18 June 2021

Sankara et Moi : un film pour susciter l’intégrité, la dignité et le patriotisme chez les Burkinabè

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sankara et moi, c’est  le titre du film du réalisateur Laurent Goussou-Deboise, après Un président au Maquis.  Il a été projeté pour la première fois, ce 11 décembre, jour de la célébration de la fête de l’indépendance du Burkina Faso, à Canal Olympia Yennega Ouaga 2000. C’était en présence du producteur exécutif du film, Hiliaire Thiombiano, du Directeur général de Canal+ Burkina, Aymé Makuta et de nombreux acteurs qui y ont joué. Retour sur cette scène qui a détendu les cinéphiles.

Les cinéphiles étaient nombreux…

La salle de ciné Canal Olympia Yennega Ouaga 2000 était plein comme un œuf, ce 11 décembre dans la soirée. Ce jour-là, les cinéphiles étaient présents pour l’avant-première de Sankara et moi dans cette mythique salle de Ouaga 2000. Il était 20 h 30 mn quand le gestionnaire de la salle a pris le micro pour annoncer le film. Très concentrés, les amoureux du septième art ont pris  plaisir à suivre le film. Et ce n’est pas Henrico Mensah qui dira le contraire. Pour lui le film défend la morale et l’idéologie que défendait Sankara. « C’est très bien.  C’est un film qui relate un peu la morale et les idéologies que prônait Sankara. Il définit le contexte dans lequel il faisait sa lutte et  la réalité que vit aujourd’hui tout burkinabè ou tout africain de façon générale. Et la problématique c’est de voir comment faire vivre cette vision avec la réalité de maintenant, l’occidentalisation, la capitalisation…Mais avec l’acteur principal, il a bien pu manager les deux réalités, les deux concepts et il a pu s’en sortir », s’est rejoui monsieur Mensah. Le film Sankara et Moi est long de 1h 49 minutes et est entièrement tourné au Burkina Faso avec des acteurs à plus de 90% burkinabè.

…à faire le déplacement du côté de Canal Olympia de Ouaga 2000.

Et pour le producteur exécutif,  Hiliaire Thiombiano, en tournant ce film il vise à susciter cette question d’intégrité, de dignité et de patriotisme à chez les Burkinabè. De son avis donc, la question qui est plus développée dans ce film c’est de se poser la question à savoir ce que les jeunes ont fait de leurs  17 ans. « On a toujours eu des objectifs quand on avait l’âge compris entre 17 et 18 ans. Mais actuellement, vu les conditions de vie souvent, on change de veste. C’est ce qui est plus développé donc dans ce film à travers le côté modèle humain de Thomas Sankara », a explique Hiliaire.

Selon Hiliaire Thiombiano, c’est la question de l’intégrité, de la dignité et surtout du patriotisme qui a été traité dans le film.

Alassane Dakissaga est l’un des comédiens qui ont joué dans ce film. Il se dit heureux d’avoir participé au projet, même s’il reconnait y avoir joué « le mauvais rôle ». «  Depuis que j’ai commencé à jouer dans des films, c’est la première fois que je joue un rôle quand même difficile. Cette fois-ci je suis allé à fond la caisse et ça donne le résultats que vous avez vu. Et je découvre comme vous aussi que je me suis comporté en mauvais garçon et ce n’est pas intéressant ça  [rire ]», nous dit-il.   Sankara et Moi est une coproduction de Canal+ international et Orange. Et pour Aymé Makuta, Directeur général de Canal+ Burkina, ce projet rentre en ligne droite avec les ambitions du groupe Canal+ de promouvoir la production africaine afin d’enrichir le contenu de Canal+.

Alassane Dakissaga est l’un des comédiens qui a joué dans le film.

Et c’est une façon de satisfaire la demande de sa clientèle africaine qui dépasse de loin cinq millions d’abonnés. A l’en croire, c’est le premier projet de coproduction que la maison a réalisé avec Orange. Mais il rassure que plusieurs d’autres projets sont en cours pour 2021.  Sankara et Moi sera  diffusé sur les chaines Canal+.

 

Abatidan Casimir Nassara


Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
No Comments

Leave A Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR