Afriyelba
A la Une Société

Promotion des arts équestres au Burkina Faso: Madi Derme en fait son cheval de bataille


Mohamadi Derme ou si vous voulez Madi Derme, ce nom est beaucoup connu dans le domaine du cheval en Afrique, en Europe et certainement dans les autres continents. Pour ce  jeune homme de taille moyenne les arts équestres et la tradition équestre  n’ont  aucun secret.  Formé dès l’âge de 5 ans à l’art du dressage et de la voltige, Madi DERME, après plusieurs formations reçues en Europe et au Canada et de nombreux spectacles équestres donnés partout dans le monde, exerce la profession de cavalier-voltigeur. Professeur des arts équestres en Europe, Madi Derme n’a pas voulu se limiter seulement à sa profession avec laquelle il gagne parfaitement sa vie. « Je veux en plus, faire découvrir l’art du spectacle équestre où se mêlent, tradition équestre, arts du cirque , de la danse, du chant, de la musique et pleins d’autres aspects de la culture du cheval dans mon pays » nous a -t-il confié lors d’une interview qu’il nous a accordée le 22 juillet dernier.  Cette ambition a connu un début de matérialisation en 2015 avec l’organisation d’un festival dénommé « Baong Noore » à Nonsin quartier de son pays d’origine. Il y rencontre un franc succès et décide de renouveler l’évènement en 2016 avec l’aide de son ami Clément FERRON. Mais Madi Derme veut aller plus loin en organisant un « Festival international en février 2018.

Un festival international des arts équestres du cirque et de la culture dénommé « Baong Nooré »; voici le projet qui se trouve entre les mains de Madi Derme qui séjourne actuellement au pays. « Je suis venu pour préparer le festival, comme je ne vis pas au pays c’est un peu difficile » nous a -t-il confié lorsque nous lui avons demandé la raison de sa venue au Burkina avant d’expliquer en ces termes la signification du nom du festival: « « Baoog-Noore  vient du Moore, dialecte utilisé initialement par les guerriers Mossi. Dans cette langue très répandue au Burkina Faso, il signifie  les bas-fonds ».

Un petit aperçu de ce qui va se passer au festival. Ici Madi Derme en pleine séance de  démonstration 

Un nom qu’il compte probablement changé car le festival va se délocaliser à Bazoulé localité situé à un jet de pierre de Ouagadougou où Madi Derme confie avoir acheté un terrain pour y construire un centre des arts équestres. « Je veux faire un festival plus grand que « Baong Nooré » et je compte le faire du 24 au 25 février 2018 avec des cavaliers de plusieurs pays d’Afrique et d’Europe » dévoile le cavalier burkinabè qui cite parmi les  pays qui seront invités la France, la Côte d’Ivoire, le Mali.

Madi Derme et ses camarades en prestation à l’ouverture du FESPACO 2017

Au programme, en plus du spectacle équestre et de la liberté (l’art qui consiste à communiquer avec le cheval) qui se feront dans presque tout le village de Bazoulé, il annonce une exposition de matériel traditionnel en relation avec le cheval, des séances de formation, des contes sur l’histoire de la Princesse Yennega et du cheval au Burkina en général. « C’est un évènement qui me tient à cœur et je ferai de mon possible pour l’organiser avec l’aide de mes partenaires en Europe et en Afrique. L’objectif premier c’est de promouvoir les arts équestres dans mon pays afin de donner aux jeunes cavaliers la motivation et l’envie d’embrasser le domaine de sorte à ce qu’ils prennent le relai à notre absence » a dit Madi Derme pour terminer.

C’est dans cet espace que se déroulera le festival en 2018

Yannick SANKARA


Articles similaires

L’Entreprise numérique africaine: Au bout des plumes de Aristide Boyarm

Afriyelba

MAJOR VIP: La guerre des fesses n’a pas eu lieu: voici la raison

Afriyelba

Maguy Leslie Oka à propos des Kundé: « Hâtez vous car les tickets sont limités »

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR