Afriyelba
A la Une

Festival Garba au Faso 2018: un concours de « paumage » sera organisé dixit le promoteur


La troisième édition du festival garba au Faso se déroulera du 27 au 4 mars 2018  dans la capitale burkinabé sous le Co-parrainage de l’international Burkinabé Patrick Malo et de Mme Nébie directrice du restaurant Senat. En prélude à cet évènement Afriyelba a rencontré le commissaire général du festival, Olivier Bamouni le 13 février 2018 au stade municipale Issoufou Joseph Conombo. L’objectif était de permettre à ses lecteurs de découvrir d’avantage ce festival. Dans cette interview il nous livre le programme d’activités et les innovations de l’édition 2018. Lisez plutôt

Afriyelba : A deux semaines de la troisième édition du festival garba au Faso, Comment vont les préparatifs ?

Olivier Bamouni : Il faut dire que les derniers préparatifs vont bon train par la grâce de Dieu. Actuellement nous sommes dans la dernière phase de communication autour de l’évènement qui concerne les affichages sur les panneaux 12 mètre carré, les petites affiches, les écrans lumineux. Nous sommes aussi en plein travail sur le web, les réseaux sociaux pour faire connaitre encore le festival.

 Quelles sont les activités qui sont prévues à votre festival

Pour cette troisième édition il y aura des prestations musicales en live et en Play-back, des concours de « paumage d’attieké ». Les artistes qui participent sont entre autre, Dicko Fils, Malika la slameuse, les amis de la police, Osborn Bado, Agozo, Nourat,  Ca Cora, Princesse Hulda, Mty la merveille et bien d’autres. Ces artistes ont été choisis sur la base de leur capacité à drainer du monde avec leurs mélodies. Nous prévoyons aussi des jeux concours podium, des concours de danse de la part de nos partenaires et sponsors. En outre il faut noter que notre partenaire, Afrique évènementiel se chargera de tout ce qui est matériel pour les prestations artistiques (podium, sonorisation, lumière, orchestre etc.). Le festival se tiendra comme d’habitude sur le site du salon international de l’artisanat de Ouagadougou ( SIAO), du 27 février au 04 mars 2018.

 Quelles innovations avez vous apporté à la présente édition?

Parlant d’innovations nous avons décidé en premier lieu d’implanter le décor du site avec des enceints lumineux. Ensuite nous comptons faire une décoration naturelle avec des plants pour montrer l’aspect naturel du site. Nos partenaires comme Maggi, la Brakina Sodibo, Olara, et Calvé apporteront aussi leur contribution pour la décoration du SIAO. En outre, il y ales prestations en live des artistes dont j’ai parlé plus haut.

 Comment fait-on pour obtenir un stand au festival garba au Faso

En ce qui concerne les stands il faut noter qu’à l’heure actuelle nous avons bouclé avec le lot des maquis. Mais concernant le coté restaurants il ne reste que 5 ou 10 stands. Nous allons arrêter les demandes à une semaine de l’évènement pour pouvoir organiser l’occupation du site. Jusqu’à présent les restaurateurs peuvent nous approcher pour demander les stands restants. Le stand pour la restauration coute 150 000 FCFA, et pour le maquis il fallait débourser la somme de 400 000 FCFA. Actuellement nous totalisons 10 maquis, et 30 restaurants qui sont déjà prêts à participer au festival, sans oublier les 5 à 10 stands restants pour les restaurateurs.

 Que répondez-vous à ceux qui disent que le plats de garba coute très cher à votre festival.

Bon ! Ce que je peux dire, c’est de reconnaitre un peu les efforts faits pour organiser cet évènement. Comme on le sait, le festival garba au Faso c’est dans un autre cadre, ce n’est pas comme dans les restaurants habituels de garba. Là on réunit tout un ensemble de moyens pour la réussite de l’évènement. Autour du festival on retrouve cette ambiance musicale, on rencontre de nouveaux et anciens amis, on se fait des relations pour les affaires. Le prix du garba est à la portée du citoyen lambda. L’entrée au festival coute 500 FCFA, pour le prix du plat de garba il faudra débourser au minimum 2500 FCFA.

 Quel message avez-vous à l’endroit du public Ouagalais concernant votre festival

Le seul message que j’ai  à l’endroit de ce public qui nous soutient depuis deux ans, c’est de continuer à créer cet engouement autour du festival garba au Faso. Nous avons initié ce concept, mais c’est à eux de le valoriser, de montrer qu’ils sont de cœur avec nous. Nous leur demandons de faire passer le message autour d’eux. Je remercie au passage le ministère du commerce et de l’artisanat qui nous soutient depuis la première édition. Je remercie aussi notre marraine, Mme Nébie directrice du restaurant Senat, et notre Co-parrain Patrick Malo. Merci à Afriyelba qui porte notre message  partout au Burkina Faso et en dehors de nos frontières.

Propos recueillis par Sougrinoma Ismaël GANSORE


Articles similaires

Jonathan Pitroipa pourrait s’engager avec le Paris FC (L2).

Afriyelba

QUI A FAIT TUER THOMAS SANKARA? Ce que disent les archives

Afriyelba

CHU BLAISE COMPAORE: La Fondation Aristide Bancé vole au secours des malades

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR