Afriyelba
A la Une Société

Mariam Doumbia, promotrice de la foire du 11-décembre : « Je ne suis pas de celles-là qui lèchent les bottes pour obtenir des marchés»


La foire du 11-écembre 2018, à Manga a fait couler beaucoup d’encre et de salive au sein de l’opinion. D’abord, c’est le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, qui, lors du lancement, a été le premier à s’offusquer du sort que des autorités lui avaient réservé. Ensuite, est née une polémique incriminant la promotrice, Mariam Doumbia, d’avoir bénéficié des faveurs pour obtenir le marché. Le 11 décembre dernier, nous l’avons rencontré, sur le site de la foire, à Manga. Sans langue de bois, elle est revenue sur ces évènements. Aussi, à l’entendre, la foire, ne s’est pas tenue dans les règles conformément au contrat qui lie son agence au comité d’organisation. Lisez !

 

 

Quel bilan faites-vous de l’organisation de la foire du 11-décembre à Manga ?

Un bilan très satisfaisant en ce sens que la foire s’est bien déroulée et c’est cela l’essentiel. Notre agence a travaillé afin d’obtenir plus de partenaires. De 10 partenaires dans les éditions passées nous sommes passés cette fois-ci à plus de 30 partenaires. Il en est de même pour les exposants. Nous en avons compté plus de 350. A cela il faut ajouter les restaurateurs et les tenanciers de maquis… C’est dire qu’à la fin, nous pouvons affirmer sans nous tromper que la foire du 11-décembre à Manga a connu la participation de plus de quatre cent exposants. Pour finir, n’oublions pas les « non-lotis » qui étaient nombreux et que nous avons jugé bon de les laisser s’installer. Parce que, s’ils devaient le faire aux abords cela pourrait constituer une source d’insécurité. Mais même avec cela, il y en a d’autres qui se sont installés quand même. Sinon, dans l’ensemble et comme je l’ai dit, je suis très satisfaite.

 

En dehors du cas des « non-lotis » que vous venez d’évoquer, avez-vous rencontré d’autres difficultés ?

J’ai toujours qualifié les difficultés comme de très belles expériences et c’est ce qui fait ma force. C’est ce qui m’emmène à chercher à toujours faire mieux les prochaines fois. Ce qui aurait pu constituer une véritable difficulté, pour moi, c’est si la foire ne s’était pas tenue et aussi si les exposants et tous ceux qui ont fait le déplacement n’étaient pas retournés dans leur famille respective sains et saufs. C’est cela que j’allais vraiment considérer comme une difficulté.

Nous avons constaté qu’il n’y avait pas assez d’agents de sécurité sur l’aire de la foire. Est-ce normal ?

A cette question je vous prie de rentrer en contact avec le comité d’organisation pour de plus amples informations car sur ce point j’ai pas du tout apprécié cette absence comme vous l’aviez si bien constaté. Seulement 4 policiers, ont constaté certains partenaires.

Au regard du contexte sécuritaire, n’aurait-il pas fallu que les festivaliers soient contrôlés avant d’avoir accès au site.

Bien sûr, c’est logique. Vous savez, je suis sous l’émotion de ce défi que j’ai une fois de plus pu relever c’est-à-dire pouvoir organiser une fois de plus, un évènement national sans qu’il n’y est de plaignants des exposants, d’obstacles etc…donc il y a des questions qu’il faut qu’on attende après la rencontre pour le bilan pour comprendre réellement cette défaillance sur le plan sécuritaire sur l’aire de la foire. Mais nous avons prié pour que tout se passe bien.

Nous avons aussi constaté qu’une partie de la clôture qui venait d’être construite pour contenir l’organisation de la foire était inachevée et même qu’une partie était écroulée juste à l’entrée. Aussi que vous n’aviez pas pu occuper toute l’aire …

J’ai pris l’engagement de servir mon peuple et personne ne peut m’en empêcher par des agissements insignifiants qui n’en valent pas la peine

Là aussi, il faudra poser la question aux autorités responsables de l’entrepreneur qui n’a pas respecté son engagement. Il  a vite débarrassé le plancher afin qu’on débute à temps les installations. Pour la clôture tombée et autres sincèrement je n’ai rien à dire parce que c’est la tenue de la foire qui m’importait, mais c’est une triste réalité que font certains de nos entrepreneurs ?

 Il y’a des exposants qui se sont plaints d’avoir été arnaqués car ils ont souscrit à une foire qui n’existe pas. Et d’autres ne se retrouvaient pas car il existait paraît-il plus de 3 à 4 foires à Manga ? Qu’est-ce qui pourrait expliquer cela ?

Je suis désolée ! je l’ai même constaté comme vous quand j’ai été interpellée par les uns et les autres. C’est un désordre occasionné par les autorités de Manga qui ont permis cela. En effet il y a eu un désordre qui ne dit pas son nom dans ce sens. Une chose est de permettre aux gens de se réjouir pendant le 11 décembre, une autre est de pouvoir recadrer les différentes activités car elles constitueraient une source d’insécurité pour tous. Si des autorisations sont été données à n’importe qui et n’importe comment pour organiser des foires en marge des activités officielles reconnues comme la foire, le village du 11 décembre etc…, il ne peut qu’exister ce désordre constaté, pire les arnaques dont vous avez fait cas. Nous avons été obligés en plus des cinquante (50) stands octroyés gracieusement de permettre à d’autres exposants arnaqués de s’installer car nous sommes là pour l’unité nationale afin que la fête soit belle pour tous. Ils vous ont même montré la preuve des transferts effectués sur des numéros qui ne marchaient plus et d’autres des reçus de versements etc…C’est triste ! Je suis désolée de le dire mais nous n’avons pas connu ce désordre à Gaoua parce que le maire a fait appel à la police municipale qui a discipliné et interdit les installations anarchiques et tout était propre et fluide. Vous avez constaté que les autorités eux-mêmes avaient du mal à circuler du faite des installations aux abords des routes etc…Vu ce désordre nous étions obligés de prendre l’initiative de faire le tour auprès de tous ceux qui étaient installés aux alentours de la foire pour collecter les références de leur CNIB et leurs adresses complètes. Cela au cas où une situation regrettable venait à se présenter qu’on sache quels sont les exposants qui y étaient. C’est pour vous dire combien nous étions préoccupés par conscience professionnelle que tout se déroule bien. Nous rendons énormément grâce à DIEU !

Êtes-vous à votre première expérience avec l’organisation de cette édition de la foire du 11-décembre ?

Non, pas du tout. Je suis à ma deuxième participation. C’est notre agence qui a eu l’organisation de la foire du 11-décembre à Gaoua. C’était la toute première grande foire à Gaoua, avec des innovations majeures. Du jamais vu dans toutes les organisations des foires de l’indépendance et cela nous a valu une décoration à la SNC. Et c’est cela aussi qui a fait qu’on nous a encore confié l’organisation de celle de Manga.

Ce n’est pas l’avis de certains qui affirment que la foire a été arrachée à un autre promoteur pour vous…

(Rires). Excusez-moi mais, je trouve que l’insurrection et les réseaux sociaux donnent du poids aux gens de raconter du n’importe quoi sans aller aux sources et cela entraine souvent de petites révoltes au sein de la société. Avant que les uns et les autres analysent les publications ou quoi que ce soit il faut d’abord chercher à écouter toutes les parties prenantes. Sinon, l’information sera toujours biaisée à quelque part. D’autre part, c’est clair que le premier à s’exprimer va toujours chercher à se donner raison. Ce que je puisse dire pour ne pas trop m’étaler là-dessus, c’est que lorsque je déposais mes offres comme je le fais dans bien des cas d’ailleurs, notre agence a attiré l’attention du Comité d’organisation. Nous avons un bon CV, un bon parcours  et de bonnes expériences de travail dans l’évènementiel. Je pense que c’est ce qui nous a valu l’obtention de l’organisation de la foire du 11-décembre. L’agence a été retenue au bon moment. Je préfère ne pas trop m’étaler là-dessus… d’ailleurs, le président du Comité National l’a si bien dit ce n’est pas un label l’organisation de la foire. Si je devais arracher des marchés c’était avant que je pouvais le faire parce que c’était plus facile avant ; Mais suis pas du genre à accepter la facilité, j’ai pris l’engagement de servir mon peuple et personne ne peut m’en empêcher par des agissements insignifiants qui n’en valent pas la peine.

 

Mais, qu’en est-il de ceux qui affirment que c’est parce que vous-êtes l’épouse d’une autorité, originaire de Manga que l’organisation de la foire vous a été confiée ?

Ce que disent les gens n’engagent qu’eux. Sachez que je ne suis pas de nature à écouter les mensonges des gens. J’ai pas commencé l’organisation de la foire à Manga et cela, comme l’ignorent beaucoup de personnes. Aussi, l’homme avec qui j’ai eu tous  mes trois enfants est effectivement de Manga mais malheureusement il est décédé (Paix à son âme). Depuis, je me bats afin de pouvoir m’occuper de mes enfants, qu’ils puissent aller à l’école et vivent mieux comme les autres enfants. Même avant de commencer l’organisation de la foire je me suis rendue à Manga pour me rassurer si j’allais être la bienvenue ou pas, mais j’ai été très surprise de voir combien la population a été chaleureuse. C’est ce qui m’a encore motivé et comme à Gaoua, d’octroyer 50 stands à toute la Région afin que les moins nantis puissent venir exposer et participer à la fête nationale. Cela dit, je remercie au passage toute la population de Manga et particulièrement les autorités coutumières et religieuses. Puisse le bon DIEU les bénir tous ! Merci à eux car ils ont permis que le Burkina soit un des premiers pays à inventer la plaque solaire naturelle (rires).

Que s’est-il réellement passé afin que le Président de l’Assemblée Nationale s’emporte lors de la cérémonie d’ouverture de la foire ?

Ce qui s’est passé il l’a lui-même dit je pense. Ne mangez pas ce piment dans ma bouche. Mais permettez-moi de sourire parce que je lui donne entièrement raison car c’est le bon DIEU qui a fait que les gens découvrent comment nous les promoteurs nous ne sommes pas considérés. Nous abattons un boulot qui, malheureusement est vu sous un mauvais œil par les uns et les autres, mais qui contribue pourtant au développement de l’économie de notre cher pays le Burkina d’une manière ou d’une autre. Je n’ai vraiment pas grande chose à dire là-dessus si ce n’est qu’ajouter que le PAN n’est pas venu à la foire à cause de la promotrice. Il a bel et bien cherché à savoir si c’est une activité qui entre dans le cadre des festivités du 11-décembre avant de valider son parrainage. Et son choix a été fait par le CNO et pas ma personne ou mon agence. Même si c’était à une autre activité je pense que le bon exemple doit venir des autorités eux-mêmes. Et même s’il y a un problème je pense que le linge sale se lave en famille. Aussi, au regard du thème de cette célébration qui est « Bonne gouvernance et équité sociale pour une nation forte et prospère », les autorités eux-mêmes ne devraient pas se comporter ainsi. Si vous gouvernez, vous devriez avoir un bon comportement qui va amener le peuple à vous respecter. « Mais je suis petite je ne vois pas dedans », comme dit l’humoriste ivoirien Papitou! Pour notre part, on reste positif et on avance, toujours prêt à servir le peuple si DIEU le veut.

Je tiens à m’excuser auprès de tous ceux qui souhaitaient que je réagisse promptement en apportant des éléments de réponse sur les publications postées sur les réseaux sociaux et dans certains médias de la place

Quel est, selon vous, le schéma idéal pour une foire de 11-décembre réussie ?

C’est notre secret à nous ! (sourires) Le tout premier point d’où doit partir ton crayon doit figurer l’honnêteté, l’engagement, la loyauté, la fierté de servir ton peuple, etc….

À ce qu’on dit la police municipale de Manga vous a interpellé que vous avez sali le site sur lequel vous avez tenu la foire et ses alentours. Quel est le rôle de la commission embellissement ?

 

(Rires). Je ne savais même pas que la police municipale existait à Manga quand on luttait seul pour déguerpir les gens qui se sont installés anarchiquement aux abords de la foire. Je vais vous remettre le numéro du policier qui m’a appelé, vous allez rentrer en contact avec lui et lui demander ce que je lui ai dit c’est mieux. On ne peut pas laisser les gens s’installer n’importe comment et salir la rue et dire après de m’appeler pour cela. Le 12 décembre 2018 nous avons fait nettoyer toute l’aire du site par des femmes de Manga. Elles sont toujours à Manga et peuvent témoigner. Mais pendant qu’elles nettoyaient les gens continuaient de s’installer et vite un marché s’est constitué au vu et au su des autorités ; la police municipale était où ? Quand je payais les jeûnes pour nettoyer le site avant qu’on installe les stands, la police municipale était où ? vous savez c’est bon allons seulement ! pour la commission embellissement je n’ai absolument rien à dire parce que je n’étais pas dans cette commission.

Quel est votre mot de fin ?

Avant mon dernier mot, je tiens à m’excuser auprès de tous ceux qui souhaitaient que je réagisse promptement en apportant des éléments de réponse sur les publications postées sur les réseaux sociaux et dans certains médias de la place. Si je ne l’ai pas fait c’est tout simplement par respect pour ma nation car on avait pour soucis de réussir cette célébration, et aussi par respect pour les autorités qui m’ont confiées une mission à accomplir, sans oublier ma famille. J’aime à le dire que la pluie ne dit pas je « pleut ! » mais ce sont les gens qui voient la pluie tombée et qui crient « Il pleut ». C’est juste pour dire pour ceux qui s’autoproclament promoteur de la foire que lorsqu’on a raison on n’a pas besoin d’être irrespectueux ou menteur envers les autorités ou qui que ce soit pour se faire voir. C’est l’occasion de rappeler à certains médias de demeurer professionnels ; ils doivent toujours approcher les deux parties avant de procéder à des écrits, au peuple burkinabè de cesser de croire tout ce qu’on raconte sur les réseaux sociaux.

Les facilités d’obtentions de financement ou autres avantages dont je me retiens de donner les détails en son temps sont les raisons qui poussent des gens à vouloir polémiquer sur cette affaire d’organisation de la foire. Le « Plus rien ne sera comme avant » doit commencer par cet acharnement sur l’organisation de cette foire qui n’est pas un label mais une continuité dans l’administration. Si aujourd’hui, on nous appelle pour organiser des foires à l’extérieur du Burkina, je ne vois pas pourquoi on ne le fera pas avec fierté et joie pour notre très cher beau pays le Burkina Faso.  Aujourd’hui nous devons tous aider le gouvernement quel que soit notre bord politique surtout quand il s’agit d’une cause nationale. Et je suis venue de très loin. J’ai fait mon insurrection à moi il y a de cela plusieurs années et je ne suis pas de celles-là qui lèchent les bottes ou quoi d’autres pour obtenir un marché. Je défie quiconque de m’apporter la preuve que j’ai reçu un franc de qui que ce soit du gouvernement pour organiser cette foire. Même si c’était le cas où est le problème puisque cela contribuerait à subventionner des stands et à aider les exposants qui viennent pour faire connaître nos produits locaux et gagner leur pain. Si des gens en veulent à moi Mariam DOUMBIA qu’ils viennent personnellement me voir car je n’ai peur que de DIEU, et qu’ils foutent la paix aux autorités et à tous ceux qui veulent travailler pour le bien de la nation. Suis écœurée de voir que sur les réseaux une personne ose dire que le dessous de la femme a pris le dessus de l’insurrection ; C’est triste pour quelqu’un qui sait d’où il vient il doit même pas prononcer ce mot par respect pour sa propre mère. Pendant qu’on célèbre la fête du 11 décembre afin d’être fiers de notre indépendance, afin de rendre hommage à nos grands-parents qui ont lutté pour qu’on soit libre aujourd’hui, non ! d’autres ont une autre mentalité égoïste à raconter des calomnies sur les réseaux sociaux au lieu d’y prendre part. Avec ou sans foire je vis et je vivrai ! Je m’engagerai à toujours travailler à la sueur de mon front pour apporter ma pierre au développement de mon Faso dont j’en suis fière. D’ailleurs, ils ont contribué à faire ma publicité car les partenaires et les bonnes personnes se sont engagés à toujours être à nos côtés pour une question de confiance et de professionnalisme.

Permettez-moi maintenant pour mon dernier, de rendre grâce à DIEU. De remercier infiniment sa Majesté le Moogho Naaba Baongo qui nous a rassuré à travers ses bénédictions et prières de la réussite de cette foire et des festivités du 11 décembre avant notre départ pour Manga. Merci à vous de m’avoir permis de m’exprimer. Je remercie tout le comité d’organisation qui a eu confiance et a cru aux compétences de mon agence. Mes remerciements vont également à l’endroit du Président de l’Assemblée et les Co-parrains.  Merci au gouverneur de la région du Centre-Sud. Au nom de l’agence je remercie aussi tous les partenaires qui ont cru en nous et ont été présents, tous les exposants venus du Burkina et d’ailleurs et tous ceux qui nous ont soutenu spirituellement, moralement sans pouvoir faire le déplacement. Je n’oublie pas aussi mes enfants chéris qui cherchent à me voir depuis trois (3) semaines en vain. Que la terre soit légère pour nos devanciers qui ont lutté pour l’indépendance de notre cher pays le Burkina.

Propos recueillis par Zanga Camara


Articles similaires

Salon international du prêt à porter de Ouagadougou: La 3e édition a ouvert ses portes

Afriyelba

4G+ ADVANCED de l’ONATEL: c’est fluide , c’est rapide, c’est stable et c’est moins cher

Afriyelba

Général Kouenou: A seulement 2 mois de carrière, il est retenu pour le parlement du rire

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR