3 July 2020

LUTTE CONTRE L’EXCISION : Ouagadougou abritera une conférence internationale du 22 au 25 octobre

Partager
  • 17
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    17
    Partages

Aujourd’hui 19 octobre 2018 le ministère de la femme de la solidarité nationale et de la famille et quelque uns de ses partenaires techniques et financiers étaient devant la presse à Royal Beach Hôtel. Il s’agissait pour le ministère de donner les grandes lignes de la conférence internationale de haut niveau sur les mutilations génitales féminines que le pays des hommes intègres accueillera la semaine prochaine.

Du 22 au 25 octobre 2018 des décideurs politiques, des représentants d’organisations non gouvernementales et d’associations, des experts œuvrant dans le domaine des MGF se pencheront sur le thème « Galvaniser les actions politiques pour accélérer l’élimination des mutilations génitales féminines en Afrique d’ici à 2030 ». Ces rencontres d’échanges seront possible grâce à la conférence internationale de haut niveau sur les MGF que Ouagadougou abritera. Taro Viviane chef de département chargé des questions juridiques et des relations avec les acteurs a affirmé que la conférence se déroulera en deux phases. La première sera consacrée à un dialogue politique les 22 et 23 octobre et réunira 300 participants dont des épouses de chefs d’état, des membres de gouvernements chargés de la problématique des MGF, des représentants d’ONG et d’associations internationales partenaires du programme conjoint UNFPA et UNICEF et de l’Union Africaine. Viviane Taro a précisé par la suite que les participants viendront de pays d’Afrique, d’Europe, d’Amérique de l’Indonésie et du Yémen.

La seconde phase fait-elle savoir sera celle du dialogue technique prévue pour les 24 et 25 octobre. Elle sera ouverte aux échanges entre experts. Concrètement il s’agira de partager les bonnes pratiques et de redéfinir de nouvelles stratégies et perspectives pour l’atteinte des objectifs escomptés d’ici à 2030. La conférence de presse a été aussi une occasion pour la chef de département chargée des questions juridiques et des relations avec les acteurs de revenir sur l’état des lieux de la lutte contre l’excision au Burkina. Elle a confié que le taux de prévalence de l’excision pour la tranche d’âge de 0 – 14 ans est passé de 13,3% en 2010 selon EDS1 à 11,3% en 2015 selon l’EMC2. Quant à la tranche d’âge de 14-49 ans, les mêmes sources indiquent que la prévalence a baissé de 8 points de pourcentage passant de 75,8% à 67,6%.

Dr Margaret Agama-Anyetei, ( tenant le micro), chef d’unité nutrition, santé et population à la commission de l’union Africaine a félicité le Burkina Faso pour son leadership dans la lutte contre les MGF

Nafisatou Diop coordonnatrice du programme conjoint UNFPA-UNICEF pour l’abandon des MGF a indiqué que dans la lutte contre l’excision il ne faut pas toujours brandir les aspects négatifs de la pratique, il faudra parler aussi de ce qu’il ya de positif à l’abandonner. Elle dit vouloir travailler avec ses paires pour trouver les bonnes stratégies de communication pour arriver à toucher la sensibilité des uns et des autres qui continuent à infliger la peine de l’excision à leurs filles. Dr Margaret Agama-Anyetei, chef d’unité nutrition, santé et population à la commission de l’union Africaine a déclaré que le Burkina Faso est un exemple en matière de lutte contre l’excision. Pour cette raison elle a laissé entendre que le pays des hommes intègres doit jouer pleinement son rôle de leader dans la lutte contre les MGF afin que l’Afrique puisse atteindre la tolérance zéro d’ici à 2030. Rendez-vous est pris du 22 au 25 octobre prochain.

Le visuel de la conférence internationale

Sougrinoma Ismaël GANSORE


Partager
  • 17
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    17
    Partages
No Comments

Leave A Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR