2 July 2020

Projet « Un spectacle, une ville propre » : le BBDA a reçu sa dotation

Partager
  • 57
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    57
    Partages

Ce mercredi, 29 janvier La Jaguar a fait un don de poubelles et de lave-mains au Bureau burkinabè de droits d’auteurs (BBDA). Ce don s’inscrit dans le cadre de son projet intitulé «  Un spectacle, une ville propre ». L’acte s’est passé au sein de l’institution en présence de son Directeur général, Walib Bara et l’ensemble de son personnel.

Après déjà plusieurs institutions étatiques et privées, c’est le tour du Bureau burkinabè de droits d’auteurs (BBDA) de recevoir ce 29 janvier une dizaine de poubelles et de lave mains de la part de  l’humoriste burkinabè La Jaguar à l’état civile Séverin W. Yaméogo. Le projet consiste à faire des prestations dans les universités, les écoles de formations professionnelles, les CSPS et les quartiers afin de pouvoir donner « un maximum de poubelles » dans les institutions étatiques et privées. «  Il n y a pas un endroit qui sera négligé. Nous donnons à tous les endroits où on peut parler de l’assainissement et de l’hygiène et encourager les jeunes à avoir un esprit d’entreprenariat. Voilà tout le combat que nous menons autour de ce projet », explique l’humoriste, « le vagabond de l’assainissement ».

Le promoteur ambitionne de mobiliser dix-sept milliards de francs CFA sur dix ans, entre 2020 et 2030. « Sur l’année on a un milliard sept cent millions pour ce projet. D’aucuns diront que c’est de la folie mais c’est comme ça » a détaillé La Jaguar. L’humoriste a aussi fait noter que ce don fait à sa maison de tutelle est une forme de reconnaissance envers elle. « On ne savait pas qu’il  y avait des fonds comme ça qui pouvaient amener nous, artistes à être créatifs, c’est-à-dire à financer nos projets à travers nos droits d’auteurs. Et si je devrais compter sur les fonds de quelqu’un ce projet n’allais pas avoir lieu, me suis-je dis. Donc j’ai fait comme si je n’avais pas de fonds au BBDA. Et c’est ma cotisation de 2017 et 2018 qui m’a permis de démarrer ce projet », a-t-il ajouté.

Le DG du BBDA, Walib Bara, recevant le don des mains de Lajaguar

Entre 2019 et 2020 le donateur a donc pu confectionner quatre cent cinquante poubelles. Un stock qui lui permet aujourd’hui de cibler des endroits pour commencer son action. Il espère donc que son action soit visible par des ONG ou des structures environnementales qui pourront lui donner un coup de pouce . L’artiste demande donc aux institutions de signer les fiches lorsqu’ils font des prestations avec elles, car c’est grâce à ça qu’il arrive aujourd’hui à mener cette activité. Le Directeur du BBDA, quant à lui, a salué ce geste de l’humoriste à l’endroit de son institution et sa maturité dans le spectacle. Pour lui, ce projet qui allie environnement à humour et la créativité est à féliciter.

Après le don des poubelles et des lave-mains, le personnel du BBDA a posé en famille avec l’humoriste pour la postérité

Il pense que si les économies de ses droits d’auteur l’ont permis de faire un projet pour l’environnement, on peut établir une corrélation entre le droit d’auteur et le ministère de l’Environnement. « Tu illustre très bien la transversalité du droit d’auteur et ça c’est important », s’est réjoui le patron du BBDA. Ce don est donc la bienvenue dans cette maison qui peinait à stocker ces ordures. « En réalité au BBDA on a un problème de stockage de nos ordures. Si ce don n’était pas venu, on devrait créer normalement des conditions pour avoir des poubelles. Je te dis merci parce que tu viens de sauver le BBDA d’une épine ». Walib Bara a donc promis de parler du projet dans certains espace afin que le promoteur soit soutenu. Pour finir il a demandé avec humour à son personnel, particulièrement à « ceux qui n’ont pas mis la main dans la poche pour le projet de  grouiller mettre les ordures dans les poubelles ».

Abatidan Casimir Nassara


Partager
  • 57
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    57
    Partages
No Comments

Leave A Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR