20 September 2020

FILO 2019 : le Pr Laurent Bado explique « la responsabilité sociale d’un écrivain » au public

Partager
  • 23
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    23
    Partages

La 15ème Foire internationale du livre de Ouagadougou (FILO) a ouvert ses portes le 21 novembre à Ouagadougou. Et comme annoncé au programme, c’est le Professeur Laurent Bado, qui a donné, ce 22 novembre, dans le pavillon Soleil Levant du SIAO, la conférence inaugurale sur le thème « la responsabilité sociale de l’écrivain ». À ses côtés, il était assisté de Karim Sango, ministre de la Culture des arts et du tourisme et de Docteur Dramane Konaté, sémiologue, écrivain et spécialiste cultures et civilisation.

C’est devant un parterre d’élèves, d’étudiants et hommes de lettres et de culture que le Pr Laurent Bado, écrivain et député à l’assemblée nationale, a donné sa conférence à l’occasion de la 15ème Foire internationale du livre de Ouagadougou (FILO). Cette conférence intervient alors que la question de la sécurité est au croisé des chemins. Dans son exposé, le professeur est revenu sur les fondamentaux de l’écriture à savoir l’éveil des consciences, le devoir de s’exprimer sur les questions de la société et les maux sociaux et aussi et surtout le devoir d’écrire pour interpeller.

Ils étaient nombreux ses élèves et personnalité du monde littéraire à venir assister à la conférence

Selon le Dr Konaté qui était le rapporteur du conférencier si les économistes, les juristes et les hommes politiques  écrivent c’est  pour édifier la nation sur les points de l’histoire de « notre pays ». Donc la responsabilité sociale de l’écrivain se résume, selon lui, à trois principes: la liberté d’expression, l’éveil des consciences et la littérarité sont les trois socles sur lesquels repose cette responsabilité. La manière d’écrire de Dr Konaté a inspiré un nouveau bachelier qui a fait le déplacement depuis Koupéla pour le rencontrer. Mohamed veut que le Dr lui « donne le secret pour devenir  un bon écrivain ». « Pour devenir un bon écrivain il faut d’abord aimer la lecture. Lire notamment les œuvres des grands hommes, de grands auteurs, des classiques et ensuite il faut s’imprégner de sa culture locale que moi j’appelle la culture endogène. Hors mis cela, il faut maitriser la langue dans laquelle vous projeter écrire», lui a expliqué le sémiologue écrivain.

Le Dr Dramane Konaté a expliqué  à Mohammed  que pour être un bon écrivain, il doit aimer la lecture

Lors de cette conférence, le professeur  de droit est aussi revenu sur le système électoral du Burkina Faso qu’il juge inapproprié. Parallèlement,  il  a abordé le modèle de développement qu’il faut pour le pays des Hommes intègres. Pour lui cela fait maintenant plus de 40 ans qu’il donne des conférences et publie des petits ouvrages « pour ouvrir les yeux des gens ». Mais sa déception est grande quand il constate que les gens n’aiment pas lire ces ouvrages-là. Pour lui on peut se développer rapidement, mais il faut passer par « ses propre racines ». En outre il a fait un zoom sur la question des sites miniers du pays. Là, il a laissé comprendre que le Burkina Faso ne « gagne rien dans les mines ». « Si je suis président je ferme toutes les mines », a-t-il déclaré. Cette conférence a pris fin pour faire place à d’autres panels qui devraient se poursuivre dans la même lancée.

Abatidan Casimir Nassara


Partager
  • 23
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    23
    Partages
No Comments

Leave A Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR