques, les avantages, les contraintes, l’évolution du secteur, la connaissance du public cible, la clientèle visée, la connaissance du segment de marché, la connaissance de son produit et de son service vendu. Dans ce cas, le responsable de Musik précise. « Je suis artiste musicien, qu’est-ce que je vends ? Comment je dois  vendre ? Comment je dois  développer ce que je vends ? », S’est-il interrogé à la place des participants. Après la maitrise de ce processus il a tenu à expliquer sur comment formaliser une entreprise avant de faire le cas  des différentes pièces administratives que requièrent les guichets classiques notamment le BBDA, le Fond de développement culturel et touristique et les autres banques classiques et  marchés publics de l’Etat qui constituent des guichets et de sources d’approvisionnement et de richesse pour le monde de la culture.

Pour ce faire, le communicateur du jour a  prodigué des conseils à l’endroit des acteurs de la culture. Pour lui, la providence de l’Etat est finie. Par conséquent, les créateurs doivent  travailler pour que l’Etat devienne un instrument qui puisse mettre en place des politiques culturelles pour qu’ensemble, tous les acteurs privés puissent vivre dignement de leurs métiers « L’Etat ne saura nous créer les conditions d’une vie saine et digne », a-t-il regretté. Et pour que les acteurs y arrivent il ne faut pas qu’ils soient juste limitatifs. Il faut qu’ils apprennent à diversifier leurs produits et commencer à recourir à la banque pour se passer des structures de financement classique comme les subventions et les autres formes de dons. « Ce sont ces structures de financement-là qui travaillent, à mon avis à rendre la culture misérable et les acteurs plus pauvres», a-t-il dit. Donc aujourd’hui l’acteur culturel, selon lui, son entendement, doit consentir l’esprit d’entreprise. L’esprit d’entreprise qui paie des charges, qui génère des revenus et qui contribue à l’effort et à la construction nationale. Et tout cela ne peut se faire sans un minimum de rigueur, de papiers administratifs et de formalisation de l’entreprise afin de  pouvoir accéder aux services financiers classiques et pouvoir développer son business.

Abatidan Casimir Nassara


Partager
  • 23
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    23
    Partages
No Comments

Leave A Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR