Afriyelba
A la Une Société

FESTIMA 2018: A la découverte des masques béninois


Ils sont surement nombreux les followers d’Afriyelba qui aimeraient découvrir tout le mystère qui se cache derrière la redoutable tradition Béninoise des masques. Eh bien rassurez-vous, nous tenterons de satisfaire votre curiosité à travers cet écrit. Présent dans la ville de Dédougou depuis le vendredi 23 février dernier dans le cadre du 14e FESTIMA, le reporter de votre site d’information a rencontré le 1 mars 2018 dans un restaurant de la place, la délégation Béninoise pour un entretien à bâton rompu. Asseyez-vous confortablement donc pour lire ce qui suit.

«  Nos masques peuvent parcourir tous seuls la distance comprise entre Dédougou et le Bénin. ». Voilà l’entrée bouleversante que Hermass Gbaguidi, un vétéran des masques Béninois, nous a servie au début de nos échanges. Pour mieux comprendre les explications qui suivront il faut noter que le Bénin est venu au festival international des masques de Dédougou avec deux sociétés de masques que sont la société de masque de Guèlèdè, et celle de Zangbéto. Selon les explications de Hermass Gbaguidi le Zangbèto est un masque justicier, c’est le gardien des nuits. Un masque terrible qui a permis à un prince béninois du nom de Agbani de se sauver des griffes mortelles de ces frères à cause des querelles de succession à leur père.

Hermass Gbaguidi, ce que nous faisons ce n’est pas de la sorcellerie

A l’origine le Zangbéto sortait uniquement la nuit, mais à un certain moment de son existence les femmes ont insisté pour que le roi de l’époque puisse les laisser voir ce masque « policier » qui les protège la nuit. Et c’est à partir de ce moment qu’il sort le matin ainsi que la nuit, selon Gbaguidi. Dans la constitution du Zangbéto on retrouve, des feuilles de bananiers, des fibres, de la paille, et des écorces. C’est un masque qui renferme des éléments indispensables de la vie  à savoir l’eau, le feu, la terre etc.

Le masque Guèlèdè quand à lui porte le nom du village dans lequel il est apparu. C’est un masque qui célèbre la femme, a en croire notre doyen béninois. Guèlèdè est un  masque à tissu ou masque blanc qui renferme dans sa sculpture trois éléments. Le masque taillé, les costumes, et les grelots. La plupart des masques Guèlède ont un visage féminin même si de nos jours la fantaisie a fait qu’on retrouve souvent des visages masculins, a laissé entendre Gbaguidi. Au Benin il sort le jour comme la nuit pour divertir la population. Mais ici au fESTIMA, pour des raisons d’organisation qui veut que les masques en tissu sortent seulement la nuit, le Guèlèdè ne preste que la nuit. C’est un masque qui assure aussi de bonnes récoltes et permet la procréation.

Une vue des masques Zangbéto

En outre il importe de retenir que le Zangbéto est le seul masque qui dispose toujours du principe de dédoublement. « C’est-à-dire qu’on peut l’enterrer à un endroit X et il va se ressusciter dans un autre endroit », a martelé Gbaguidi. Il ajoute aussi que cette pratique ne relève ni du domaine mystique ni de la sorcellerie. « C’est une combinaison logique d’éléments, un peu comme en physique chimie ou CH+O2= CHO2 », a-t-il dit. Bonou Clément Fiedégnon a enfoncé le clou en nous jetant en plein visage cette phrase « La ou toi tu es, je peux te tuer et tu vas de réveiller de l’autre côté ».

Sougrinoma Ismaël GANSORE

1 Hermass Gbaguidi, ce que nous faisons ce n’est pas de la sorcellerie

2 Bonou Clément Fiedégnon chef de la délégation béninoise.

3 Une vue des masques Zangbéto


Articles similaires

Le sergent Oyou à la recherche d’un repère?

Afriyelba

Le cheveu naturel fait sa révolution et renaît en Afrique

Afriyelba

Orphelinat de Loumbila: Boureima Maiga en mode père noël à la clôture de l’école

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR