Afriyelba
A la Une Sport

Match RCK #USMA de l’Algérie : La remontada a fait place à une bagarre générale


La Remontada à la burkinabè tant attendue entre le RCK et l’USMA de l’Algérie dans le cadre des éliminatoires de la ligue des champions africaines  n’a pas eu lieu ce soir au Stade du 4 août de Ouagadougou. Battus 2 à O à l’aller, les poulains de Kambou Malo n’ont pas pu remonter les 2 buts au retour. Ils se sont juste contentés d’1 seul but qui équivaut à leur élimination. Au sifflé final, la pelouse du Stade a été transformé en un ring de boxe entre Burkinabè et Algériens. Film d’une remontada avortée qui s’est terminée par une bagarre générale.

RCK du Burkina# USMA  de l’Algérie. Pour qui connait le football sait que ce match sera un match à problème vu les antécédents qu’il y a eu entre ces 2 pays parlant de football. Déjà à l’aller, les Algériens ont créé la tension en refusant les visas aux journalistes burkinabè. Aucun journaliste n’a pu effectuer le déplacement en Algérie pour faire le compte rendu du match. Pour protester contre cette décision discriminatoire, l’Association des journalistes sportives du Burkina a fait une déclaration pour faire comprendre aux autorités du Burkina qu’elle ne voudrait pas aussi voir un journaliste algérien au match retour. « Il faut que l’Etat burkinabè applique la solution de la réciprocité. Nous n’avons pas été la-bas, il ne faudrait pas qu’eux aussi viennent ici. Si nous voyons  un journaliste algérien ici, l’Etat sera tenu pour responsable pour ce qui va lui arriver » protestait Victorien Marie Hien, journaliste de la télévision nationale du Burkina. Ce fut une peine perdue. A l’arrivée des joueurs algériens sur le sol burkinabè, on compte des journalistes. Le plan A qui était celui de demander à l’Etat de ne pas accorder les visas aux journalistes algériens ayant échoué, les journalistes sportifs du Burkina passent au plan B: empêcher les journalistes algériens de faire leur travail. voici le mot d’ordre qui semble avoir été donné.

Abdoul Diallo et Jérôme Tiendrebéogo qui voulaient empêcher les journalistes algériens de travailler a été maitrisé par les forces de l’ordre

Ce 18 mars, il est 15h au Stade du 4 août de Ouagadougou. Le match est pour 15h30. 3 journalistes algériens qui ne connaissent bien attendu pas le mot d’ordre de leurs collègues burkinabè montent et s’asseyent à la tribune réservée à la presse. A 15h 10, les deux équipes sortent des vestiaires pour prendre langue avec le terrain. Les joueurs du RCK sont applaudis tandis que ceux de l’Algérie Hués. Lors de ce petit entrainement, un du staff algérien vient avec un seau rempli d’eau qu’il dépose à côté des buts gardés par leur gardien. « Non ce n’est pas vrai »; « Qu’est ce qu’ils veulent faire avec le seau d’eau? »; « Ce n’est pas ici, nous n’allons pas les laisser faire » vociférait le public. Pendant ce temps un des staff du RCK tourne derrière les poteaux, prend le seau et verse l’eau qui s’y trouvait. Les Algériens accourent et commencent à le  menacer. Des Burkinabè également se précipitent dans les lieux.  s’en suit une petit bagarre vite maitrisée par les forces de l’ordre. Les journalistes algériens qui étaient dans la tribune presse sont chassés. Ces derniers descendent et prennent place sur les bancs de leur équipe. A la présentation des équipes, ils se lèvent pour filmer. Abdoul Diallo, journaliste de la RTB à la retraite  Olo Aimé Césaire de Sidwaya et John William Somda descendent des tribunes et les en empêchent. « Ce n’est pas ici, ils ne vont rien filmer ici » disaient-ils. Une fois de plus les forces de l’ordre interviennent et ramène l’ordre.

Ce sont ces supporters qui ont renversé l’eau du seau. Les forces de l’ordre ont pu empêcher les choses de s’envenimer

C’est dans cet atmosphère tendu que l’arbitre nigérien a débuté le match. Dès les premiers instants, les Algériens commencent leurs grimaces. Ils se laissent tombés au moindre contact avec leurs adversaires, prennent du temps pour remettre le ballon en jeu et provoquent les joueurs Burkinabè. Dans cet esprit d’anti jeu un des leurs prendra un carton rouge à la 30e minute de jeu. Sorti en touche dans le camp du RCK, le ballon est pris par le  dossard 10 algérien. Au moment où il s’apprêtait à exécuter la touche, il laisse tomber le cuir et demande à son défenseur qui se trouve à l’autre bout du terrain de venir exécuter la tache. Outré par ce comportement l’arbitre lui colle un carton jaune. Le joueur proteste et l’arbitre lui tend un autre carton jaune. Il écopera donc d’un carton rouge. Malgré cette supériorité numérique les choses sont restées en l’état à la mi-temps. A la reprise, le Ghanéen Assaoh qui ne donnait pas du côté du RCK est remplacé par Aboubacar Traoré qui avait visiblement la clé du match.  Entre une et deux accélérations, il dépose le ballon dans les pieds du dossard 28 qui sans hésitations loge le cuir dans les filets. Un but à O. Nous jouons la 57e minute.

Ces journalistes algériens ont eu chaud

L’espoir renait dans les rangs burkinabè. Il suffit d’un seul but pour remettre les pendules à l’heure. Ce but, ils l’ont attendu en vain. Aidé par l’arbitre qui n’a pas été du tout tendre avec les poulains de Kambou Malo, les Algériens jouent aussi bien en grimaces qu’en foot et gagne au coup de sifflet final. « Le match est fini? »; « Ce n’est  pas possible », disait les uns et les autres totalement dépassés. Et c’est en ce moment que la boxe va commencer. Kambou Malo très remonté se dirige vers l’arbitre pour lui régler ses comptes. Il est empêcher par certains membres de son staff et les forces de l’ordre. Pendant que toutes les attentions étaient tournées vers le coach du RCK, des supporters descendent des tribunes et se dirigent en courant vers les joueurs Algériens. Un des supporters lorsqu’il est arrivé, donne un coup de poing à un des membres du staff algérien. Le monsieur s’écroule. Les autres supporters qui ont pu rejoindre la pelouse s’occupent des joueurs algériens. Ils seront aidés dans leur envie d’en finir avec les joueurs algériens par les membres du staff du RCK. Les Algériens eux aussi qui n’ont pas voulu se laisser faire, se mettent dans la danse. Et la bagarre se généralise. Difficilement les forces de l’ordre arrivent à calmer les ardeurs et à conduire les Algériens dans les vestiaires. C’était chaud. Retrouvez la vidéo de la bagarre sur la page Afriyelba.

Kambou Malo, le coach du RCK n’était pas du tout content de l’arbitrage

Yannick SANKARA


Articles similaires

APRES LE MATCH MUSICAL, VOICI LE MATCH HUMORISTIQUE DE L’ANNEE

Afriyelba

SNC 2018 Une fin sur une note de satisfaction !

Afriyelba

Hommage à Abdoul Services. Par Floby et Dez Altino

Afriyelba

1 comment

Made Mar 20, 2017 at 9 h 20 min

Bravo aux Burkinabé, pour une fois, je suis fier d’être Burkinabè. Les Algériens doivent comprendre qu’ils ne sont pas les seuls à avoir des biceps! Pour une fois, le burkinabé ne s’est pas laissé enculé!

Reply

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR