Afriyelba
A la Une Cinéma

Le sponsoring a la peau dure au Burkina Faso


 Au Burkina Faso, arriver à avoir un soutien financier ou de quelques nature que ce soit,  des entreprises, des institutions, des téléphonies mobile etc…. pour son évènement est un casse tête chinois. Le dernier évènement en date qui nous a fait sortir de notre gong est la célébration des 25 ans d’anniversaire du groupe Génération 2000. « Je suis très déçu. Nous avons frappé à toutes les portes  mais nous n’avons eu aucun soutien, aucun même de notre ministère de tutelle. Nous sommes obligés de faire avec nos propres moyens » nous a confié le 14 mai dernier le leader du groupe Babenda,  très déçu.
Comment donc comprendre qu’un tel groupe humoristique, le premier au Burkina, qui a fait rire le public pendant plus de 20 ans n’ai eu aucun sponsor pour la célébration de son jubilé d’argent? Ils étaient laissés à eux mêmes. Babenda Chic Choc, Michou et Gonrette, croyant dur comme fer à la réussite de leur projet étaient donc obligés de puiser dans leur poche pour pouvoir réussir le pari. Ils étaient au four et au moulin.
« C’est nous qui avons tout organisé » a lâché Michou que nous avons trouvé devant la Maison du peuple le jour de la célébration en train de vendre les tickets. Dans la soirée, ils étaient encore là à superviser l’organisation jusqu’à ce que le maître de cérémonie leur dise d’aller se préparer pour leur spectacle. « Ouf c’est dur mais on va y arriver » s’est consolé Babenda Chic Choc. Sous d’autres cieux, ce genre de spectacle est entièrement confié à des structures qui s’occupent de tout,  même de la recherche de l’argent après avoir signé un contrat avec les artistes concernés. Ces derniers ne se préoccupent que du succès du spectacle qu’ils donneront aux fans qui feront le déplacement.
« Nous avons proposé le spectacle à plusieurs structures de promotion culturelles mais aucune n’a marqué son accord pour nous accompagner » disait le leader du groupe. Si nous prenons l’exemple de la Côte d’Ivoire où la toute première édition de festival de reggae Abi-reggae a bouclé son budget de 1 milliard de F CFA, où le FEMUA boucle chaque année son budget de plus de 300 millions, comparé au Burkina où les Kundé peine à boucler ses 100 millions de budget en 15 ans d’existence, où plusieurs organisateurs de spectacle n’arrivent pas à l’image du groupe génération 2000 à avoir un copec pour leur évènement, ceci nous emmène à nous poser la question suivante: Pourquoi au Burkina Faso les sponsors, annonciateurs et partenaire au développement sont réticents lorsqu’on leur parle de sponsoring? Chers lecteurs de Afriyelba, le débat est ouvert.

Articles similaires

Demi-finale CAN 2017: Les Etalons tombent les armes dans les mains

Afriyelba

BURKINA FASO: Après Ouaga, bobo accueille le mois du BBDA. RDV du 20 juin au 8 juillet

Afriyelba

Thé-rat-peut-tique acte 3: Le général Koenou vous embarque dans ses spectacles.

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR