Recent Posts
a
18 November 2018

SIAO 2018 : A côté de l’art, la course des femmes pour la séduction

« kissè Kélé fri », une expression en langue Bambara qui littéralement traduite donne, « Avoir sa cible d’un seul coup ». Dans le jargon utilisé par les femmes, cette expression renvoie aussi à quelque chose dont l’efficacité ne souffre d’aucun doute. Le « Gongonlili », la fleur de Jéricho, les feuilles Djeka, le « quatre côté », le « Yiri Farani », le Nep Nep, l’encens… ont le même dénominateur : « kissè Kélé fri ». Le même objectif également, faire de la femme, la personne toujours fun, swagg, la plus belle et la plus désirée. Disons-le sans détours, ces cocktails permettent à l’autre moitié du ciel d’être au « top » sur le plan sexuel pour son mari. A cette 15e édition du SIAO, nous avons trouvé sur le site, plusieurs exposantes qui font dans le « Kissè kélé fri ». C’était, le 31 octobre 2018. Récit !

 

Son stand, pour ne pas dire son étable est situé à l’entrée ouest du SIAO. Il  jouxte la passerelle qui mène au pavillon Soleil levant. La tenancière, c’est Safiatou Dembélé, une tradi-praticienne, une exposante exceptionnelle. En plus de vendre des objets d’art, dame Dembélé fait aussi dans la thérapie. Elle soigne, tant au plan physique qu’au plan morale et sa clientèle est essentiellement féminine. Dès notre arrivée sur le site du SIAO, ce 31 octobre, elles étaient plusieurs ces femmes qui étaient attroupées autour de son étable. « Elles y sont certainement pour demander les services de la bonne dame », nous sommes-nous dit.

Il faut  donc continuer pour ne pas troubler les pourparlers entre ces dames. Ce qu’elles se disent, c’est confidentiel, voire tabou. Il nous est revenu  que l’on ne se rend pas seulement chez Mme. Dembélé pour s’acheter des objets d’arts. Les visites prennent le plus souvent les allures de consultations pour des problèmes intimes.  Manque de lubrification vaginale, règles douloureuses et/ou infections vaginales dont les pertes blanches.

Notre tradi-patricienne, Mme Dembélé, nous présente ici, un échantillon de ses produits

Après quelques minutes de patience, la voie est libre. L’exposante est maintenant seule et nous pouvons l’approcher. L’air confiante, elle va nous parler, bien sûr avec un peu de retenue, des produits qu’elle vend pour le bonheur des femmes. Ce sont des produits naturels, des plantes bien connues pour leurs bienfaits. « Nous disposons de plusieurs produits traditionnels pour les femmes. Ce sont des plantes que nous utilisons pour soigner plusieurs maux dont elles souffrent, souvent en silence », nous explique la tradi-praticienne. Les plantes qu’elle nous présente sont notamment, la fleur de Jéricho, le nep nep et les feuilles du Djeka. A l’entendre, ce sont des variétés qui renferment  beaucoup de vertus. Un cocktail de ces produits Bouillis et utilisé pour le bain et les toilettes intimes permet de soigner les pertes blanches et les démangeaisons vaginales.

Mieux, il  participe au « resserrement ». Entendez par là, le rétrécissement du vagin. En réalité, cet aspect fait courir les femmes. Mais à un homme fut-il reporter,  Safiatou Dembélé sera moins loquace. « Ce sont des choses qui se disent entre nous femmes. On ne peut pas expliquer ça dans les medias », lancera-t-elle.  En lieu et place, la conseillère nous présentera  des cocktails qui « parfume le vagin ».

La gamme de produit qui fait le « Kissè kélé fri »

A l’entendre, l’utilisation de ces produits, bien dosés, participe aux soins intimes, nettoie le vagin et l’élimine des mauvaises odeurs surtout celles qui interviennent généralement après les règles. Le cocktail feuilles de djéka, Gongonlili, « yiri fara » et fleur de Jéricho stimule par ailleurs l’appétit sexuel et permet au vagin d’être lubrifié tout au long des rapports sexuels. Mais ce n’est pas tout.

En plus de vous procurer une santé physique, notre tradi-praticienne a le secret pour faire de votre foyer un exemple d’entente et de cohésion. Pour ce faire, elle dispose de « Bin kélé man », de « fourou so dia » ou encore de « Kèlè ban nan », en bambara qui veulent dire respectivement «  l’entente », « la joie au foyer » et « palabre est fini ». Les produits qui sont utilisés pour cela sont généralement concoctés pour en faire de l’encens. Là, le mode d’utilisation est tout simple. Il suffit de bruler un peu sur de la braise et laisser la fumée qui se dégage parfumée  tout son corps.

 « kissè Kélé fri », c’est donc tous ces facteurs combinés pour  l’apaisement des tensions au foyer, le rétrécissement du vagin, la stimulation de l’appétit sexuel. « Il y a trop de choses à prendre en compte. On ne peut pas tout dévoiler aux journalistes. En plus chaque femme a sa spécificité et nous les traitons au cas par cas », a résumé Safiatou Dembélé. En dehors du SIAO, notre conseillère est au marché de Dassasgho, non loin de la décharge et elle y est bien connue sous le nom samôgô. Ces produits, rassure-t-elle pour conclure, sont très abordables et accessibles à tous.

Adama SIGUE et Fatoumata Traoré (Stagiaire)

Share With:
No Comments

Leave A Comment

Afriyelba

GRATUIT
VOIR