5 August 2020

Ruines de Loropéni: Le conseil scientifique d’étude…. installé dans ses fonctions

Partager
  • 7
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    7
    Partages

Les membres du conseil scientifique d’étude, de conservation et de mise en valeur du site des ruines de Loropéni ont été installé dans leurs fonctions ce jeudi 21 février 2019 à Ouagadougou, en présence du représentant du ministre de la Culture des Arts et du Tourisme, Raphael Compaoré. Désignée pour un mandat de deux ans, l’équipe pilotée par Léonce Ki devra travailler à améliorer les connaissances du site au profit des générations actuelles et futures.

« Les ruines de Loropéni se doivent de disposer, conformément aux recommandations de l’UNESCO en la matière, des organes de gestion fonctionnels à même de garantir la préservation et la transmission de la valeur universelle exceptionnelle du site aux générations futures. C’est ainsi qu’il a été jugé utile et nécessaire de créer un conseil scientifique d’étude, de conservation et de mise en valeur du site. ». C’est en ces termes que le représentant du Ministre de la culture des arts et du tourisme, Raphael Compaoré a justifié la mise en place du présent conseil scientifique. Il a poursuivi en affirmant que le conseil scientifique est un organe de concertation en matière de politique scientifique relative au site des ruines de Loropéni.

Dans son allocution Raphael Compaoré a émis le vœu que le conseil scientifique puisse fournir des éléments de réponse aux trois préoccupations majeures qui restent posées jusqu’à nos jours. Il ‘agit de l’identité des bâtisseurs de cette forteresse, la motivation qui a guidé sa construction, et la date de sa construction. Il faut noter que le conseil scientifique d’étude de conservation et de mise en valeur du site des ruines de Loropéni est composé d’un superviseur en la personne de Lassina Simporé, secrétaire général du ministère de la culture, d’un président, le directeur des sites classés patrimoine mondial du ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme Léonce Ki et d’un rapporteur issu du   monde de la recherche.

A côté de ces trois têtes pensantes s’agglutinent neuf autres personnes du ministère en charge de la Culture des arts et du tourisme, du monde de la recherche et de domaines connexes. Au sortir de la cérémonie d’installation, Leoncé Ki a laissé entendre que 2019 qui marque le 10e anniversaire de l’inscription des ruines de Loropéni au patrimoine Mondial de l’UNESCO est une année de grands défis. Parmi ces défis figurent en bonne place la tenue régulière des sessions ordinaires des organes de gestion du site et l’organisation d’un colloque regroupant des acteurs du monde de la recherche, et de la culture, à en croire le président du conseil scientifique.

Ismaeil Gansoré


Partager
  • 7
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    7
    Partages
No Comments

Leave A Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR