Afriyelba
Musique

KUNDE: Voici comment l’évènement est né


A un peu plus d’un mois de la tenue de l »édition 2016 des Kundé, nous avons jugé nécessaire de faire l’historique de cet évènement culturel qui a démarré de façon timide pour devenir aujourd’hui un rendez-vous incontournable des artistes du Burkina et de l’Afrique. Lisez.

L’idée des Kundé est née en 1996 sous l’appellation « Balafon d’Or ». A cette époque, Jah Press, le promoteur de l’événement, a pour partenaire Sol Touré, ancien animateur à la radio Pulsar et DJ à la boite de nuit le New Jack à Ouagadougou.
Le défi est immense : réussir une cérémonie de récompense annuelle riche en sons, lumières, stars, strass et paillettes dans un pays réputé pour la modicité du sponsoring des initiatives culturelles.

En 1999, Jah Press a rendez-vous avec le Ministre de la culture de l’époque, Monsieur Mahamoudou Ouédraogo, en vue de lui présenter son projet qui s’appelait encore « Balafons d’or ».
L’entretien entre les deux hommes de culture se passe bien et le Ministre est tout de suite emballé par le projet. Tout semble lui plaire, sauf qu’en homme de culture avisé, le Ministre lui fait la remarque selon laquelle le balafon est un instrument typique de la région du Sud-ouest burkinabè, et qu’il faille trouver le nom d’un instrument fédérateur des différentes composantes ethniques du Burkina Faso.
A sa sortie d’audience, Jah Press se rend au musée de la musique, situé non loin du Ministère de la culture.

KundéAu musée de la musique, il se renseigne sur les différents instruments de musique exposé. Un instrument retient son attention ; il s’agit d’une guitare à trois cordes qu’on retrouve aussi bien au Sud-ouest du Burkina Faso, qu’en pays mossi, dioula, bissa et peulh. Un instrument de musique qui, comme l’a souhaité le Ministre Mahamoudou Ouédraogo, est fédérateur des différentes composantes ethniques du pays.
Il décide donc d’adopter l’appellation Kundé du nom mooré de l’instrument.
Il faut noter que si l’idée est née en 1996, il a fallu attendre 2001, faute de productions musicales suffisantes, pour voir la première édition des Kundé. Au lancement de l’événement en 2001, Sol Touré étant parti aux Etats Unis, Jah Press s’allie d’une armée de compétences du show biz burkinabè (Papus Ismaël Zongo, Boureima Djiga, Maguy Lesli Oka, Somda Gervais dit Mister P, Aziz Bamogo et feu Gaston Palé) pour la mise en œuvre du projet.

Quinze ans plus tard, une prouesse et un grand mérite pour une cérémonie de récompense non étatique sur le continent africain, cette obstination a réussi à faire des Kundé, le baromètre de la musique au Burkina Faso, un étalon de mesure de la qualité des œuvres discographiques et des artistes, et un objectif de promotion pour les producteurs de musique de notre pays.

En quinze ans, les Kundé ont réussi à apporter aux musiciens la reconnaissance d’un travail qui n’est pas toujours perçu du grand public et des décideurs.
Dès la publication de la liste des nominés, l’intérêt est suscité et les artistes musiciens et chanteurs retiennent l’attention de tous.

Il faut ajouter à cela, l’ouverture de l’évènement aux artistes étrangers et à l’international qui crée un brassage culturel, brise les complexes et favorise les relations entre les professionnels du show biz, entre les promoteurs étrangers et les artistes nationaux. Ce qui est fructueux pour la musique et les artistes burkinabé.

Cette année, faut -il le rappeler, l’évènement se tiendra comme chaque année le dernier vendredi du mois d’avril à savoir le 29 avril prochain. Les nominés ont été dévoilés et le commissariat général est à pied d »œuvre pour offrir des moments de rêve au public burkinabè

Rassemblé par Yannick SANKARA


Articles similaires

Bebi Philip se lance dans la production !

Afriyelba

Mais qu’est ce qui a bien pu arriver à Biba Ouassin?

Afriyelba

Kassav : le retour du groupe légendaire au cameroun en décembre pour des concerts caritatifs

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR