Afriyelba
A la Une Société

Renaissance de la radio rurale du Burkina : des acteurs réfléchissent pour baliser le terrain


La Radio rurale du Burkina Faso qui a fait les beaux temps de la presse avant de disparaitre depuis quelques années est entrain de renaitre lentement mais surement de ses cendres. Pour relancer définitivement les activités de cette radio qui se veut davantage au service du monde rural, la réflexion a débuté autour d’un panel, le mardi 18 avril 2017 à Ouagadougou. 

Les travaux ont été ouverts par le ministre de la communication, porte parle du gouvernement Rémis Dandjinou

La radio rurale du «Burkina is back ». Oui, cette radio historique est de retour. Cette bonne nouvelle sera sans doute accueillie avec beaucoup de joie par les acteurs du monde rural qui avaient souffert de sa disparition depuis quelques années sur le paysage médiatique. En attendant le retour officiel qui se veut « en force » de ce puissant outil de communication de masse au service du développement et du monde rural, les acteurs balisent le terrain à travers plusieurs actions dont une  réflexion entamée dans la soirée du 18 avril. Ce panel qui a mobilisé des sommités du monde de la presse et de la communication se penchera sur « la place et le rôle de la radio rurale dans le développement socio-économique du Burkina Faso » tout en faisant l’état des lieux de « la radio rurale du Burkina Faso : d’hier à aujourd’hui ».

Plusieurs sommités ont pris part aux échanges

Ces thèmes qui seront développés par Urbain Nombré rappelleront les grandes actions d’éducation, de sensibilisation, de formation et d’information menée par la radio rurale dont le rôle important joué en faveur du développement rural n’est plus à démontrer. Il en est de même du thème qui fera l’objet d’un autre panel qui s’intitule comme suit : la radio rurale : « missions de service public et des exigences de rentabilité financières ». Ce thème animé par Jean Pierre Somda consiste à montrer si la radio rurale peut, en jouant son rôle d’outil de développement pour le monde rural, générer des ressources capables de la prendre en charge.

En réponse à cette question d’actualité au moment du lancement de la radio rurale, le communicateur a été clair. « La radio aura beaucoup de difficultés à s’autofinancer. La première raison est que le financement d’une radio dépend en partie de la publicité. Comme c’est une radio qui s’intéresse particulièrement au monde rural, elle aura du mal à avoir beaucoup de recettes publicitaires pour compenser les difficultés de mobilisation des ressources. La 2è raison est que la radio rurale ayant perdu un certain nombre de partenaires, il faut encore reconquérir ces partenaires capables de lui donner les moyens comme dans les années 1970-1980 où elle bénéficiait d’une kyrielle de partenaires capables d’apporter les financements aux contributions de la radio. Pour cela, l’Etat doit continuer à jouer sa partition dans le financement de cette radio. C’est le prix à payer pour que nous puissions avoir la sécurité alimentaire» foi de Jean Pierre Somda.

Le célèbre moréphone de la radio rurale Paul Gasbéogo s’est réjoui de la reprise des activités

Celui-ci nourrit le secret espoir, en tout état de cause, que le lancement actuel des activités de la radio rurale lui permettra de répartir sur un bon pied et qu’elle deviendra encore plus efficace au profit des populations laborieuses des villes et des villages.

Même souhait formulé par le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou qui a participé à l’ouverture des panels qui se poursuit ce mercredi.

La directrice générale de la RTB est la présidente du comité d’organisation

A ces activités s’ajoutent la nuit du monde rurale qui aura lieu également ce mercredi 19 avril au CENASA qui réunira le temps d’une soirée, les acteurs du monde rural ainsi que des artistes de renom qui les tiendront en haleine à partir de 21 heures. Quant au lancement proprement dit de la radio rurale du Burkina, il interviendra le jeudi 20 avril prochain à la Maison de la radio où se trouvent la radio nationale et Canal arc-en ciel. Toutes ces activités sont placées sous le parrainage du président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo et le co-parrainage de Joachim Zongo, ancien directeur de la radio nationale.

Saïdou Zoromé

 

 


Articles similaires

Coronavirus : Le fondateur de Twitter Jack Dorsey donne 1 milliard de dollars 

Afriyelba

L’UNIVERS DE KYS : A la découverte du Slameur d’un nouveau genre

Afriyelba

327 millions d’euros : Une offre délirante pour Neymar?

Afriyelba

Leave a Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR