Recent Posts
a
18 April 2019

RENDEZ-VOUS CHEZ NOUS, LA 10 : La résilience par l’art de la rue

C’est partie pour la 10e édition du Festival Rendez-vous chez nous (RDVCN). Ce 9 février 2019, dans la matinée, le collectif ACMUR a tenu sa traditionnelle parade, signe du lancement de ce festival qui sera marqué par l’art de la rue, des concerts, des sessions de formations artistiques et des séminaires. Le maître mot cette année, c’est la résilience face aux tentatives de déstabilisation du Burkina Faso.

Ils étaient une cinquantaine les artistes venus de la sous-région, de l’Europe et du Canada à faire le déplacement de la maison du peuple, ce 9 février 2019. Tous étaient présents pour prendre part à la parade marquant le lancement de la 10e édition du festival Rendez-vous chez nous (RDVCN).

Sur la place de la femme de Gounghin, les artistes ont montré leur savoir-faire

De la maison du peuple, les artistes se sont rendus à la place de la femme sise au quartier Gounghin. D’abord, ils ont donné, sur le bout de l’avenue de la nation jusqu’au rond-point du 2 octobre, aux usagers et aux riverains un spectacle des grands jours. Aussi, juste avant d’aborder l’avenue Kadiogo, acrobates, marionnettistes, fanfaristes, baladins, clowns… ont marqué un arrêt au niveau du CBC pour se produire devant un public sorti nombreux pour les accueillir. Après, cap a été mis sur le quartier Gounghin. C’est dire que tout le long du trajet, les artistes ne se sont pas lassés en faisant montre d’un savoir-faire qui ne laisse pas indifférent. Une fois à destination, c’est la même ambiance qui a été servie au public qui, en entendant les fanfares approcher, a pris d’assaut la place de la femme à Gounghin. Il était 11 heures. Jusqu’à 13 les artistes ont dansé au rythmes des fanfares, des balafons et des tam-tam pour célébrer les 10 ans du RDVCN mais aussi pour dire que le peuple reste débout pour faire face aux nombreuses attaques qu’il essuie depuis un moment. D’ailleurs, c’est pourquoi, nous a confié le directeur artistique du festival, Boniface Kagambega, le thème choisi cette année est : « Nous sommes le peuple ». C’est une manière de dire aux forces du mal qui s’attaquent au Burkina que le peuple leur fera face et continuera de s’exprimer dans les espaces publics. « Rien ne pourra ébranler le peuple uni avec les autorités dans la réconciliation et dans la lutte contre la stigmatisation », s’est exprimé Boniface Kagambega. Selon lui, en plus de cela, RDVCN 10, se place au cœur de l’écologie. Aux activités traditionnelles dont les sessions de formations, les rencontres d’échanges et les partages d’expériences, le festival va planter plus de 200 arbres dans le quartier Gounghin. Toujours pour faire dans l’assainissement, selon le directeur artistique du festival, plusieurs décharges irrégulières ont été rasées dans ledit quartier. Et, en lieu et place de ces décharges, le festival entend installer des poubelles afin d’assainir davantage le quartier et participer ainsi à l’instauration d’un cadre de vie saint. En plus d’assainir le quartier, RDVCN va permettre à des femmes de Gounghin de participer activement au festival en jouant un spectacle. « Il y aura un spectacle avec Irène Tansembédo qui va travailler avec 40 femmes du quartier qui vont présenter un spectacle. Des enfants seront également formés pour presenter des spectacles. C’est dire que pour cette fois, nous mobilisons toutes les couches de la société », s’est expliqué Boniface Kagambega.

Boniface Kagambega, directeur artistique du festival, a appelé à la solidarité du peuple pour faire face aux nombreuses attaques

L’ouverture officielle du festival est prévue pour le 14 février prochain sur le même site. Pour l’occasion plusieurs autorités et des artistes seront présents pour accompagner la cinquantaine de compagnies présentes déjà à Ouagadougou. Après l’étape du Burkina, suivront les étapes du Mali et de la Guinée.

Adama SIGUE

Share With:
No Comments

Leave A Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR