Afriyelba
A la Une Musique

MUSIQUE: SANA BOB EST SUR LE TOIT AU BURKINA FASO


La deuxième édition des « Marley d’or », organisée par l’artiste-musicien Mahamadi Sawadogo alias Madess, a tenu toutes ses promesses le samedi 9 mai 2015 dans la cour du SIAO. Cette édition a vu le sacre de l’artiste-musicien Sana Bob comme « Marley d’or », « Marley du public » et « Marley de la meilleure vidéo ». Des Marley d’honneur ont également été décernés à des artistes et à des mécènes qui soutiennent la culture burkinabè. De grands noms de la musique reggae ont fait passer de moments inoubliables au public qui a effectué le déplacement. Cette édition 2015 s’est tenue sous le thème : «   »

 

Pour l’artiste-musicien Sana Bob ou si vous voulez, le crieur public, 2015 est sans conteste l’année de son année comme dirait son confrère JC Pluriel de la Côte d’Ivoire. En effet, après avoir été sacré Kundé d’or 2015, il vient d’être encore élevé au rang de Marley d’or, édition 2015, par le jury de cet évènementiel qui reconnaît les mérites des artistes évoluant dans le style reggae et qui se veut également un hommage au précurseur du rastafaris, Robert Nesta Marley, plus connu sous le pseudonyme Bob Marley. C’était au cours de la deuxième édition des Marley d’or tenue le samedi 10 mai 2015, dans la cour du SIAO. Outre le Marley d’or, il s’en est tiré également avec le Marley du public et celui de la meilleure vidéo. Le Marley de la révélation est revenue à Kass Kadé. Des Marley d’honneur ont été également décernés à des artistes pour l’ensemble de leurs œuvres. Il s’agit notamment de Sams’K Le Jah, de Roger Wango et de Koko Dembélé du Mali. D’autres Marley ont été aussi décernés à des mécènes qui, selon le promoteur des Marley d’or, n’ont cessé d’accompagner la culture burkinabè. Au nombre de ceux-là, le PDG du groupe EDIFICE, McCann Erickson, Joachim Baki.

Le jury des « Marley d’or » présidé par l’artiste-musicien Bil Aka Kora, a, lui, fait quelques observations au comité d’organisation. Il a souhaité, à l’avenir, être présent lors de la présélection des nominés dans les catégories Or et Révélation car, selon son porte-parole, le journaliste Alain Dabilgou, il existe des « artistes plus étoffés » évoluant dans le reggae qui auraient pu être retenus pour la catégorie or. Ils recommandent également, pour les spectacles, des œuvres d’une trentaine de minutes au moins pour la catégorie spectacle car d’aucuns ont présenté des CD contenant des spectacles de quatre à cinq minutes ; ce qui ne permet pas vraiment d’apprécier.

A cette deuxième édition, la cour du SIAO a refusé du monde à cette soirée reggae tant les adeptes de Bob Marley n’ont pas voulu se faire conter l’événement. Cependant, si certains étaient là pour la cause du reggae, d’autres par contre sont venus pour leur propre cause. En effet, les voleurs n’ont pas, eux non plus, voulu se faire conter non plus la chose reggae. Ils étaient là, dépouillant les amoureux de la chose musicale de leurs biens : téléphones portables, appareils photos, porte- feuilles, bref  tout y passait tant et si bien que certains, pris la main dans le sac, détalaient sans demander leur reste. A l’intérieur comme à l’extérieur de la cour, on se bousculait pour voir les icônes de cette musique venus qui du Ghana, qui du Mali, de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso et autres. De grands noms comme Hamed Faras, Fadal Dey, Koko Dembélé, Onasis, ont rehaussé l’éclat de la soirée par leurs prestations bien enlevées même si, entre- temps, une légère coupure d’électricité a failli tout gâcher. Fort heureusement, elle n’aura pas duré plus de cinq minutes.

EVASION

 


Articles similaires

Mercato: le guinéen Naby Keita est le joueur le plus cher de toute l’histoire du football africain

Afriyelba

Dez Altino: « Je vais terminer Béogo tour devant les déplacés internes »

Afriyelba

Tiwa Savage révèle le plus grand échec dans sa vie

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR