Afriyelba
A la Une Société

EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES : Le « café RéBuSE » passe à la loupe le PRESIMETRE


Le café d’évaluation des politiques publiques est une initiative du Réseau burkinabè de suivi et d’évaluation (RéBuSE). Un cadre de rencontre de plusieurs acteurs de la société civile où les questions de suivis et évaluation des politiques publiques sont abordées. Pour son 3e café intervenue, le 23 mars 2019, à Ouagadougou, le RéBuSE s’est appesanti sur le PRESIMETRE.

« Montrer l’utilité des TIC dans le monitoring des politiques publiques » ; c’est l’objectif principal du Café d’évaluation du RéBuSE qui a eu lieu, le 23 mars dernier. De façon spécifique, il s’est agi de présenter l’un des outils les plus connus en matière d’évaluation des politiques publiques au Burkina : le PRESIMETRE.

Cette présentation, en plus de faire ressortir l’importance de cet outil dans le suivi des politiques publiques permettra également aux acteurs présents d’analyser ses atouts, ses contraintes ainsi que les défis relatifs à sa mise en place et à son opérationnalisation. « Avec la présentation qui sera faite, nous allons découvrir quels sont les enjeux et les capacités de cet outil afin d’amener le citoyen à mieux appréhender la mise en œuvre du programme du président », a fait savoir, en effet, le président du réBuSE, Michel Ouédraogo. L’outil a été présenté par Désiré Yerbanga, chargé de programme à DIAKONIA.

Plusieurs acteurs de la société civile ont pris part à cette rencontre sur le PRESIMETRE

Pour lui, l’objectif du PRESIMETRE est d’évaluer le président du Faso, sur la base de son programme. En plus de cette évaluation qui se fait avec l’ensemble des acteurs de la société civile, d’autres évaluations interviennent également, toujours pour donner le niveau d’exécution des politiques publiques conformément aux engagements pris. Ce sont, les sondages, les notes attribuées au président et le dialogue citoyen organisé tous les mois avec les ministres. « Chaque fois qu’un ministre est invité à ce dialogue, les citoyens ont la latitude de lui poser toutes les questions en lien avec les politiques mises en œuvre. Après, nous sentons que les lignes bougent avec les critiques et les suggestions faites par les citoyens », a fait noter Désiré Yerbanga.

Mais, a-t-il reconnu, ces outils ont encore des limites. Entre autres, l’accès à internet qui n’est pas effectif pour tous. « L’accès à internet, pour aller sur la plateforme est une limite mais nous sommes en train de corriger cette insuffisance en faisant de sorte que même avec le téléphone portable l’on puisse participer à l’évaluation », a-t-il indiqué. Et, à l’entendre, le café d’évaluation du RéBuSE est le lieu idéal pour en parler et proposer d’autres pistes de solutions. « Nous sommes dans une démarche scientifique et en travaillant avec les experts de l’évaluation on peut améliorer ce que nous sommes en train de faire », a conclu, Désiré Yerbanga.

A.S


Articles similaires

Guinness indépendance days: David le Combattant va vous tromper

Afriyelba

MASA 2018: la compagnie Ngamb’Art vous invite à ne pas prendre la méditerranée

Afriyelba

La tragédie du Roi Christophe: A voir à partir du 11 juillet au CITO

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR